L’art d’Artemisia

Artemisia, Nathalie Ferlut (scénario), Tamia Baudouin (dessin). Editions Delcourt, 72 pages, 15,95 euros. Sortie annoncée le 16 août.

Artemisia Gentileschi s’est faite un nom dans le monde de la bande dessinée avec le prix qui a utilisé son patronyme pour mettre à l’honneur le travail d’auteur(e)s féminines du 9e art. Ce biopic est l’occasion de comprendre les raisons de ce choix.

Elle fut la première femme peintre officiellement reconnue par l’Académie des Arts de Florence, en 1616. Elle fut, surtout, un modèle de volonté et de liberté dans un monde qui ne lui laissait ni l’une, ni l’autre.
Fille d’Orazio Gentileschi, peintre contemporain et connaissance du Caravage, Artemisia ne dut qu’à l’amour et à la reconnaissance – contrainte – de son père de pouvoir s’adonner à la peinture (art réservé aux garçons). A son grand dam, celui-ci, veuf et élevant seul ses enfants, est en effet forcé de reconnaître que sa fille est bien plus douée que ses deux garçons. Pour l’aider, il va prendre une décision lourde de conséquences en priant son ami Agostino Tassi de venir apprendre l’art de la perspective à Artemisia. Tassi va en effet déflorer la jeune fille, puis en abuser à de nombreuses reprises. Celle-ci souffre d’abord en silence avant de révéler la situation à son père, après que Tassi se soit enfui avec des tableaux. Le scandale devenu public va se transformer en procès à sensation.
A l’issue, Artemisia se mariera avec un époux amoureux, mais falot et s’établira à Florence. Elle assurera finalement le train de vie la famille grâce à la vente de ses tableaux. Avant de partir avec ses enfants et retrouver son père, pour sa dernière année, à Londres…

Lire la suite

Magritte : ceci n’est pas une biographie, mais une réussite !

Magritte, ceci n’est pas une biographie, Vincent Zabus (scénario), Thomas Campi (dessin). Editions Le Lombard, 64 pages, 14,99 euros.

Magritte a cassé sa pipe il y a cinquante ans, le 15 août 1967 à l’âge de 68 ans. Cette année, la Belgique lui rend honneur avec une « année Magritte » déclinée en de nombreuses manifestations culturelles.
Les éditions du Lombard (également belges) ont anticipé l’événement en sortant en fin d’année dernière cet album, sinon surréaliste, du moins reflétant fort bien l’esprit du peintre. Un album à la fois fantaisiste, pédagogique et d’une très belle facture graphique.
Une biographie dessinée qui n’en est donc pas une, puisqu’elle conte la singulière aventure advenue à Monsieur Singulier. Un homme qui, malgré son patronyme, est tout à fait ordinaire. Employé de bureau discret, il s’est offert la fantaisie d’acheter un chapeau melon sur le marché des Marolles, à Bruxelles, afin de fêter la promotion qui l’attend le lendemain. Mais une fois posé ce chapeau (celui de Magritte !) tout dérape. Non seulement il ne parvient plus à se défaire de ce couvre-chef, mais il se voit contraint par des personnages fantasmatiques issus de l’oeuvre du peintre de percer les mystères de son monde, faute de quoi le chapeau restera éternellement vissé sur son crâne !
L’investigation va débuter par une soirée consacrée à l’artiste, où il rencontre la conférencière, une jeune femme surprise et amusée par ce monsieur coiffé du chapeau de Magritte. Ensemble, ils vont basculer dans la vie et l’oeuvre du peintre. Une immersion qui va tout changer…

Lire la suite

Dans l’intimité de Gérard Depardieu

Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu, Mathieu Sapin. Editions Dargaud, 160 pages, 19,99 euros.

Voilà cinq ans, un producteur – Arnaud Friley – et un réalisateur – Stéphane Bergouhnioux – convainquent Gérard Depardieu de partir en Azerbaïdjan pour un Retour au Caucase, dans les pas d’Alexandre Dumas », pour un documentaire pour Arte.

En 1858, le romancier en avait tiré un livre, Voyage au Caucase. Et comme l’auteur des Trois mousquetaires était alors accompagné d’un peintre, Jean-Pierre Moynet, il est proposé au dessinateur Mathieu Sapin d’accompagner l’acteur afin d’en ramener un carnet de croquis et de l’intégrer au film. C’est le début d’une relation de cinq ans qui va s’établir entre l’acteur et le dessinateur, qui se propose d’accompagner ensuite Gérard Depardieu dans d’autres voyages…

Lire la suite

Robespierre, Clémenceau, deux façons d’aimer la République

Collection « Ils ont fait l’histoire », éditions Glénat:
Robespierre, Mathieu Gabella (scénario), Hervé Leuwers (conseils historiques), Roberto Meli (dessin). 56 pages, 14,50 euros.
Clemenceau, Renaud Dély (scénario), Jean Garrigues (conseils historiques), Stefano Carloni (dessin), Christophe Regnault (storyboard). 56 pages 14,50 euros.

Deux nouveaux albums marquants dans la collection « Ils ont fait l’Histoire » des édtions Glénat. Et deux personnalités qui ont, incontestablement, marqué l’Histoire de France. Deux personnages controversées. Et deux ardents républicains aussi. Ce qui peut les réunir, au-delà des événements et des périodes historiques qu’ils ont traversé.

On découvre Robespierre en avril 1789, encore avocat à Arras et tout juste élu du Tiers Etat pour les Etats Généraux. Déjà « du côté du peuple », on le retrouve ensuite parmi les Jacobins en 1791, au moment de la fuite du roi à Varennes, on le suit de l’assemblée constituante à la Convention, menant ses combats pour la démocratie ou l’abolition de la peine de mort, le suffrage universel, assumant aussi un régime fort alors que le pays est attaqué à l’extérieur (à la suite d’une guerre voulue par le roi et l’assemblée et qu’il n’approuvait pas, à l’été 1792) et parsemé de troubles intérieurs. Avec Danton et Desmoulins, ses amis, d’abord, puis acceptant la mort de ces « indulgents ». Et ce jusqu’au jour de sa mise en accusation et son renversement, le 9 thermidor (juillet) 1794.

Un siècle plus tard, Clemenceau, donc. Après « l’incorruptible », le « Tigre ». Le lien entre les deux se fait d’ailleurs naturellement, avec la première planche de l’album sur Clemenceau où, en 1856, lors d’une balade à cheval dans la Vendée de son enfance, le père de Georges Clemenceau fait l’éloge de Robespierre à son fils: « Il voulait le bien, la vertu, et ils les voulait trop et trop vite… C’était un idéaliste. Un homme épris de morale et de pureté (…) Toute existence ne prend sens que si elle est, jusqu’au bout, révolte contre l’ordre des choses. Ne l’oublie pas, mon fils ! » Ardent républicain, lui aussi, traversera les tumultes de deux siècles suivants : arrêté sous l’empire de Napoléon III pour les propos de son journal (et sa rencontre avec Auguste Blanqui en prison), maire durant la Commune de Paris (ou il est impressionné par Louise Michel), député sous la jeune IIIe République (où il plaide vainement pour l’amnistie des Communards). En cette fin de XIXe siècle, Clemenceau est alors un radical – au sens premier du terme – situé à l’extrême gauche de la chambre, anticlérical farouche, opposé à la politique coloniale des « opportunistes » Ferry et Gambetta, il dénonce aussi les scandales dans son journal La Justice. D’abord anti-dreyfusard, comme la majorité de l’opinion, il change de position et s’engage avec Zola pour le capitaine Dreyfus. Mais au tournant du siècle, devenu ministre de l’Intérieur, le radical commence à se recentrer. Il s’oppose au socialiste Jaurès et fait charger la troupe contre les mineurs à Courrières, en 1906. Premier épisode, suivi d’autres répressions ouvrières qui donnera cette image à celui qui endosse alors le rôle de Président du Conseil. Revenu de ses opinions sur le peuple qu’il croyait « toujours raisonnable« , très patriote, Clémenceau va marquer pleinement de son empreinte la France durant la Première Guerre mondiale, d’abord comme député vigilant dans l’opposition, puis de nouveau en chef du gouvernement, en novembre 1917, ou il endosse l’épithète de « Père la Victoire »…

Lire la suite

La guerre de Catherine et celle de Guy-Pierre, deux témoignages émouvants sur 39-45

La guerre de Catherine, Julia Billet (scénario), Claire Fauvel (dessin). Editions Rue de Sèvres, 168 pages, 15 euros.
Ma guerre de La Rochelle à Dachau, Tiburce Ogier, d’après le livre de Guy-Pierre Gautier. Editions Rue de Sèvres, 80 pages, 18 euros.

Les éditions Rue de Sèvres publient en ce printemps deux récits ayant pour cadre la Seconde Guerre mondiale. Deux témoignages et deux regards forts sur deux traversées du conflit. Deux faces d’une même volonté de survie.

Adaptation de son roman, paru à l’Ecole des loisirs, La Guerre de Catherine a un petit côté Un sac de billes. Sauf que le périple, de Sèvres jusqu’aux Pyrénées est celui d’une jeune fille juive et de son appareil photo. En chemin, elle va rencontrer un certain nombre de « justes », paysans ou religieuses, tous dévoués pour la sauver, elle et les autres petits enfants juifs qu’elle va croiser. Ce récit émouvant et chaleureux est renforcée par une mise en images pleine de grâce et de lumière. Un dessin plutôt rond et un joli traitement à l’aquarelle qui vont bien avec cette démonstration bienveillante de courage et de générosité.

Après la face lumineuse – quelque part – de ce conflit, Ma guerre de Tiburce Ogier en évoque une approche beaucoup plus sombre. Inspiré des épreuves vécues par son propre grand-père, Guy-Pierre Gautier, l’album raconte assez classiquement son itinéraire de jeune résistant et déporté communiste. L’enfance à Saintes puis La Rochelle, l’engagement progressif dans la résistance avec son groupe de jeunes athlètes. Puis l’arrestation…

Lire la suite

Marius Jacob, le Travailleur de la nuit remis au goût du jour

Le travailleur de la nuit, Matz (scénario), Léonard Chemineau (dessin). Editions Rue de Sèvres, 128 pages, 18 euros.

C’est un accusé pas comme les autres qui comparait ce 8 mars 1905 au palais de Justice d’Amiens. Et sa désinvolture ironique et cinglante à l’égard des juges révèle une personnalité bien plus puissante que celle du « cambrioleur » qui est jugé là.

Avec ses «Travailleurs de la nuit », Alexandre Jacob a écumé la France de la Belle Epoque, défrayant la chronique par ses opérations audacieuses et son panache (il laissait sa carte avec un mot d’humour à ses victimes, il redistribue l’argent de son butin aux nécessiteux). Il mettait ainsi en pratique la pratique de la « reprise individuelle », théorisée par l’anarchiste Elisée Reclus, dans la lignée d’un Proudhon affirmant que « la propriété, c’est le vol« .

Jacob était surtout mu par un esprit de révolte nourri de son expérience passée. Rêvant d’aventures maritimes exotiques et mousse dès l’âge de 11 ans, il a vite déchanté, découvrant la dureté d’un monde brutal et colonial, qui, ajouté aux difficultés familiales ont nourri ses convictions anarchistes. Et c’est encore l’injustice du sytème – qui l’empêche de travailler en raisons de ses engagements politiques – qui va le jeter dans la carrière criminelle. Le procès d’Amiens marquera une bascule dans sa vie. Condamné au bagne, envoyé à Cayenne, il poursuivra son combat contre l’injustice là-bas pendant ses dix ans de détention, avec une énergie inouïe. De retour en France, il ne fera plus vraiment parler de lui, retiré dans l’Indre ou il traversera la Seconde Guerre mondiale, avant de choisir son heure pour partir, en 1950. Toujours en homme libre…

Lire la suite

40 ans après sa mort, Prévert, l’air toujours très libre

Jacques Prévert n’est pas un poète, Hervé Bourhis (scénario), Christian Cailleaux (dessin). Editions Dupuis / coll. Aire libre, 232 pages, 32 euros.

Jacques Prévert est mort il y a tout juste quarante ans, le 11 avril 1977. Mort d’un poète, donc… mais pas que. Ou plutôt disparition de celui que le succès de ses recueil de poésie et son entrée dans les programmes scolaires avait réduit à cette posture dans l’imaginaire collectif. C’est tout le mérite de ce gros « biopic » d’aller au-delà de cette image convenue.

Conçu au départ comme un triptyque, l’ensemble est désormais réuni dans un gros livre de plus de deux cents pages. Imposant et un peu intimidant d’allure avec sa couverture noire, cet album est pourtant tout au contraire d’une légèreté folle, ainsi que le premier album, paru voilà trois ans, l’avait déjà laissé entrevoir.

A l’encontre de l’image du vieux monsieur sage, sous sa casquette et la clope au bec immortalisé par Doisneau, c’est un Jacques Prévert  passablement fantaisiste et imaginatif qui s’impose, au fil d’une vie qui « est un roman où la poésie le dispute à l’humour« , comme le souligne, à juste titre, la quatrième de couverture…

Lire la suite

Irena et sa Juste cause contre les nazis

Irena, tome 2: les Justes, Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël (scénario), David Evrard (dessin). Editions Glénat, 72 pages, 14,95 euros.

1942 à Varsovie. La Pologne est sous la férule de l’occupant Allemand depuis plus de deux ans. Les Juifs sont toujours enfermés dans le ghetto. Irena Senlerowa, qui avait décidé de sauver au moins les enfants, a commencé à mettre en place son réseau d’exfiltration. Celui-ci fonctionne avec des hommes et femmes très divers: un docteur qui signera les laissez-passer, une fonctionnaire du service d’aide sociale qui fournira les fausses cartes d’identité, le concierge du tribunal qui ouvrira le tunnel du sous-sol par où les enfants pourront sortir. Un chauffeur de tram ou un maçon qui pourront, eux aussi aider à cacher les enfants, tandis qu’une religieuse ou le propriétaire d’un orphelin pourront les recueillir une fois sortis du ghetto.

Un réseau fait d’amitié et de volonté, informel mais structuré qui va multiplier les astuces les plus habiles et surprenantes pour parvenir à ses fins, cachant des bébés dans un sac à main ou sous un tas de briques, tandis qu’Irena tient à jour scrupuleusement le registre de tous les enfants afin que les survivants puissent connaître un jour leurs vrais noms.

Tout vas va s’effondrer à l’automne 1943, lorsqu’Irena est arrêtée, après une de ses amies. Elle va alors être tomber dans les mains des SS…

Lire la suite

Nouvelle cause Commune autour de deux fortes femmes

 

 

 

 

 

 

 

 

Louise Michel, la vierge rouge, Bryan et Mary Talbot, éditions de La librairie Vuibert, 144 pages, 19,90 euros.
Des graines sous la neige, Roland Michon (scénario), Laëtitia Rouxel (dessin), éditions Locus-Solus, 144 pages, 20 euros.

Cent-quarante-six ans après, la Commune de Paris inspire toujours les auteurs de bande dessinée. Singulièrement ses destins féminins. Voilà un an, Wilfrid Lupano et son trio de dessinateurs et dessinatrices révélaient leur jolie trilogie sur des Communardes. Plus récemment, ce sont deux biographies qui remettent à l’honneur deux héroïnes de ce moment d’insurrection populaire fugitif, mais à la très longue traîne…

Lire la suite

La Shoah à hauteur d’enfants

Irena, tome 1: le ghetto, Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël (scénario), David Evrard (dessin). Editions Glénat, 72 pages, 14,95 euros.

En 1940, dès l’envahissement de la Pologne, les juifs sont enfermés dans des ghettos, quartiers placés sous la surveillance sévère de l’armée qui empêche toute sortie. À Varsovie, les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du comité d’aide sociale. Parmi ceux-ci, Irena Sendlerowa, une jeune femme modest et déterminée qui vient quotidiennement porter des vivres, mais surtout du soutien aux familles démunies et affamées. Un jour, une mère, sur le point de mourir, lui confie la vie de son fils. Irena prend alors la décision de faire échapper les orphelins du ghetto. Une décision qui pourrait lui coûter la vie et qui va en faire une « juste parmi les nations ». Mais aussi une femme, décédée en 2008, largement oubliée par l’histoire. C’est pourquoi Jean-David Morvan Séverine Tréfouël et David Evrard ont décidé de lui redonner un peu de lumière…

Lire la suite