Ch’picard il est coé éd mode…
en bande dessinée aussi !

En ce jour où le Courrier est encore plus picard, le parler régional est aussi présent en bande dessinée.

Le Picard et la bande dessinée, c’est une affaire déjà bien engagée depuis plusieurs années. Et qui se poursuit.. On a déjà évoqué le projet, en cours d’élaboration, autour du Petit Nicolas, de Sempé.

Du côté de Tintin, un cinquième album est paru – assez confidentiellement – en fin d’été. Il s’agit d’El crape as pinches d’or (Le crabe aux pinces d’or), de nouveau traduit par Bruno Delmotte, en parler du village de Hollain, au sud de la Belgique, tout près de la frontière française, en « Wallonie picarde » (et une langue assez proche du « rouchi » du Valenciennois).Pour le coup, l’album, dernier à paraître sous la direction de l’éditeur Etienne Pollet, chez Casterman, a été tiré à 2000 exemplaires. Autant dire qu’il devrait vite devenir « collector ». Et ce nouvel album permet, notamment, d’apprécier une célèbre page d’Hergé où se multiplient les jurons du capitaine Haddock, éructant en plein désert contre les rebelles touaregs qui lui ont tiré dessus (voir ci-dessous la planche)…

Auparavant, il y avait déjà eu :él sécrét d’la Licorne (Le secret de la Licorne) et él trésor du rouche Rackham (Le trésor de Rackham le rouge), publiés en 1980, à l’occasion du bicentenaire de Casterman, alors installé à Tournai, en Belgique,  et traduits par le Tournaisien Bruno Delmotte. Suivront Les pinderleots de l’Castafiore (Les bijoux de la Castafiore) et Ch’cailleu d’étoéle (L’étoile mystérieuse). Ce dernier album étant traduit par « nos » picardisants » Jean-Luc Vigneux et Jacques Dulphy.

L’autre grand héros du 9e art franco-belge n’est pas en reste, avec trois albums d’Astérix, tous traduits par le trio Jacques Dulphy, Jean-Luc Vigneux et Alain Dawson (d’Arras).  Avec, notamment, le succès historique de la première traduction, Astérix i rinte à l’école (Astérix et la rentrée gauloise) en 2004, qui donna lieu à quatre tirages et plus de 150 000 exemplaires vendus ! Suivront ensuite, en 2007, Ch’Village copé in II, puis Astérix pi Obélix is ont leus ages – Ch’live in dor en 2010 (ce dernier s’étant accompagné d’une belle page très riche sur Internet). Et le picard est aussi présent à l’expo actuellement en place à la Bibliothèque nationale de France sur Astérix. Avec une couv’ du Ch’Village copé in II, trônant au milieu du « mur » consacré aux versions d’Astérix dans toutes les langues !

Dans l'expo Astérix à la BNF actuellement. L'album en picard trône au centre de ch'village.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *