Les semences de la révolte commencent à pousser

Résilience, tome 1: les terres mortes, Augustin Lebon, Louise Joor (scénario), Augustin Lebon (dessin). Editions Casterman, 64 pages, 15,50 euros.

En 2068, l’Europe n’est plus qu’un vaste domaine agricole, à la terre épuisée par les pratiques intensives menées par la multinationale Diosynta, qui possède 90 % du sol, la propriété des semences et fait régner l’ordre sur ces « cités agricoles » à l’aide d’une puissante milice privée qui a remplacé l’armée et la police. Luttant contre ce système, quelques résistants ont font un réseau clandestin baptisé « la Résilience ». D’autres ont versé dans la lutte violente avec le groupe des « fils de Gaïa ».

Adam et Agnès, un jeune couple dont les parents adhèrent à la Résilience et qui vivent en auto-suffisance dans une petite ferme éloignée des cités, va être plongé dans le drame, après qu’Adam a été réquisitionné et forcé à travaillé dans une cité. Là, il va rencontrer Ellen, une jeune femme à l’esprit rebelle. Ensemble, ils vont chercher à s’évader et tenter de rejoindre la « vallée secrète » de la Résilience…

Lire la suite

Le Pen, crépuscule d’une présidence

La présidente, tome 3: la vague, François Durpaire et Laurent Muller (scénario), Farid Boudjellal (dessin). Editions Les Arènes – Démopolis, 110 pages, 20 euros.

En matière de politique-fiction et de « réalité cauchemardesque », François Durpaire et Farid Boudjellal sur l’éventuel résultat de ce dimanche 7 mai.
Depuis deux tomes déjà, la France a basculé dans une présidence lepéniste. Elue présidente dans la stupéfaction générale, Marine Le Pen, une fois au pouvoir, avait déjà eu fort à faire avec son « aile » (très à) droite, bien décidée à tenir les manettes et à expulser Philippot et les tenants du courant « souverainiste » du pouvoir. Puis, dans le tome 2, en 2022, menacée par une candidature inattendue du candidat du parti « Fraternité », Mohamed Labbes, elle parvenait à se faire ré-élire, mais devait démissionner au profit de sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, qui avait su trouver le moyen de contraindre sa tante à lui laisser le pouvoir sous peine de voir révélé une scandaleuse fraude électorale.

Si lors des quatre premières années de la présidence d’extrême droite, la dérive sécuritaire et totalitaire s’était accentuée, un an après l’arrivée de Marion Maréchal-Le Pen à l’Elysée, la situation générale s’est encore aggravée. Malgré l’alliance avec les géants du web et celle des gouvernements autoritaires de Vladimir Poutine et Donald Trump. Même son propre père, Samuel Maréchal dénonce la dérive libérale à tous crins. Et finalement, Marine Le Pen fait son retour… à Matignon ! Pendant ce temps, la résistance 2.0 s’organise depuis l’étranger, et en l’occurrence la Suède pour Stéphane, qui a retrouvé sa compagne Fati et leur petite fille. De quoi augurer un climat de tempête qui va aller culminant alors qu’approche les JO de Paris, en 2024. La fin du « cauchemar » approche…

Lire la suite

C’est assez pour « Mermaid Project »

Mermaid project, épisode 5, Corine Jamar et Léo (scénario), Fred Simon (dessin). Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros.

Cinq ans de travail, cinq albums et la fin de ce qui est le premier cycle de cette série d’anticipation écolo. C’est aussi l’heure de l’affrontement final entre Romane et Brahim et la société Algapower et l’épilogue de l’action entamé dans le tome 4.
Ayant réussi à s’infiltrer dans la plateforme maritime de la multinationale, grâce à l’aide active de cétacés, les deux inspecteurs vont parvenir à mettre fin aux délires génétiques de la multinationale visant à croiser génétiquement des hommes et des dauphins. Et, surtout, à en comprendre l’objectif raciste final. Là encore, avec l’appui d’orques et de baleines qui commencent, manifestement, à prendre l’ascendance sur les humains…

Lire la suite

Que le Règne arrive…

Le règne, tome 1: la saison des démons, Sylvain Runberg (scénario), Olivier Boiscommun (dessin). Editions Le Lombard, 

La Terre, dans un futur plus ou moins lointain. La folie des hommes les a fait définitivement de la planète, ne laissant derrière eux que des cataclysmes météorologiques et une image légendaire de « dieux maléfiques » chez les nouvelles créatures dominantes : des animaux mutants qui ont reconstitué une société post-apocalyptique pré-technologique.
Parmi celle-ci, le prince Jason et son épouse, du clan des Artabach, se rendent en convoi jusqu’au sanctuaire du Shrine, pour se mettre à l’abri lors de la tumultueuse « saison des Démons ». Rapidement attaqués par des pillards et doivent leur survie à l’arrivée de trois mercenaires, qui leur proposent leur protection, en échange de rétributions : Isaac, le guerrier tigre blanc, Octavia, l’une des dernières représentantes en liberté du peuple guépard et Pantacrius, le buffle (ou le bouc ?). Mais c’est pour retomber sur un péril encore plus grand: l’union de plusieurs clans de pillards derrière Sertor qui bloquent un pont, unique point de passage pour atteindre le fameux sanctuaire. Une nouvelle fois, le trio devra démontrer son audace…

Lire la suite

Des singes qui donnent toujours la banane

Monkey Bizness, tome 3: la banane du futur, Pozla (dessin), El Diablo (scénario). Editions Ankama, 160 pages, 15,90 euros.

Suite et fin de cette adaptation – très éloignée – de la Planète des singes. Dans ce futur où après une guerre nucléraire les hommes ont laissé place aux animaux en haut de l’échelle alimentaire et aux manettes de la civilisation (où de ce qu’il en reste), Jack Mandrill et Hammerfist le gorille, deux lascars de Los Animales sont devenus les « princes de la ville » et commencent à s’embourgeoiser : bagnole de luxe, crédits illimités, maison géante à Bling-Bling Hills. Mais pour vouloir montrer qu’ils sont bien toujours du « ghetto », ils vont déclencher une réaction en chaîne et une cascade d’ennuis.
Poursuivis par des gangs, réfugiés dans le vaisseau spatial que le commandant Franck Ramos a fini de construire dans l’espoir de retourner à son époque, ils vont effectivement se retrouver dans les années 80, à Los Angeles et découvrir avec surprise un monde dominé par une créature vraiment barrée: l’homme. Ou du moins certains d’entre eux avec qui ils vont avoir à faire comme le général Ramos (père du rescapé du futur aux moeurs très border line) ou le Dr Mengelstein, qui poursuit ses recherches de vaisseau spatio-temporel et de mutation génétique, chez qui Hammerfist va jouer le cobaye (pendant ce temps, Jack Mandrill est adopté comme totem d’une bande de hippies altermondialistes).

Surtout, on va découvrir ce que plusieurs flash-backs et flash-forwards esquissaient: l’origine de nos deux héros et la manière dont tout ça a commencé…

Lire la suite

L’homme est un loup (breveté) pour l’homme

Le temps des sauvages, Sébastien Goethals, d’après le Manuel de survie à l’usage des incapables de Thomas Gunzig. Editions Futuropolis, 272 pages, 26 euros.

Dans un futur proche, ou la reproduction humaine a été privatisée, le commerce des gènes devenu un secteur prospère permettant toutes les mutations, le projet de licenciement abusif d’une caissière de supermarché va être à l’origine d’un engrenage sanglant, après sa mort accidentelle lors de son entretien préalable de licenciement. Jean, l’employé de sécurité qui avait été chargé de la piéger par enregistrements vidéo va se voir poursuivi par les quatre fils de la défunte. Des « enfants-loups », devenus braqueurs de fourgons bancaires, éloignés de leur mère mais mus par un désir de vengeance. Marianne, la femme de Jean – commerciale hyper-efficace – va aussi se retrouver impliquée, séquestrée par les loups, tandis que Jean se voit approché par Blanche de Castille-Dubois, chargée du dossier par le groupe de supermarchés Eichmann…

Lire la suite

Visions d’une France totalitaire sous Marine Le Pen

La présidente, tome 2 : Totalitaire, François Durpaire (scénario), Farid Boudjellal (dessin). Editions Les Arènes BD, 160 pages, 20 euros.

L’universitaire François Durpaire et le dessinateur Farid Boudjellal poursuivent leur description anticipée du prochain quinquennat de Marine Le Pen. Elue en mai 2017, elle avait été mise en mauvaise posture par l’ultra-droite qui avait kidnappé Florian Philippot et la menaçait d’un putsch. Finalement Philippot s’est exilé en Italie et elle a négocié avec les identitaires qui sont entrés à l’Elysée et au gouvernement.

A la base, en tout cas, tandis que Tarik est emprisonné pour faits de résistance et que la compagne sans papiers de Stéphane a été expulsée, les cousins de ce dernier, à Hénin-Beaumont, approuvent la politique menée par Marine.

La déchéance de nationalité pour les binationaux a été adoptée au parlement sous une forme élargie frappant tous ceux qui sont jugés « hostiles à la nation » et la peine de mort est rétablie pour les terroristes, l’Etat d’urgence est intégré dans la Constitution, la surveillance est généralisée, le port du foulard a été interdit partout, une « journée du drapeau » a été instaurée et les migrants sont dans des camps surveillés par des policiers-robots. Mais en cet automne 2021, un nouveau danger menace la Présidente : le « phénomène » Mohamed Labbes, candidat du parti Fraternité, qui la devancerait largement à l’élection présidentielle. Mais au printemps, un attentat islamiste frappe (opportunément ?) Lourdes. La présidence en profite pour instaurer le couvre-feu, accentuer les différentes lois sécuritaires votées sous le quinquennat de Hollande. Et y trouve le moyen d’écarter Labbes. Mais une fois encore,, Marine Le Pen pourrait être renversée par bien pire qu’elle…

Lire la suite

Sur les chemins, après la catastrophe

capture-decran-2016-10-09-a-19-23-24Le monde d’après, Jean-Christophe Chauzy. Editions Casterman, 112 pages, 18 euros.

Seconde partie du diptyque post-apocalyptique de Jean-Christophe Chauzy débuté l’an passé avec Le reste du monde.

Marie et ses enfants sont toujours en vadrouille dans les Pyrénées, cherchant à rejoindre Port-Vendres, au bord la Méditerranée ou leur père devrait – théoriquement – les attendre. Mais dans ce monde dévasté après qu’une série de tremblements de terre a provoqué l’explosion en série des centrales nucléaires françaises, la survie devient un exercice de plus difficile. Restant dans les hauteurs pour éviter les pillards, la jeune mère célibataire et ses ados vont vivre des situations de plus en plus dures. Et tout le monde n’en réchappera pas…

Lire la suite

Une adaptation ravageuse

capture-decran-2016-09-17-a-11-19-01Ravage, tome 1, Jean-David Morvan (scénario), Rey Macutay (dessin), d’après l’oeuvre de Barjavel. Editions Glénat, 48 pages, 13,90 euros.

René Barjavel et son célèbre roman Ravage fait à son tour l’objet d’une adaptation en bande dessinée en cette rentrée.

La France, autour de l’an 20150. Deux bandes armées hétéroclites se font face dans un monde post-apocalyptique. Les assaillants, menés par « le Patriarche » – leur charismatique chef âgé de 130 ans –  veulent absolument détruire « la machine » des villageois, un véhicule à vapeur bricolé. Car le Patriarche proscrit toutes technologies ou forme de progrès technique. Un engagement qui trouve sa source un siècle plus tôt quand il n’était qu’un jeune étudiant en chimie et se nommait François Deschamps. En cette année 2052, la vie s’ouvre à lui et à sa fiancée, Blanche. Mais cette dernière va se voir instrumentalisée par un magnat du show-bizz. Et, surtout, la « catastrophe » va tout bouleverser, stoppant d’un coup toutes les machines…

Lire la suite

L’Empire du mal a gagné l’Amérique

Evil Empire, t.1_couvEvil Empire, tome 1: nous, le peuple, Max Bemis (scénario), Ransom Getty et Andrea Mutti (dessin). Editions Glénat Comics, 128 pages, 14,95 euros.

Comment naît une dictature moderne – ou post-moderne ? Comment les Etats-Unis pourraient basculer dans un régime répressif né du chaos politique contemporain ? Le premier tome de cette série est paru en début d’année, mais plus l’échéance de la présidentielle américaine se rapproche et plus cette critique sociale prend de l’intérêt (que l’on n’espère pas trop prophétique).

Vingt-cinq ans avant la suprématie de cet Evil Empire tout avait commencé dans « notre présent ». La campagne présidentielle opposait le Républicain Kenneth Laramy, chantre des valeurs familiales et le jeune démocrate Sam Duggins. Mais tout bascule lorsque l’épouse de Laramy est retrouvée assassinée chez elle, avec un couteau planté dans la nuque, mode opératoire décrit par une chanson de la rappeuse black et rebelle Reese. La situation va déraper lorsque Laramy révèle, lors de l’enterrement de sa femme… qu’il l’a lui-même tué car celle-ci maltraitait sa fille et qu’il faut en finir avec l’hypocrisie morale et vivre selon ses propres lois. Le chaos s’empare du pays tandis que Duggins se rapproche de Reese. Mais la réalité est peut-être encore plus tordue qu’elle en donne l’apparence…

Lire la suite