« Pilote » et « Paris Match » accompagnent Valérian

La sortie de Valérian – le film – a suscité logiquement un intérêt renouvelé pour Valérian (et Laureline) – la série de bandes dessinées. Parmi les nombreuses évocations, on reviendra sur deux parutions récentes. Et complémentaires.

Après avoir relaté l’an passé l’histoire du Journal de Tintin, Paris-Match s’intéresse donc cet été à la saga de Pierre Christin et Jean-Claude Mezières, présentée comme « la BD qui a inspiré les plus grands films de science-fiction ». Ce magazine n’apprendra pas grand chose à qui connaît déjà la série. En revanche, à l’aide d’articles courts et richement illustrés, ce hors série apporte les éléments de base aux béotiens du space opera en général et à Valérian en particulier. En revenant notamment sur divers aspects de la série (ses thématiques, ses créatures, le goût des dessins architecturaux de Mezières), accompagné d’un entretien avec les auteurs. Le tout (plus une bonne moitié consacrée au film de Luc Besson) pour 6,95 euros.

Déjà rapidement évoqué, le « Méga Spirou hors-série » de Pilote (qui re-renaît pour l’occasion), joint-venture (?) entre Dargaud et Dupuis, est lui d’un tout autre intérêt. Et il s’adresse à un public plus bédéphile qui pourra y trouver beaucoup de choses…

Lire la suite

« Pandora » se coupe en deux et se met en trois

Troisième opus pour la revue de Casterman, Pandora. Un numéro se voulant toujours inédit et « renversant » en plus. 31 histoires courtes plus quelques mini-strips qui présentent une palette éclectique de la bande dessinée contemporaine.

Le modèle de la publication « tête-bêche » appliquée par la revue picarde Pierre, Papier, Chicon ferait-elle école ? En tout cas, Pandora se met aussi, pour son troisième numéro à la mise en page inversée. Occasion, là aussi, de proposer deux couvertures attractives déjà : Corto Maltese dessiné par Ruben Pellejero d’une part et Jean-Claude Menu auto-portraituré en tête de mort de l’autre.
Un seul éditorial, en revanche, toujours signé Benoît Mouchart, directeur éditorial chez Casterman et rédacteur en chef de Pandora, rappelle et insiste sur le parti-pris de sa revue: réunir en un seul volume des horizons très différents géographiquement, esthétiquement et thématiquement. Un « brassage sans frontières« , une « diversité de styles et d’imagination » assumées donc comme un acte délibéré, donc. Quitte à y perdre justement toute ligne éditoriale, hormis la volonté de « présenter de la bande dessinée dans ses dimensions les plus variées, depuis l’avant-garde jusqu’au classicisme« …

Lire la suite

Quand « Le Débat » sacre la bande dessinée

Le débat: le sacre de la bande dessinée, n°195 mai-août 2017, sous la direction de Pierre Nora. Editions Gallimard, 208 pages, 19,10 euros.

En juin, les Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens s’interrogeaient sur la reconnaissance – ou la manque de reconnaissance – de la bande dessinée par les milieux éducatifs et plus largement le monde de la culture institutionnelle.

La revue Le Débat, dirigée par l’historien Pierre Nora et animée par le philosophe Marcel Gauchet, apporte a contrario sa légitimité au 9e art, avec un numéro spécial consacré justement au « sacre de la bande dessinée« . Un numéro qui ne manque pas non plus d’intérêt et de diversité par ses contributeurs et thématiques abordées…

Lire la suite

Un été BD pas très dense, mais riche dans la presse

L’été est toujours (plus ou moins) propice à l’extension de l’offre de presse en matière de bande dessinée. L’engouement est certes moins fort cette année, mais quelques titres proposent de nouveau à leurs lecteurs des séries graphiques d’été.

Comme déjà évoqué, le Courrier picard poursuit sa marche avec La Guerre des Lulus, et prépublie en exclusivité durant l’été les planches du tome 5 (à paraître mi-novembre aux éditions Casterman). Dernier tome – se déroulant en 1918 – de cette série des deux auteurs picards Hardoc et Hautière.
Parmi nos confrères de la presse quotidienne régionale, Sud Ouest exhume (mais uniquement dans son numéro du dimanche) des planches strips de De Gaulle à la plage de Ferri – pas vraiment une nouveauté, mais d’un humour qui fonctionne toujours.
Dans un autre genre, Corse Matin propose la bande dessinée de Philippe Antonetti Corsica 1919, tous les jours… et en langue corse…

Lire la suite

De retour dans le « Courrier picard » : « Les Lulus, une guerre à hauteur d’enfants »

Le cinquième épisode de La Guerre des Lulus sort en septembre. Il sera aussi prépublié tout l’été dans Le Courrier picard. Spécialisé en bande dessinée sur la Guerre de 14-18 Vincent Marie apporte son regard d’historien sur la série.

Dès ce lundi 10 juillet et durant tout l’été, les « Lulus », jeunes héros des auteurs samariens Hardoc et Hautière, seront hébergés dans le Courrier picard. Dans une version « collector » en noir et blanc, avant la parution de l’album, couleurs, à la rentrée.
Des retrouvailles familières puisque cela fait trois étés que nos lecteurs peuvent suivre, en prépublication et en avant-première les péripéties du quatuor d’orphelins bousculés par la Grande Guerre.

Après s’être réfugiés dans les bois de l’Aisne, avoir tenté de se cacher au Familistère de Guise puis s’être retrouvés malencontreusement en Belgique, Luigi, Lucas, Ludwig et Lucien ont rejoint de nouveau la France. Laissant leur amie Lucie chez ses grands-parents outre-Quiévrain, on les retrouvera, en ce début d’année 1918 et de cinquième album, dans les Vosges. Toujours derrière les lignes allemandes et alors qu’une résistance se met en place. Au début de l’album, ils seront en bien mauvaise posture (voir vignette ci-dessus)… On se gardera donc de dévoiler l’intrigue. Sinon pour noter que pour la première fois depuis le début de la guerre, le groupe va être contraint de se séparer.

Pour évoquer la place occupée par cette série jeunesse (mais tout public) dans la production d’albums de bande dessinée sur la Première Guerre mondiale, entretien avec Vincent Marie, agrégé d’histoire, auteur notamment du documentaire Là où poussent les coquelicots et qui fut commissaire de la première grande expo consacrée à BD et 14-18 à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne…

Lire la suite

Corto Maltese dans le « Figaro magazine »

Il sera bientôt temps de se pencher sur les bandes dessinées estivales publiées (plus ou moins) dans la presse pour cet été 2017 – et s’agissant du Courrier picard, ce sera un nouvelle pré-publication « collector », en noir et blanc, du nouveau tome de la Guerre des Lulus (on y revient plus en détails lundi prochain).
Mais le Figaro Magazine réussit déjà un joli coup éditorial et médiatique: il va en effet pré-publier le prochain tome de Corto Maltese.

Dès la semaine prochaine et jusqu’au 25 août, les lecteurs de l’hebdo de droite du groupe Dassault pourront donc découvrir, au fur et à mesure, les 72 pages de la nouvelle aventure signée Juan Dias Canales et Rubén Pellejero.

Et il faudra faire attention au chaud et froid. Car, après l’Alaska sous le soleil de minuit, c’est sous les tropiques voire l’équateur qu’ira se balader le marin aventureux. L’histoire est appelée à se dérouler entre Venise, Alexandrie, la mer rouge, la Grèce et l’Afrique noire, en 1911. Sur sa route, Corto croisera notamment un aventurier français, Henry de Monfreid, mais aussi Winston Churchill, et il sera surtout confronté à trois femmes (une journaliste entreprenante, une exploratrice à la recherche de son père et une ancienne esclave). Bref, un nouvel album qui paraît s’inscrire dans la veine de « jeunesse » et de l’aventure du précédent opus.
L’album, Equatoria, toujours édité par Casterman, sortira le 27 septembre…

Lire la suite

Valérian et Laureline sous l’oeil de la sciences à la Cité

La Cité des sciences, à Paris, accueille pour six mois une exposition ludique et scientifique sur « Valérian et Laureline ». A voir ! Avant de lire les nouveautés éditoriales autour de la série BD culte de Christin et Mezières, qui arrivent en ce début d’été puis à l’automne.

On va beaucoup entendre parler de Valérian et Laureline dans les semaines qui viennent, avec la sortie du blockbuster de Luc besson programmé le 26 juillet (lire à ce sujet dans le dernier numéro du magazine Casemate un gros et intéressant dossier, avec interview du réalisateur et des deux auteurs, qui donnent d’ailleurs quitus au film, vu en avant-première). Mais on peut déjà retrouver les agents spatio-temporels de Christin et Mezières à la Cité des sciences. Une expo qui « s’amuse à réfléchir » avec la série, pour reprendre le slogan du journal Pilote où cette dernière a vu le jour voilà cinquante ans…

Lire la suite

Explications de vote, faut vous faire un dessin ?

Bonne initiative (graphique et bédéssinée qui plus est) des Décodeurs du Monde. La rubrique a mis en ligne un strip très pédagogique réalisé par Agathe Dahyot, qui fait partie des « information designer » du service, pour nous expliquer « Les élections législatives, comment ça marche ? »

Dans un autre registre, mais toujours sur le même sujet et toujours dans les rubriques du Monde, version Matinale cette fois, on peut saluer le strip d’Aurel, mis en ligne ce samedi.

Et que l’on se permet de reproduire ici in extenso…

Lire la suite

« The Walking Dead plus proche de la fin que du début » déclare Charlie Adlard au « Courrier picard »

Charlie Adlard, lors d’une séance dédicaces, samedi.

Comme déjà évoqué, Charlie Adlard aura été l’auteur de l’année, pour cette édition 2017 des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens.
En plus de ces nombreuses et généreuses interventions tout au long du week-end, sous forme de rencontre dans l’expo Walking Dead conçu pour l’occasion, de table-ronde sur sa carrière, de « leçon » à la fabrique de la bande dessinée, mais aussi de nombreuses dédicaces (généralement accompagnées de séances photos auxquelles il s’est prêté avec le sourire) le dessinateur de la série Walking Dead a aussi accordé un entretien au Courrier picard.
Occasion de revenir sur les personnages de ses comics, sur son travail assez fusionnel avec les scénariste Robert Kirkman ou son relatif désintérêt pour les zombies (en soi). Et, sans « spoiler » bien sûr, d’avouer que la série a bien une fin et qu’elle est aujourd’hui plus proche de celle-ci que du début. Début qui remonte déjà, il est vrai, à quatorze ans et 27 volumes parus.

 

 

Un deuxième numéro chicon et chic, avec Bolivar et la pierre magique d’Oblicamp

Le deuxième numéro de la revue de bande dessinée picard Pierre, Papier, Chicon vient de paraître. Associant légendes et histoire, pierre d’Oblicamp et Simon Bolivar ! 

Et si la révolution bolivarienne avait des racines picardes ? Et si Bolivar avait trouvé l’inspiration de son mouvement indépendantiste aux bords de la Somme ? C’est l’idée développée au coeur du « long format » dessiné du deuxième numéro de la revue de bande dessinée picard Pierre, Papier, Chicon.
Derrière un beau dessin au style très « corto maltesien » en couverture (avec un personnage au petit air aussi du dessinateur Hardoc…), Damien Cuvillier et son frère Stéphane, unis dans une belle alliance bolivarienne de circonstances, se sont replongés dans les replis de l’histoire, pour un exhumer une anecdote oubliée et en tirer une jolie histoire.
L’anecdote, c’est le court séjour, avéré, de Simon Bolivar à Amiens, en 1802. On ne sait en revanche le but de ce voyage ni ce qu’il fit en Picardie…

Lire la suite