Une carte postale du Québec primée par l’ACBD

L’ACBD, l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée, vient de décerner le Prix de la critique de la bande dessinée québécoise 2016 au roman graphique La Femme aux cartes postales, de Jean-Paul Eid et Claude Paiement (éditions La Pastèque).
la-femme-aux-cartes-postalesLe deuxième lauréat du prix ACBD Québec est désormais connu. Il s’agit donc de La Femme aux cartes postales. On notera qu’il s’agit de l’album le plus « classique » parmi les trois en lice pour le tour final. Ce qui n’enlève rien à ses qualités, même si ce roman graphique-là ne s’impose pas par sa nouveauté du propos ou des moyens déployés pour le mettre en oeuvre (une partie des critères de choix pour le prix).
En revanche, l’album a « séduit une large majorité des votants, souligne le communiqué de presse, qui tiennent à souligner sa qualité exceptionnelle sur tous les plans, et notamment celui de l’intrigue. »  De fait, l’album tient bien fort la route de ce côté, avec sa belle histoire assez émouvante et sa surprise finale, ainsi qu’une double trame narrative, entre la vie de Rose, jeune femme qui quitte son village de Gaspésie pour briller dans les cabarets de Montréal à la fin des années 1950 et l’arrivée au début des années 2000 dans ce même village d’un Français qui rachète aux enchères une maison abandonnée ; maison qui renferme un secret, en lien bien sûr avec la destinée de Rose.
Ce long roman graphique est en tout cas fort joliment dessiné et cette immersion au fin fond du Québec reflète sans doute bien une certaine réalité québecoise, plus que la satire du petit milieu du cinéma canadien proposé dans Whitehorse ou la tentative d’émancipation d’une image de femme en négatif photo dans un appartement berlinois…

Lire la suite

La première page en couleurs de « Tintin chez les Soviets » (version 2017)

tintin_sovietsMoulinsart et les éditions Casterman poursuivent leur opération de « teasing » au sujet de la sortie prochaine de leur édition en couleurs de Tintin chez les Soviets.
Ils sont choisis l’ouverture imminente de la Foire du Livre de Francfort pour dévoiler la couverture de cette nouvelle version.

Une couv’ au look très « rétro-moderniste », avec une mise en page sobre et un choix de couleur assez tranché. Quant à l’image choisie, elle se veut, selon les éditeurs « particulièrement représentative de l’action de cette première aventure de Tintin« . Avec sa voiture décapotable tentant de fuir un avion, elle dévoile ainsi le visage si caractéristique de Tintin, avec sa houppette, née justement sous l’effet de la vitesse. Plus largement, « ce dessin dynamique préfigure à sa façon, par son mouvement et sa stylisation, la tonalité que l’auteur donnera par la suite aux aventures de Tintin« .

Cette opération de colorisation n’est pas totalement inédite, puisque deux planches de l’album avaient déjà bénéficié à l’origine d’un tel traitement en quadrichromie dans leur publication en magazine – l’expo Hergé au Grand Palais les met d’ailleurs bien en valeur. Mais cette initiative suscite déjà le débat dans le petit monde des tintinophiles.
Du côté des éditeurs, on défend la volonté de « rendre justice à la lisibilité narrative des dessins d’Hergé« .

D’ici la sortie de l’album, on devrait sûrement avoir de nouveaux dévoilements.

Un souffle de jeunesse sur l’ACBD

L’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) crée un « Prix jeunesse ACBD », à côté de son prix de la critique et de son prix ACBD-Asie.

acbd-jeunesseComme son grand frère, le Grand Prix de la Critique ACBD, ce Prix jeunesse ACBD vise à « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée à destination des enfants, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, sa nouveauté de propos ou les moyens déployés par l’auteur ».

Le prix sera remis le 2 décembre au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. Une liste de cinq titres (choisis parmi les titres jeunesse parus entre le 1er novembre 2015 et le 31 octobre 2016), proposée par le comité de sélection sera annoncée à Blois lors du Festival BD Boum le 19 novembre.

Coordonné par Laurent Mélikian (Le Magazine des espaces culturels, Les Nouvelles d’Arménie), ce comité de sélection comprend, notamment, Hélène Beney (Canal BD Magazine, Zoo), Benoît Cassel (planetebd.com), Anne Douhaire (Franceinter.fr), Yaël Eckert (La Croix), Nicolas Fréret (RTL Canada) ou Laurent Turpin (BDzoom.com)

Pour cette première édition, le parrain sera Emmanuel Guibert.

Trois albums en lice pour le 2e prix ACBD Québec

La branche québecoise de l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) organise son deuxième Prix de la critique. Trois ouvrages, qui ne manquent pas de qualités, sont dans la liste finale.

capture-decran-2016-10-09-a-17-43-55Deuxième édition pour le Prix de la critique de la bande dessinée québecoise. Le deuxième lauréat, qui succédera à Jimmy Beaulieu, prix 2015, sera connu à la fin de ce mois d’octobre. Et remis lors du salon du livre de Montréal, le 18 novembre. Mais, d’ores et déjà, il est possible de constater qu’il s’agira d’un prix mérité, au vu des trois titres sélectionnés par les membres de l’ACBD (Québécois mais aussi Français) parmi 154 titres québécois publiés entre le 1er juillet 2015et le 30 juin 2016.

Intéressants tous trois, ces romans graphiques sélectionnés sont en revanche d’un registre très différent et méritent tous trois que l’on s’y arrête…

Lire la suite

Une lumineuse battle de dessins ce soir à Amiens

Les associations Anti-Stress et Cité Carter organisent une battle de dessin en lightpainting, ce 7 octobre à Amiens. Explications.

soiree-grenouillesUne « battle de lightpainting », qu’est-ce que c’est ? C’est, d’abord une battle de dessin classique. A savoir, l’affrontement (pacifique et amical) de deux dessinateurs sur un thème donné et dans un temps déterminé à l’avance. La spécificité, ici, c’est donc le « lightpainting », c’est-à-dire un procédé photographique permettant, grâce à un temps de pose très long de voir l’ensemble des mouvements des dessinateurs réalisés pour créer leurs oeuvres.

Ce soir, sur la scène de la « Cité Carter » , au Safran à Amiens, dans le cadre d’une « soirée grenouilles » de l’association Anti-Stress, sont annoncés David François et David Périmony mais aussi les élèves du diplôme universitaire BD de l’UPJV. Et tous ceux qui souhaiteraient essayer sont les bienvenus également.

La soirée sera animée par Zaza Bassette et Élodie Duriez, le photographe sera Vincent et la DJ sera Dounia, pour une session bien rock’n’roll.

Battle de lightpainting à 20 heures et Mix DJ dès 23 h 30. Soirée gratuite sous réserve d’adhésions à l’association, 2 euros.

Bulle en stock d’auteurs en octobre

Pas moins de six rencontres-dédicaces d’auteurs sont prévues en ce mois d’octobre par la librairie spécialisée amiénoise. Plus une présence sur deux salons avec d’autres auteurs. Premier récapitulatif global.

Après déjà des rencontres en septembre, l’automne s’annonce très riche en auteurs à la librairie amiénoise Bulle en stock pour ce mois d’octobre. Par ordre chronologique…

Lire la suite

Dernier rendez-vous pour Ted Benoît

Grand nom de la néo-ligne claire, premier à reprendre Blake et Mortimer, Ted Benoît est décédé à l’âge de 69 ans.

Voilà deux ans, il avait ressuscité son héros Ray Banana, personnage emblématique des années 80, ou Ted Benoît s’était affirmé, aux côtés de Floch’ ou Chaland comme une des figures de proue de la « néo-ligne claire », dont la froideur épurée collait bien, finalement, à la « modernité » de cette décennie-là.

Avant cela, le dessinateur né à Niort en 1947 avait émergé dans les années 70, publiant dans l’Echo des Savanes, Métal Hurlant, A suivre ou dans le quotidien Libération. Et dans la décennie suivante, celle des années 1990, l’auteur sera remarqué – et plus maintstream – en étant le premier à reprendre les personnages de Blake et Mortimer. Il réalisera deux albums avec Jean Van Hamme, L’Affaire Francis Blake (1996) et L’Etrange Rendez-vous (2001).

Ted Benoît était aussi affichiste et illustrateur.

 

La bande dessinée picarde passée en revue(s)

Rencontre, ce vendredi, autour des projets – et réalisations – de revues de bandes dessinées picardes. Dans le cadre du festival étudiant Festitude.

(photo David Périmony)

(photo David Périmony)

Les revues de bande dessinée connaissent un renouveau depuis le lancement de La Revue dessinée (avec Topo, Pandora, Aaarg ! etc). Et en Picardie aussi, on est de la revue. A son échelle.
Les étudiants du DU bande dessinée de l’UPJV ont fait connaître depuis trois ans leur Niche du Déhu. Magazine complété, depuis le mois de juin dernier par de jolis Carnets de la Hutte. Et le « grand projet du futur » Pierre Papier Chicon se construit.

Ce vendredi, dans le cadre de la manifestation étudiante Festitude et avec l’association On a marché sur la bulle, une rencontre est organisée avec les animateurs de ces projets et sur l’émergence de telles revues.
Présenté par Anne-Sophie de Franceschi (des Affaires culturelles de l’Université) et Dominique Semren (du CROUS), le débat aura lieu avec David Périmony et Leslie Dumortier (pour les Carnets et la Niche) ainsi que David François et Camille Picard (pour PPC)

Les revues picardes de bande dessinée. Rencontre, vendredi 30 septembre à partir de 19 heures, auditorium de la bibliothèque municipale d’Amiens, rue de la République.

Blondin, Zay et Philippine Lomar pour débuter la rentrée chez Bulle en Stock

Rencontre-dédicaces avec les deux auteurs de « Philippine Lomar », Greg Blondin et Dominique Zay, pour débuter la rentrée chez Bulle en stock à Amiens.

Greg Blondin et Dominique Zay, lors du dernier festival de bande dessinée d'Amiens.

Greg Blondin et Dominique Zay, lors du dernier festival de bande dessinée d’Amiens.

Pour une collégienne, quoi de plus logique que de se retrouver à la rentrée scolaire. Ce sera le cas pour Philippine Lomar, la jeune enquêtrice de Dominique Zay et Greg Blondin, dont le premier album est paru en juin (aux éditions de la Gouttière). Et, par la même occasion le coup d’envoi d’une rentrée déjà bien copieuse à la librairie amiénoise BD Fugue.

La semaine suivante (le 14 septembre), c’est Damien Cuvillier qui viendra pour dédicacer son nouvel album, Nuit noire sur Brest (éditions Futuropolis), réalisé avec Kris et Bertrand Galic. Et jeudi 13 octobre, ce sera au tour de Guilhem, pour la sortie du premier tome de la série Les 3 fantômes de Tesla (éditions du Lombard).

Rencontre avec Greg Blondin et Dominique Zay, samedi 10 septembre à partir de 14 heures, librairie Bulle en Stock, 4, rue du Marché Lanselles à Amiens.

Asaf Hanuka et Jacques Tardi à l’honneur aux Eisner Awards 2016

Les Eisner Awards 2016 viennent d’être décernés lors du Comic Con de San Diego. Avec deux « Français » à l’honneur: l’album KO à Tel-Aviv d’Asaf Hanuka et Jacques Tardi.

eisnerawards_logo_14Sélectionné pour les Eisner Award (catégorie Meilleur album étranger), KO à Tel-Aviv, de l’Israëlien Asaf Hanuka vient de se voir décerné le prestigieux trophée pour cette année 2016. Les autres prétendants étaient Alpha (Alpha Directions aux Etats-Unis – de Jens Harder et son ambitieuse tentative de décrire les origines du monde), L’Eternaute (The Eternaut, la magistrale série de SF du défunt Héctor Germán Oesterheld et Francisco Solano Lòpez, qui a reçu par ailleurs l’Award du Best Archival Collection/Project—Strips), Un regard par dessus l’épaule de Pierre Paquet et Tony Sandoval (devenu A glance Backward aux Etats-Unis) et La marche des crabes, l’hilarante trilogie d’Arthur de Pins (The March of the Crabs, by Arthur de Pins (BOOM! Studios/Archaia)…

 

Lire la suite