Pink Floyd en bande dessinée aussi

Galerie

Cette galerie contient 7 photos.

L’exposition sur l’histoire des Pink Floyd, The mortals remains, actuellement visible au Victoria & Albert Museum de Londres, vaut incontestablement le déplacement. Et dans ce cadre, à noter, deux anecdotes en rapport avec ce qui nous intéresse ici, à savoir … Lire la suite

Valérian, un film qui a droit de Cité

C’est peu de dire que cette Cité des mille planètes, adaptation au cinéma par Luc Besson de la série Valérian de Christin et Mezières, était attendue. Première super-production de SF « made in France » jouant dans la même catégorie que les blockbusters hollywoodiens et « rêve » de longue date du réalisateur envers une série qui a accompagné son enfance.

Ici, c’est plutôt – ou principalement – du point de vue de la bande dessinée que l’on traitera l’affaire, après visionnage du film en avant-première hier soir (dans une grande salle bien pleine et plutôt empathique).

Il ne s’agit pas cependant de tenter le petit jeu des différences entre l’album initial et l’adaptation à l’écran. S’agissant de medium distincts, fonctionnant avec des principes narratifs différents (et c’est d’ailleurs là l’un des soucis de ce Valérian…), la « trahison » est consubstantielle au passage des planches au grand écran. Mais, à l’inverse, les références à un univers préexistant et les nombreuses références directement piochées dans l’oeuvre de Pierre Christin et Jean-Claude Mezières, rendent légitimes l’interrogation sur le respect, si ce n’est de la lettre, du moins de l’esprit de la série…

Lire la suite

Corto Maltese dans le « Figaro magazine »

Il sera bientôt temps de se pencher sur les bandes dessinées estivales publiées (plus ou moins) dans la presse pour cet été 2017 – et s’agissant du Courrier picard, ce sera un nouvelle pré-publication « collector », en noir et blanc, du nouveau tome de la Guerre des Lulus (on y revient plus en détails lundi prochain).
Mais le Figaro Magazine réussit déjà un joli coup éditorial et médiatique: il va en effet pré-publier le prochain tome de Corto Maltese.

Dès la semaine prochaine et jusqu’au 25 août, les lecteurs de l’hebdo de droite du groupe Dassault pourront donc découvrir, au fur et à mesure, les 72 pages de la nouvelle aventure signée Juan Dias Canales et Rubén Pellejero.

Et il faudra faire attention au chaud et froid. Car, après l’Alaska sous le soleil de minuit, c’est sous les tropiques voire l’équateur qu’ira se balader le marin aventureux. L’histoire est appelée à se dérouler entre Venise, Alexandrie, la mer rouge, la Grèce et l’Afrique noire, en 1911. Sur sa route, Corto croisera notamment un aventurier français, Henry de Monfreid, mais aussi Winston Churchill, et il sera surtout confronté à trois femmes (une journaliste entreprenante, une exploratrice à la recherche de son père et une ancienne esclave). Bref, un nouvel album qui paraît s’inscrire dans la veine de « jeunesse » et de l’aventure du précédent opus.
L’album, Equatoria, toujours édité par Casterman, sortira le 27 septembre…

Lire la suite

OpaleBD pêche bien à la Ligne d’auteur

L’association calaisienne OpaleBD va lancer une série d’art books sur des auteurs de bande dessinée qu’elle apprécie. Le premier palier est franchi, mais peut encore être accompagné.

OpaleBD a réussi son premier pari : celui de financer le budget de sa future collection d’art books, Ligne d’auteur, édités pour fêter les vingt ans de cette association et site calaisiens de fans du 9e art.
Ceux-ci se sont donnés pour but de référencer le maximum de manifestations dédiées au 9ème art mais également à l’univers jeunesse et de gérer l’agenda de plus de 20 000 auteurs !
Lancée sur la plateforme de financement participatif Ulule, l’opération « art books » a donc dépassé son objectif plancher de 6500 euros. Il reste encore jusqu’à ce dimanche pour apporter des fonds supplémentaires et permettre ainsi l’ajout d’un vernis sélectif sur le titre en couverture. Et, bien entendu, toute participation permettra de recevoir les contreparties proposées en échange des paliers de dons.

40 art books en dix ans

Sans compter que le projet ne manque pas d’ambition, puisque OpaleBD envisage de se lancer dans une collection de quarante albums (sur les dix ans à venir), de 64 pages couleur, en format classique d’album (22.5 x 29.7 cm), dos carré cousu-collé. Et la plupart des dessins et des illustrations présents dans les albums seront des inédits.

Les deux premiers tomes seront consacrés à Philippe Luggy (l’auteur de Percevan et du sympathique grillon Sylvio, dans Pif Gadget) et Michaël Marmin.

 

20 albums indispensables à lire cet été

Toute l’année, les journalistes de l’ACBD, spécialisés en bande dessinée, lisent des milliers d’albums. Souhaitant faciliter l’orientation des lecteurs parmi la masse des nouveautés, ils proposent, depuis quelques années et en plus du Grand prix ACBD annuel, une sélection  de 20 titres à lire pour l’été.
À partir de toutes les nouveautés bandes dessinées parues entre le 1er novembre 2016 et le 6 juin 2017 (soit… 2 386 titres), les 89 membres actifs de l’ACBD ont choisi chacun 10 albums qui leur ont semblé incontournables ; ceci afin de sélectionner 20 titres que l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée met en avant pour l’été. Cette liste est le résultat de leur vote. Des albums – et c’est le but – très divers…

Lire la suite

Les fils de l’homme

La terre des fils, Gipi. Editions Futuropolis, 288 pages, 23 euros.

Dans un futur indéterminé et post-apocalyptique. Sur une terre dévastée et sauvage, envahie par les eaux, un homme rescapé du monde d’avant élève à la dure ses deux fils. Concrétisation d’un amour paradoxal, il les a endurci, leur refusant toute tendresse pour leur permettre de survivre dans ce monde nouveau et brutal. Ses seules marques d’affection, il les porte à « la sorcière », une femme qui a aussi connu la civilisation. Et il consigne ses réflexions dans un carnet que ses enfants, illettrés, ne parviennent pas à lire.
Lorsque le père meurt, les fils vont chercher à faire déchiffrer ces fameux mots inconnus. Une quête prioritaire surtout pour l’un des enfants, le plus indépendant et celui qui manifestait le plus d’opposition à son père.
Bravant l’interdit paternel de quitter leur territoire, ils vont faire des rencontres dangereuses avec les deux frères « Grossetête », vieillards hydrocéphales à l’affection inquiétante, puis avec les adeptes du Dieu « Trokool » et de leur Uberprêtre qui mangent les visages…

Lire la suite

Bonne fête des pères !

En plus d’être celle, annoncée, des candidats (et candidates) de La République en marche aux législatives, ce dimanche est celui de la fête des pères. Dont un certain nombre d’amateurs de bande dessinée.

Et, pour ceux-là (et pour cela), cette récente parution des éditions de La Gouttière est tout à fait appropriée… Bonne fête donc !

 

Nouvelle vente aux enchères D.Maghen & Christie’s avec Rosinski en vedette

Ce samedi 17 juin, l’éditeur-galeriste Daniel Maghen et Christie’s Paris organisent leur cinquième vente aux enchères « Bande Dessinée & Illustration »

Ce n’est déjà plus un événement, mais pas totalement encore une habitude. Pour la cinquième fois, le galeriste (et éditeur) parisien Daniel Maghen s’associe au renommé Christie’s pour une nouvelle vente aux enchères impressionnante, ce samedi 17 juin à Paris. Et en deux temps.

Spécial Rosinski

La première partie sera consacrée à Grzegorz Rosinski, le dessinateur de Thorgal. Avec trente-deux planches et illustrations de la collection de l’artiste qui font leur toute première apparition sur le marché de la vente.
Ce sera l’occasion pour les amateurs d’acquérir des œuvres issues des 12 premiers albums de Thorgal, comme deux planches issues du tout premier album, La Magicienne trahie (estimées de 13 000 à 15 000 € et de 15 000 à 18 000 €). D’autres planches provenant d’Au-delà des Ombres, de La Chute de Brek Zarith seront également proposées, ainsi que six planches de l’album Les Archers où apparaît pour la première fois Kriss de Valnor (estimation entre 15 000 et 20 000 €).
En plus, trois planches orginales – et superbes – du Grand Pouvoir du Chninkel (estimation : 15 000 à  20 000 € chacune), sont également proposées un des premiers romans graphiques de l’histoire de la bande dessinée franco-belge, né en 1986 lorsque Rosinski souhaite donner plus de libertés à son style.

La seconde partie présentera des oeuvres de grands maîtres historiques de la bande dessinée comme Uderzo, Jacobs et Franquin, ainsi qu’une sélection de planches remarquables signées Druillet, Francq, Gibrat, Gotlib, Mézières, Moebius / Giraud, Pratt, Schuiten et Vance. Plus quelques auteurs plus jeunes: Bonhomme, Lauffray, Marini, Meyer, Mirallès…

Deux catalogues-livres

Comme lors de la dernière vente, celle-ci se double de l’édition de deux catalogues qui sont de véritables ouvrages d’art, avec une petite présentation de chacune des planches.
Le premier, de 160 pages, est consacrée à la vente « généraliste », qui reprend en couverture une belle illustration en couleurs de XIII.
Les second catalogue, consacré spécifiquement à Rosinski, avec là encore une belle illustration en couverture, à savoir une jolie étreinte entre Thorgal et Aaricia, détail d’une illustration originale réalisée en 1992 pour une affiche (estimée entre 15 000 et 20 000 euros). Ce second catalogue est introduit par une présentation et un entretien avec le dessinateur polonais réalisés par Patrick Gaumer.
Tous deux réalisés avec soin, sur un beau papier qui met bien en valeur les planches, ces deux ouvrages donneront l’occasion à ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir les oeuvres originales, de pouvoir, au moins, les admirer à loisir.

Les deux catalogues sont téléchargeables sur le site de Daniel Maghen.

Une peinture de Druillet, mise en vente ce samedi.