Apothéose dans le ciel de Stalingrad pour Johnny Red

Johnny Red, tome 3 : des anges sur Stalingrad, Tom Tully (scénario), Joe Colquhoun (dessin). Editions Delirium, 112 pages, 23 euros.

Après s’être finalement débarrassé du lieutenant Coppel, frère d’un homme qu’il avait accidentellement tué, et qui le poursuivait depuis le précédent tome, Johnny Red réussit à s’évader d’une prison allemande, grâce à ses Faucons. Il va ensuite être confronté aux Anges de la mort, une escadrille féminine de chasseurs-bombardiers. Parmi ces aviatrices russes au courage inouï, le pilote anglais va notamment faire équipe avec le capitaine Nina Petrova durant le siège de Stalingrad. Dans les airs mais également au sol, dans la bataille acharnée qui se mène dans les ruines de la ville.
De retour derrière le manche de son Hurricane, Johnny Redburn va encore avoir à affronter son vieil ennemi allemand, Von Jurgen…

Lire la suite

Les Etats-Unis dans la Grande Guerre en noir et blanc

La Grande Guerre vue par les Américains, carnet du Cpt. Alban Butler Jr, de la First Division, 1917-1919, Alban Butler. Editions Albin-Michel, 272 pages, 16 euros.
Les Harlem Hellfighters, Max Brooks (scénario), Caanan White (dessin). Editions Pierre de Taillac, 200 pages, 14,90 euros.

C’est le jour de l’Independance Day, ce 4 juillet, et aussi l’année du centenaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis lors du premier conflit mondial. Deux dates symboliques pour évoquer deux ouvrages récents qui reviennent sur cette « Grande guerre » vue du côté américain. Avec deux optiques et deux regards assez différents, mais qui ne manquant pas d’intérêt.

Le premier est un témoignage croqué sur place du quotidien des soldats, pris par un observateur privilégié. Le second exhume un aspect méconnu et largement oublié de cet engagement, celui d’un bataillon formés de noirs, qui fut l’acteur du premier exploit militaire américain en France…

Lire la suite

6 juin 1944, Commando anglais au Jour J

Commando de la Seconde Guerre mondiale, Jour J: à l’assaut de la forteresse Europe. Editions Pierre de Taillac, 780 pages, 19,90 euros.

En ce jour anniversaire du débarquement en Normandie, faisons un petit saut avec les commandos britanniques, lâchés en éclaireurs derrière les lignes ennemies les jours précédant le 6 juin 1944 pour détruire les cibles stratégiques sur la côte normande.

La première mission emmène ainsi un groupe détruire une station-radar. Mais l’intégration au commando d’un expert en explosifs inexpérimenté sur le terrain va créer des tensions, avant que son attitude héroïque ne les fasse changer d’avis. La seconde équipée vise à détruire une batterie de canons géante, opération prétexte à évoquer, en flash-back, les profils des jeunes recrues (un étudiant en perpétuel échec, un mineur claustrophobe, un garçon de ferme incapable de tuer un animal, un commis boucher distrait, etc.) ; des soldats inexpérimentés qui vont s’accomplir et se dépasser dans leur mission.
D’autres histoires mettent aussi en scène des parachutistes américains, sautant le 4 juin, de manière anticipée, sous la direction d’un capitaine malade. On croisera aussi un sergent britannique, ex-champion de boxe, qui cherche à prendre sa revanche contre un boxeur allemand, de jeunes enfants de troupe qui vont s’immiscer parmi les troupes aéroportées du Débarquement, etc.

Lire la suite

Chienne de vie

Monument-Amour, tome 1: chiens de guerre, Didier Quella-Guyot (scénario), Arnaud Floc’h (dessin). Editions Bamboo (coll. Grand Angle), 48 pages, 13,90 euros.

Pour Camille Le Moal, sculpteur nantais, la mobilisation générale de 1914 avait été une forme d’aubaine, pour s’extirper d’un douloureux drame personnel. Et il s’en était plutôt bien sorti, jusqu’à ce jour de l’hiver 1917 où une bombe l’ensevelit sous une tranchée.

Un chien errant le sauve par miracle et va désormais devenir son fidèle compagnon, de l’hôpital jusqu’à un centre de convalescence où ses talents de sculpteur vont être appréciés. Il se fait aussi repérer par un lieutenant responsable d’une section canine…

Lire la suite

Ballon d’essai sur fond de crépuscule de la guerre froide

Luftballons, tome 1: Able Archer 83, Jean-Pierre Pécau (scénariste), Maza (dessinateur). Editions Delcourt, 56 pages, 14,95 euros.

C’est reparti pour une nouvelle uchronie d’aviation. Dans un contexte plus contemporain que les deux guerres mondiales qui servaient généralement de cadre jusqu’ici à la majorité des albums du genre. Et le récit colle beaucoup – pour l’instant – à l’Histoire réelle.

1983, l’Otan lance une grande manoeuvre dénommée « Able Archer 83 », qui fait craindre au bloc de l’Est un risque de déclenchement de la 3e guerre mondiale. La pilote est-allemande Lena Stauss est aux premières loges, échappant de peu à une attaque par des avions américains.
Mais une autre guerre, plus secrète, se déroule également, orchestrée par Markus Wolf, le chef de l’espionnage est-allemand, qui est par ailleurs l’oncle de Lena et de sa soeur Romi (partie avec ses parents à Berlin-Ouest en 1953, pour une mission d’espionnage au long cours). Les pions se mettent donc en place, dans l’attente, peut-être, de la confrontation fatale, le tout sur l’air de 99 Luftballons du groupe allemand Nena…

Lire la suite

Echappée belge pour les « Lulus »

guerre-des-lulus_t4_couvLa guerre des Lulus, tome 4: 1917, la déchirure. Éd.Casterman, 64 pages, 13,95 euros.

On les avait suivis, au quotidien, cet été encore dans les pages du Courrier picard. On les retrouve en bloc cette fois, et dans une version (joliment) mise en couleurs pour ce quatrième tome de leurs aventures au milieu de la Première Guerre mondiale.

À la fin du troisième tome, les « Lulus » des deux auteurs picards Hardoc et Hautière pensaient être tirés d’affaire. Les quatre orphelins axonais toujours accompagnés de Luce, jeune réfugiée belge, avaient réussi à quitter le Familistère de Guise occupé par les Allemands dans un train… qui se dirigeait malheureusement vers l’Allemagne ! Au début de ce nouvel album, onze mois se sont passés. Une ellipse mystérieuse qui dévoilée dans un spin-off à venir, La perspective Luigi, cette fois dessinée par Damien Cuvillier.

En attendant, les enfants se retrouvent en Belgique occupée en cette année 1917 où la guerre semble devoir être éternelle. Ils sont décidés à accompagner Luce jusqu’à son village, afin qu’elle puisse retrouver sa famille. L’objectif sera, en partie, atteint. Mais avec une part d’amertume et de tristesse, car la guerre n’a épargné personne. Sur le chemin, les Lulus vont aussi faire de nouvelles rencontres, plus ou moins sympathiques: un paysan labourant avec son éléphant, un camelot photographe, « marchand de rêve » faisant songer au personnage décrit dans le film du même nom de Guiseppe Tornatore. Et puis, Léandre, garçon débrouillard peut-être pas si gentil qu’il n’en a l’air…

Lire la suite

Quand la Guerre d’Espagne refait surface en rade de Brest

Nuit noire sur brestNuit noire sur Brest, d’après l’essai Nuit franquiste sur Brest de Patrick Gourlay, Kris et Bertrand Galic (scénario), Damien Cuvillier (dessin). Editions Futuropolis, 80 pages, 16 euros.

Kris avait déjà dévoilé magnifiquement une page d’histoire méconnue de Brest, cette manifestation meurtrière de l’immédiat après-guerre évoquée dans Un homme est mort. Il récidive, avec l’aide Bertrand Galic en mettant en lumière un chapitre tout aussi méconnu et étonnant de l’immédiat avant-guerre : comment un sous-marin espagnol est venu accoster à Brest en 1937 et comment le bâtiment est devenu un enjeu très politique pour les franquistes et pour communistes et anarchistes locaux qui ont cherché à contrecarrer l’opération.

Le dimanche 29 août 1937, le C-2, sous-marin républicain espagnol, fait surface au large de la rade de Brest. Souffrant d’avaries, il doit être réparé. Mais alors que la guerre d’Espagne fait rage et que la France suit sa ligne de non-intervention, sa présence devient un enjeu sensible. Sous la direction de Troncoso, chef militaire de la région d’Irun (qui sera la futur président de la fédération de football espagnol et vice-président du Real Madrid !), des partisans de Franco vont s’activer pour récupérer le bâtiment. Ils pourront compter sur l’aide d’un contact parmi l’équipage, mais aussi sur la jolie Mingua, entraîneuse au dancing de l’Ermitage et qui va séduire le capitaine du C-2, tout comme sur les militants français d’extrême droite, Croix de feu ou membres de la Cagoule, force croissante dans ces heures de crépuscule du Front populaire. En face, les partisans de la République ne sont cependant pas inertes, avec notamment un très actif agent secret anarchiste qui saura désamorcer l’action fasciste…

Lire la suite

Les traumas réels d’une guerre virtuelle

Drones_t2_couvDrones, tome 2: Post-trauma, Sylvain Runberg (scénario), Louis (dessin). Editions Le Lombard, 48 pages, 13,99 euros.

Juin 2037. Un mois après le début du récit de ces pilotes de drones de combat, le conflit s’est encore durci en Chine. Une série de grèves s’est déclenchée dans le Qinghai. Avec notamment une prise d’otages des cadres européens. Dans la rue, la répression menée par le parti au pouvoir, pro-européen vire à l’émeute. Et ce n’est qu’un début, les rebelles catholiques de Yun Shao entendent récupérer le mouvement social pour lui donner une tournure insurrectionnelle.
Depuis leur base danoise, Sam, Jewel et Louise vont de nouveau être sollicités, pour surveiller l’évolution de la situation dans l’usine, mais surtout pour débusquer le leader indépendantiste. Pendant ce temps, la famille d’un des soldats tués lors d’une attaque précédente vient de récupérer le corps du défunt. Et ce drame va en déclencher un bien plus sanglant, au coeur même de la base danoise…

Lire la suite

Le der des ders de Charlie

couv_charlie_10La Grande Guerre de Charlie, tome 10 : la der des ders, Pat Mills (scénario), Joe Colqhoun (dessin). Editions Delirium, 112 pages; 22 euros.

Dixième et dernier volume de cette Grande Guerre de Charlie – grande saga sur la Première Guerre mondiale en bande dessinée, que l’on suit ici avec enthousiasme depuis 2011.

Après avoir participé à la seconde bataille de la Somme, au printemps, Charlie Bourne, devenu caporal, vit ses derniers mois sur le front ouest. En cet été 1918, Il combat désormais aux côtés des troupes américaines, et subit de nouveau la présence de son ennemi, le capitaine Snell, toujours aussi fanatique et franchement dérangé. Pour eux, le conflit sera sanglant jusqu’au dernier jour. Et même après l’Armistice, puisque Snell a inscrit frauduleusement Charlie comme « volontaire » pour rejoindre le corps expéditionnaire britannique envoyé en Russie combattre les bolcheviks.
Là-bas, sur le front d’Arkhangelsk, au nord du pays, Charlie Bourne va encore combattre bravement, même s’il s’interroge de plus en plus sur le bien fondé de cet engagement. Et il aura à se confronter, en plus de la grippe espagnole, au légendaire chef bolchevik Spiridonov, qui fait régner la terreur parmi les troupes blanches avec son train blindé…

Lire la suite

Black sands, une île guère pacifique

black sands_couv_lightBlack sands, Unité 731, Tiburce Ogier (scénario), Mathieu Contis (dessin). Editions Rue de Sèvres, 112 pages, 18 euros.

Tiburce Ogier est de retour aux éditions Rue de Sèvres. Après l’ouest sauvage et onirique de Buffalo Runner, c’est une île guère plus pacifique qui sert de cadre à cette histoire surprenante, mixant récit de guerre, attaque de zombies et fait historique.

En cet été 1943, la guerre bat donc son plein entre Américains et Japonais dans le Pacifique. Une guerre sans merci doublée d’opérations spéciales comme celle qui fait l’objet du débarquement nocturne d’un petit commando sur une île au large de la Nouvelle-Guinée. Quelques jours plus tard, six rescapés du naufrage de leur destroyer s’échouent à leur tour sur cette île mystérieuse et très dangereuse. Car en plus des patrouilles japonaises, les hommes sont assaillis par zombies agressifs qui vont progressivement les décimer. L’un des rares survivants, le caporal Joseph Gregovitkz, découvrira alors le secret de l’île et une horreur encore plus grande. Et plus humaine…

Lire la suite