Avec « Fairyland », Skottie Young le magicien ose le conte trash

I hate Fairyland, tome 1: le vert de ses cheveux, Skottie Young. Editions Urban comics, 136 pages, 10 euros (prix promotiionnel jusqu’au 30 juin 2017).

Il était une fois une petite fille aux cheveux verts nommée Gertrude qui rêvait d’un monde magique dont elle serait la princesse… Et elle va voir son rêve se réaliser. Aspirée par la moquette, elle se retrouve projetée à Fairyland, le royaume de la reine Cloudia, régnant sur ses créatures étranges et charmantes, dans son monde sucré peuplé de licornes, de colosses coquins (à ne pas confondre avec les trolls taquins), de faunes et d’îlot de glaces réellement fait de crème glacée.
Pour repartir chez elle, Gertrude doit juste trouver la clé qui ouvrira la porte menant vers son monde. Aidée par Larrigon Wentsworth III (une sorte de grosse mouche aux yeux globuleux) et d’une carte de Fairyland, sa quête ne devrait pas lui prendre plus d’une journée. Sauf que 27 ans plus tard, Gertrude est toujours là ! Son apparence de petite fille n’a pas changé, mais elle est devenue franchement caractérielle, haineuse et prête à massacrer tout ce trop gentil petit monde, histoire de passer sa rage (compréhensible). La reine, qui selon la loi ne peut s’en prendre aux invités de Fairyland, fourbit néanmoins quelques stratégies pour se débarrasser de l’intruse, dont la dernière pourrait bien causer sa perte…

Lire la suite

« Demon » entre dans une nouvelle dimension

Demon, vol.2, Jason Shiga. Editions Cambourakis, 224 pages, 22 euros.

Après le road movies trépidant du tome 1, le rythme se ralentit et tourne presque à l’introspection au début de ce tome 2.
Son identité découverte et ayant découvert sa faculté démoniaque à prendre possession de la personne la plus proche de lui lorsqu’il décède, Jimmy Yee va très scientifiquement tenter d’analyser ses nouveaux pouvoirs (à travers de nouveaux massacres: un musicien, un haltérophile, un peintre – afin de voir s’il récupère les dons innés des victimes, voire même d’un singe, avec la confirmation que la transmutation ne fonctionne qu’entre humains). Un flash-back va également permettre de saisir la raison du hold-up absurde et raté qui a déclenché tout le processus. Et de distinguer le vrai objectif de Jimmy Lee : venger sa famille en tuant le conducteur alcoolique qui est à l’origine de leur mort. Mais l’inspecteur Hunter et ses hommes de l’OSS tendent aussi leur filet, afin de recruter Jimmy pour une dangereuse et primordiale mission d’espionnage. Et de nouvelles révélations (qu’il serait dommage de révéler plus avant pour ne pas se priver de la surprise) vont donner encore une autre dimension à l’histoire…

Lire la suite

Tronchet retourne en enfance

Sortie de route, Didier Tronchet. Editions Glénat, 88 pages, 19,50 euros.

Proust avait sa Madeleine, Régis lui a sa bouteille de grenadine pour retourner en enfance. Sur la route des vacances, après un dernier rendez-vous professionnel, ce commercial en matériel agricole va cependant voir sa vie basculer lorsque sa femme, Valérie, se rafraîchit avec ladite bouteille. Et redevient, pour de bon, la petite fille de dix ans, qu’elle avait été. La vie très ordonnée, trop ordonnée, de Régis part alors en vrille. Voilà qu’il doit s’occuper de sa femme comme s’il s’agissait de la fille qu’ils n’ont jamais eu. Et il se trouve dans l’impossibilité de trouver du soutien auprès de son patron et de son ami face à ce phénomène incompréhensible. La situation va encore se compliquer lorsque Régis se voit poursuivi par les gendarmes, soupçonné de relations perverses avec la jeune fille qu’il trimballe avec lui…

Lire la suite

Un voyage en Satanie diablement bien réussi

Satanie, Fabien Vehlmann (scénario), Kersacoët (dessin). Editions Soleil, coll. Métamorphose, p.128 pages, 22,95 euros.

Il aura fallu attendre cinq ans, finalement, pour connaître la fin de l’histoire. Initialement publié chez Dargaud comme un diptyque, le tome 2 n’est jamais paru, semblant promettre ce récit très singuliers aux enfers des projets éditoriaux abandonnés. Il faut saluer donc l’initiative des éditions Soleil et de sa collection Métamorphose pour avoir repris le projet. Métamorphosé désormais en gros one-shot de 125 pages, d’aspect plus luxueux et à la très jolie couverture rouge rehaussée d’argent.

Le récit, lui, n’a pas changé et conserve tout les atouts qui avait conquis, dans sa première forme, en 2011.
On replonge donc dans les ténèbres souterrains, avec une équipe de sauvetage partie rechercher un jeune homme, Constantin, persuadé que la porte de l’enfer est vraiment sous terre et que les hommes de Néanderthal s’y sont établis pour fuir la glaciation de la surface et y ont développé des capacités physiques qui les font ressembler aux figures du diable. L’étrange expédition formée par l’éditeur de Constantin, un prêtre spéléologue et râleur, un villageois de plus en plus cinglé et Charlie, la soeur de Constantin, va s’enfoncer dans un voyage sans retour.
Projetés dans une zone inconnue par une crue, ils vont aboutir à Ultima Thulé, cité utopique secrète puis découvrir enfin le continent mystérieux ou vivent les « sataniens », créatures cornues aux yeux rouges et imprévisibles…

Lire la suite

Des idées dans la Suite

La suite de Skolem, tome 2: Disparitions, Marek (dessin), Jean-François Kierzkowski (scénario). Editions Pirates, 108 pages, 14 euros.

Le professeur Ratmir – de plus en plus exalté – est toujours aussi farouchement décidé à à retrouver ce mystérieux homme en noir, dont l’apparition à bouleversé sa vie vingt ans plus tôt (et dans la première partie de ce diptyque…). Avec son neveu Roldek et la jeune Guéorguina, dont la peau est de plus en plus marquée par ses étranges tâches noires, ils ont quitté Lviv pour la côte croate ou, d’après leurs savants calculs, doit avoir lieu la prochaine rencontre. Tandis qu’ils sont bloqués dans le village de Sibenik, Mefodi – l’associé de Ratmir – et le Dr Panfil tentent de les rejoindre en montgolfière. Mais la suite de Skolem saura-t-elle les sortir de cette spirale fatale ?

Lire la suite

« Seuls » sort le grand jeu

Seuls, tome 10: la machine à démourir, Fabien Vehlmann (scénario), Bruno Gazzotti (dessin). Editions Dupuis, 48 pages, 10,60 euros.

Ce dixième album s’inscrit dans la suite immédiate du précédent, qui voyait les enfants désormais séparés et confrontés à différents dangers et dilemmes. Anton, demeuré à NéoSalem continue à creuser sa théorie des limbes et Dodji subit toujours les supplices du « maître-fou ». Mais le récit se centre surtout sur Terry et le maître des couteaux. Désormais esseulés, ils trouvent refuge dans un gigantesque hangar qui abrite un salon des jouets. De quoi rendre fou de joie le jeune Terry qui va aussi avoir une illumination et tenter de construire une « machine à démourir » devant leur permettre de quitter le monde des limbes. L’apparition angoissante de Camille va déclencher une nouvelle crise chez le maître des couteaux…

Lire la suite

Inventivité démoniaque

demon_couv-600x803Demon vol. 1 de Jason Shiga, éd. Cambourakis, 176 p., environ 22 euros. Le volume 2 est prévu pour mars 2017.

Pour une fois, la lecture de la préface s’impose. D’une part car elle est signée par l’auteur lui-même. D’autre part car elle permet une immersion plus en douceur dans un univers quand même particulièrement barré.

Avec humour, Jason Shiga souligne donc que « Depuis le suicide de la page première page jusqu’à l’apothéose en bain de sang, 4 pages plus loin, Demon se veut un hommage joyeux à toutes ces publications bien divertissantes et bien trash qui jonchent le sol de notre enfance. » Et l’auteur de BookHunter et Vanille ou chocolat ? avoue avoir réalisé là un vieux rêve : « celui de franchir les limites de la décence et du bon goût à toutes les pages. »

Une fois ainsi « averti », et s’attendant à tout, il est possible de plonger avec Jimmy Yee, le malheureux héros de cette singulière histoire. Désespéré depuis l’accident de la route qui tua sa fille et sa femme, puis un braquage raté et sanglant, il cherche à mourir. Mais alors qu’il se pend, dans le premier motel qu’il trouve sur sa route… il a la surprise de se réveiller dans sa chambre le lendemain ! Pas convaincu par cette « deuxième chance », il se re-suicide alors en se coupant les veines dans une baignoire emplie d’eau. Avec le même résultat. Overdose de médicaments, balle en pleine tête, quelle que soit la tentative le résultat est le même. Ou presque. Il faudra que Jimmy se projette sous les roues d’un poids-lourd et se réveille dans un lit d’hôpital cette fois, pour qu’il commence à entrevoir le phénomène dont il est victime…

Lire la suite

Nobody Owens, un inconnu qui gagne à être connu

etrange-vie-de-nobody-owens-t01_couvetrange-vie-de-nobody-owens-02_couvL’étrange vie de Nobody Owens, vol1 et vol 2, Neil Gaiman, P.Craig Russel (scénario). D. Lafuente, S.Hampton, P.Craig Russell, K.Nowlan, G.Showman (dessin).  Delcourt, 176 p., 17,95 euros.

Une histoire gothique et onirique du grand Neil Gaiman, fort joliment mise en scène.
Ayant réussi à s’échapper de chez lui tout jeune enfant, alors que sa famille était massacrée par Jack, le membre d’une confrérie secrète, réfugié dans un cimetière où il est recueilli et élevé par un couple de fantômes, Nobody Owens vit désormais la vie habituelle d’un ado américain. Ou presque. Il est temps pour lui de se confronter au monde des vivants et des jeunes de son âge. Silas, son tuteur (par ailleurs un vampire) l’incite donc à aller au collège, où il devra se faire discret. Mais son sens de la justice va vite le faire remarquer. Et le mettre en danger…

Lire la suite

Nettoyage à sec au 3e sous-sol

AliceM_T05_C1C4.inddAlice Matheson, tome 5 : les obsessions de Sam Gibbs, Stéphane Betbeder (scénario), Emmanuela Negrin et Lucio Leoni (dessin). Editions Soleil, 56 pages, 14,95 euros.

Dorénavant, le cadre est bien posé depuis quatre albums. Et le Saint Mary’s Hospital apparaît de plus en plus comme un vrai ramassis de névrosés, voire de meurtriers qui n’ont pas attendu l’épidémie de zombies qui déferle sur Londres pour s’adonner à leurs coupables penchants.
Dans le genre, Sam Gibbs, mis en lumière dans cet album après avoir déjà été aperçu dans le tome 2, apparaîtrait presque pacifique et anodin. Ce geek employé du service laverie, au 3e sous-sol, en pince secrètement pour l’infirmière Shirpa Rays… au point de venir habiter en face de chez elle et d’épier ses moindres faits et gestes. Et de rêver pouvoir être le héros qui va la sauver. L’arrivée des morts-vivants au 3e sous-sol va précipiter les choses. Mais les actions héroïques peuvent aussi se finir tragiquement…

Lire la suite

Un nouveau voyage extraordinaire avec Jules Verne

jules-verne-et-lastrolabe-duranie_couvJules Verne et l’Astrolabe d’Uranie, tome 1 (sur 2), Esther Gil (scénario), Carlos Puerta (dessin). Editions Ankama, 48 pages, 14,90 euros.

Jules Verne était un merveilleux conteur de récits fantastiques. Ici, il en est aussi le héros !
Et cette veine aventureuse débute tôt. Tout jeune, sur le port de Nantes, il monte discrètement sur un navire et surprend une conversation au sujet d’un mystérieux astrolabe. Une trentaine d’années plus tard, en janvier 1867 et malgré la promesse faite à son père de ne plus « voyager qu’en rêve« , il va se retrouver au coeur d’un dangereux périple.

Convaincu par son frère d’aller avec lui dans les Amériques – ou il espère trouver l’inspiration – Jules Verne abandonne son éditeur Hetzel et la France corsetée de Napoléon III pour embarquer sur l’impressionnant navire Great Eastern. Là, il va avoir la surprise de découvrir un mystérieux savant, Orpheus, et sa grosse valise, qui semblent liés au souvenir d’Estelle, la maîtresse décédée de Verne, mais aussi à la fameuse astrolabe entrevue trois décennies avant…

Lire la suite