L’énorme horreur est humaine

Enormous, tome 1: Extinction level event, Tim Daniel (scénario), Mehdi Cheggour (dessin). Editions Ankama / Label 619,

Une découverte étrange (et tragique pour ses auteurs) est faite dans une grotte de l’Arizona, laissant croire à une attaque biochimique.
Un an plus tard, de gigantesques et terrifiantes créatures surgissent de terre dans tous le sud ouest des Etats-Unis, provoquant une destruction massive. Ellen et sont amie Megan, deux jeunes femmes vont tenter de survivre dans ce chaos à l’origine mystérieuse…

Lire la suite

Au coeur des ténèbres du monde d’après

Le lendemain du monde, Olivier Cotte (scénario), Xavier Coste (dessin). Editions Casterman, 152 pages, 22,50 euros.

Dans un futur proche, la Terre a basculé dans le chaos après une propagation anarchique des « I.A. », les intelligences artificielles, au coeur de tous les appareils technologiques et même implantés dans les puces cybernétiques de millions d’hommes.
Dans cette civilisation revenue à l’âge de la vapeur, l’armée font appel à un ancien casque bleu. Traumatisé par un des premiers « bugs » sanglants des I.A., celui-ci a l’avantage de n’avoir jamais eu d’implants. Sa mission va être de détruire le site où a été identifié le centre de l’épidémie, au coeur de l’Afrique noire… Il l’accepte d’autant plus que son ex-femme semble bien impliqué dans le complot cyber-terroriste.
En bateau ou en zeppelin, James Keran va remonter le fleuve et devoir affronter de grands dangers, entre religieux fanatiques et convertis zombifiés. Mais il va aussi être confronté à ses peurs intérieurs et à une transformation radicale de sa vision du monde…

Lire la suite

toujours sexy, Gung Ho

Gung Ho, tome 3: Sexy Beast, Benjamin Von Eckartsberg (scénario), Thomas Von Kummant (dessin). Editions Paquet, 96 pages, 17 euros.

Quelques semaines après les événements du tome 2. La pression des rippers s’est encore accentuée. Ceux-ci s’aventurent désormais dans l’île proche de Fort Apache. En conséquence, les enfants sont officiellement armés, même si certains sont plus égaux que d’autres… Zack et Archer faisant partie des moins bien lotis. Mais d’autres soucis plus importants menacent la colonie, à court de fournitures depuis le déraillement du train qui les reliaient à la ville.

C’est dans ce contexte tendu qu’Archer va se faire expulser de la colonie, ayant voulu bien faire et sauver une jeune fille des assauts de Bagster, un des hommes clés de Fort Apache. Paria marqué de la croix de l’infamie sur le front, il est condamné à survivre au-delà des murailles, dans la zone de danger. Et son petit frère, Zack, se voit confié à la famille de Holden… son pire ennemi ! Mais d’autres liens vont se nouer entre eux et une expédition secrète va s’organiser pour tenter de retrouver Archer…

Lire la suite

Les fils de l’homme

La terre des fils, Gipi. Editions Futuropolis, 288 pages, 23 euros.

Dans un futur indéterminé et post-apocalyptique. Sur une terre dévastée et sauvage, envahie par les eaux, un homme rescapé du monde d’avant élève à la dure ses deux fils. Concrétisation d’un amour paradoxal, il les a endurci, leur refusant toute tendresse pour leur permettre de survivre dans ce monde nouveau et brutal. Ses seules marques d’affection, il les porte à « la sorcière », une femme qui a aussi connu la civilisation. Et il consigne ses réflexions dans un carnet que ses enfants, illettrés, ne parviennent pas à lire.
Lorsque le père meurt, les fils vont chercher à faire déchiffrer ces fameux mots inconnus. Une quête prioritaire surtout pour l’un des enfants, le plus indépendant et celui qui manifestait le plus d’opposition à son père.
Bravant l’interdit paternel de quitter leur territoire, ils vont faire des rencontres dangereuses avec les deux frères « Grossetête », vieillards hydrocéphales à l’affection inquiétante, puis avec les adeptes du Dieu « Trokool » et de leur Uberprêtre qui mangent les visages…

Lire la suite

Les semences de la révolte commencent à pousser

Résilience, tome 1: les terres mortes, Augustin Lebon, Louise Joor (scénario), Augustin Lebon (dessin). Editions Casterman, 64 pages, 15,50 euros.

En 2068, l’Europe n’est plus qu’un vaste domaine agricole, à la terre épuisée par les pratiques intensives menées par la multinationale Diosynta, qui possède 90 % du sol, la propriété des semences et fait régner l’ordre sur ces « cités agricoles » à l’aide d’une puissante milice privée qui a remplacé l’armée et la police. Luttant contre ce système, quelques résistants ont font un réseau clandestin baptisé « la Résilience ». D’autres ont versé dans la lutte violente avec le groupe des « fils de Gaïa ».

Adam et Agnès, un jeune couple dont les parents adhèrent à la Résilience et qui vivent en auto-suffisance dans une petite ferme éloignée des cités, va être plongé dans le drame, après qu’Adam a été réquisitionné et forcé à travaillé dans une cité. Là, il va rencontrer Ellen, une jeune femme à l’esprit rebelle. Ensemble, ils vont chercher à s’évader et tenter de rejoindre la « vallée secrète » de la Résilience…

Lire la suite

Le Pen, crépuscule d’une présidence

La présidente, tome 3: la vague, François Durpaire et Laurent Muller (scénario), Farid Boudjellal (dessin). Editions Les Arènes – Démopolis, 110 pages, 20 euros.

En matière de politique-fiction et de « réalité cauchemardesque », François Durpaire et Farid Boudjellal sur l’éventuel résultat de ce dimanche 7 mai.
Depuis deux tomes déjà, la France a basculé dans une présidence lepéniste. Elue présidente dans la stupéfaction générale, Marine Le Pen, une fois au pouvoir, avait déjà eu fort à faire avec son « aile » (très à) droite, bien décidée à tenir les manettes et à expulser Philippot et les tenants du courant « souverainiste » du pouvoir. Puis, dans le tome 2, en 2022, menacée par une candidature inattendue du candidat du parti « Fraternité », Mohamed Labbes, elle parvenait à se faire ré-élire, mais devait démissionner au profit de sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, qui avait su trouver le moyen de contraindre sa tante à lui laisser le pouvoir sous peine de voir révélé une scandaleuse fraude électorale.

Si lors des quatre premières années de la présidence d’extrême droite, la dérive sécuritaire et totalitaire s’était accentuée, un an après l’arrivée de Marion Maréchal-Le Pen à l’Elysée, la situation générale s’est encore aggravée. Malgré l’alliance avec les géants du web et celle des gouvernements autoritaires de Vladimir Poutine et Donald Trump. Même son propre père, Samuel Maréchal dénonce la dérive libérale à tous crins. Et finalement, Marine Le Pen fait son retour… à Matignon ! Pendant ce temps, la résistance 2.0 s’organise depuis l’étranger, et en l’occurrence la Suède pour Stéphane, qui a retrouvé sa compagne Fati et leur petite fille. De quoi augurer un climat de tempête qui va aller culminant alors qu’approche les JO de Paris, en 2024. La fin du « cauchemar » approche…

Lire la suite

C’est assez pour « Mermaid Project »

Mermaid project, épisode 5, Corine Jamar et Léo (scénario), Fred Simon (dessin). Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros.

Cinq ans de travail, cinq albums et la fin de ce qui est le premier cycle de cette série d’anticipation écolo. C’est aussi l’heure de l’affrontement final entre Romane et Brahim et la société Algapower et l’épilogue de l’action entamé dans le tome 4.
Ayant réussi à s’infiltrer dans la plateforme maritime de la multinationale, grâce à l’aide active de cétacés, les deux inspecteurs vont parvenir à mettre fin aux délires génétiques de la multinationale visant à croiser génétiquement des hommes et des dauphins. Et, surtout, à en comprendre l’objectif raciste final. Là encore, avec l’appui d’orques et de baleines qui commencent, manifestement, à prendre l’ascendance sur les humains…

Lire la suite

Que le Règne arrive…

Le règne, tome 1: la saison des démons, Sylvain Runberg (scénario), Olivier Boiscommun (dessin). Editions Le Lombard, 

La Terre, dans un futur plus ou moins lointain. La folie des hommes les a fait définitivement de la planète, ne laissant derrière eux que des cataclysmes météorologiques et une image légendaire de « dieux maléfiques » chez les nouvelles créatures dominantes : des animaux mutants qui ont reconstitué une société post-apocalyptique pré-technologique.
Parmi celle-ci, le prince Jason et son épouse, du clan des Artabach, se rendent en convoi jusqu’au sanctuaire du Shrine, pour se mettre à l’abri lors de la tumultueuse « saison des Démons ». Rapidement attaqués par des pillards et doivent leur survie à l’arrivée de trois mercenaires, qui leur proposent leur protection, en échange de rétributions : Isaac, le guerrier tigre blanc, Octavia, l’une des dernières représentantes en liberté du peuple guépard et Pantacrius, le buffle (ou le bouc ?). Mais c’est pour retomber sur un péril encore plus grand: l’union de plusieurs clans de pillards derrière Sertor qui bloquent un pont, unique point de passage pour atteindre le fameux sanctuaire. Une nouvelle fois, le trio devra démontrer son audace…

Lire la suite

Des singes qui donnent toujours la banane

Monkey Bizness, tome 3: la banane du futur, Pozla (dessin), El Diablo (scénario). Editions Ankama, 160 pages, 15,90 euros.

Suite et fin de cette adaptation – très éloignée – de la Planète des singes. Dans ce futur où après une guerre nucléraire les hommes ont laissé place aux animaux en haut de l’échelle alimentaire et aux manettes de la civilisation (où de ce qu’il en reste), Jack Mandrill et Hammerfist le gorille, deux lascars de Los Animales sont devenus les « princes de la ville » et commencent à s’embourgeoiser : bagnole de luxe, crédits illimités, maison géante à Bling-Bling Hills. Mais pour vouloir montrer qu’ils sont bien toujours du « ghetto », ils vont déclencher une réaction en chaîne et une cascade d’ennuis.
Poursuivis par des gangs, réfugiés dans le vaisseau spatial que le commandant Franck Ramos a fini de construire dans l’espoir de retourner à son époque, ils vont effectivement se retrouver dans les années 80, à Los Angeles et découvrir avec surprise un monde dominé par une créature vraiment barrée: l’homme. Ou du moins certains d’entre eux avec qui ils vont avoir à faire comme le général Ramos (père du rescapé du futur aux moeurs très border line) ou le Dr Mengelstein, qui poursuit ses recherches de vaisseau spatio-temporel et de mutation génétique, chez qui Hammerfist va jouer le cobaye (pendant ce temps, Jack Mandrill est adopté comme totem d’une bande de hippies altermondialistes).

Surtout, on va découvrir ce que plusieurs flash-backs et flash-forwards esquissaient: l’origine de nos deux héros et la manière dont tout ça a commencé…

Lire la suite

L’homme est un loup (breveté) pour l’homme

Le temps des sauvages, Sébastien Goethals, d’après le Manuel de survie à l’usage des incapables de Thomas Gunzig. Editions Futuropolis, 272 pages, 26 euros.

Dans un futur proche, ou la reproduction humaine a été privatisée, le commerce des gènes devenu un secteur prospère permettant toutes les mutations, le projet de licenciement abusif d’une caissière de supermarché va être à l’origine d’un engrenage sanglant, après sa mort accidentelle lors de son entretien préalable de licenciement. Jean, l’employé de sécurité qui avait été chargé de la piéger par enregistrements vidéo va se voir poursuivi par les quatre fils de la défunte. Des « enfants-loups », devenus braqueurs de fourgons bancaires, éloignés de leur mère mais mus par un désir de vengeance. Marianne, la femme de Jean – commerciale hyper-efficace – va aussi se retrouver impliquée, séquestrée par les loups, tandis que Jean se voit approché par Blanche de Castille-Dubois, chargée du dossier par le groupe de supermarchés Eichmann…

Lire la suite