Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens : le « Klaw » du spectacle

Pas de première fraîcheur, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Reprise du (sympathique) compte-rendu de la remise du prix des collégiens samariens à Klaw, paru ce dimanche dans le Courrier picard (Amiens).

Lors de la remise du prix, pendant le festival de BD d'Amiens, le week-end dernier.

Lire la suite

Amiens, rendez-vous des amateurs éclairés

Le concours régional de bande dessinée amateurs s’est avéré très relevé cette année. Palmarès complet et quelques planches…

Les gagnants du concours BD amateurs avec le jury

Peut-être était-ce le choix du thème (l’île déserte). En tout cas, le concours de bande dessinée amateurs des Rendez-Vous de la bande dessinée d’Amiens a été très relevé cette année. Avis partagé par les membres du jury, ce dimanche après-midi, comprenant notamment les dessinateurs Stéphane Sénégas et Pozla. Palmarès complet et sélection de planches…

Lire la suite

« Les vieux fourneaux » primé par les libraires

Wilfrid Lupano a la carte chez les libraires du réseau Canal BD. Et il réussit la passe de 2. Après avoir été primé l’an passé pour son Singe de Hartlepool, le scénariste vient de recevoir le Prix des libraires Canal BD 2014, pour le premier tome des Vieux fourneaux (ed.Dargaud) réalisé par Cauuet.

Rappelons que ce prix, de référence dans la profession est décerné depuis 1990 par le réseau de libraires indépendants spécialisés dans la bande dessinée. Canal BD est un réseau de librairies spécialisée dans la bande dessinée en Belgique, France, Italie, Québec et en Suisse.

Yslaire grand prix Diagonale 2014

Pour sa deuxième année d’existence, le « nouveau » prix Diagonales-Le Soir a rendu, de nouveau, un palmarès sans faute, ce 23 mai.

Après Cosey, Bernard Yslaire, salué pour l’ensemble de sa (belle) oeuvre ; après Tchernobyl d’Emmanuel Lepage, Melvile de Romain Renard et après Seuls (de Gazzotti et Velhmann), Murena, de Jean Dufaux et Philippe Delaby (décédé brusquement et à qui une grande exposition est consacrée jusqu’au 15 juin à Louvain, en Belgique).

Après donc une première édition de qualité, pour sa deuxième année d’existence (sous cette forme relancée et amplifiée), le prix international Diagonales – Le Soir offre encore un joli palmarès. Assez inattaquable…

Lire la suite

8 bandes dessinées de qualité offertes pendant 48 heures

L’opération « les 48 heures BD » est renouvelée. Cela se passe ces 16 et 17 mai.

Lancée l’an passé, l’opération « les 48 heures BD » est renouvelée cette année (le site internet sera ouvert le 1er mai). Et même étendue à la Belgique. Autre nouveauté, aux sept éditeurs participants en 2013 (Casterman, Dupuis, Fluide glacial, Grand Angle, Jungle, Le Lombard) s’ajoute une huitième maison, avec le label Urban Comics.

Le principe, lui, demeure identique: pendant ces deux jours, les 16 et 17 mai, et dans la limite des 100 000 albums disponibles, toute personne se rendant dans une des librairies partenaire pourra repartir avec une BD gratuite, parmi les huit titres proposés. Et, sur ce plan, les éditeurs ne se sont pas fichus des futurs lecteurs, avec des albums de qualité.

Sont effet offerts ainsi le premier tome d’Alix Senator de Valérie Mangin et Thierry Démarez (Casterman), le tome 1 – et début de la mythique saga – dAldebaran de Léo (Dargaud), le premier album de Louca, la série jeunesse footbalistique de Bruno Dequier (Dupuis), Une nuit à Rome, le joli one-shot de Jim (Grand Angle), Raïssa dans la série Les Mondes de Thorgal, par Surzhenko et Yann (Le Lombard), Débordée, moi plus jamais, la « psycho-BD » sur les mamans modernes de Pacotine et Pauline Perrolet  et Batman, les portes de Gotham, le hors série 1 de Higgins, Parrott et McCarthy (Urban Comics). Fluide glacial, lui, y va d’un recueil collectif, avec la fine fleur maison: Bouzard, Edika, Gotlib, Binet, Larcenet, Lindingre, Mo/CDM, etc.

En Picardie, une quinzaine de librairies jouent le jeu. Librairies indépendantes comme grandes surfaces. Bref, c’est le bon jour pour aller faire un tour au rayon BD.

Lire la suite

La bibliothèque de la Somme mobilise les auteurs pour le centenaire de 14-18

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, la Bibliothèque départementale de la Somme (BDS) porte plusieurs projets de résidence d’auteur en cette année 2014 avec le dessinateur Barroux et, plus récemement, avec Sébastien Morice.

Le centenaire de 14-18 en Picardie a une forte tonalité en BD. Au-delà des expos (et rencontres avec Kris, Maël, Joe Sacco, Hautière et Hardoc au prochains Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens ou de la parution d’un album sur la Grande Guerre à Saint-Quentin par Serge Dutfoy et Celadone, déjà évoqués ici, la bibliothèque départementale de la Somme mène différents projets de résidence d’auteurs autour de cette thématique.

Lire la suite

Rencontre d’un soir autour des auteurs des Rendez-Vous d’Amiens

J-1 mois pour les 19e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens. Et J-1 (jour) pour la soirée des Bulles du lundi spécial « préparez votre festival ».

Cette année, du 6 au 8 juin, ils sont plus de quatre-vingt dix. 91 auteurs (au dernier pointage, voilà une quinzaine de jours) à être annoncés aux prochains Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens.

Beaucoup de monde reflétant, avec éclectisme, la diversité du neuvième art. En l’état, à Amiens, cela devrait se traduire par la présence des Américains Joe Sacco (et sa récente évocation de la Bataille de la Somme) ou Craig Thompson (Habibi), par celle de Riff Reb’s (auteur de l’affiche 2014), d’Edith, de Wilfrid Lupano (scénariste qui monte depuis une rafale de joli succès, Ma révérence, Azimut, le Singe de Hartlepool ou le tout récent Les vieux fourneaux), Marzena Sowa (Marzi), d’Emmanuel Moynot (Le temps des bombes ou la bio de Pierre Goldman), de Boulet (et son fameux blog Notes), de Benoît Feroumont (en son Royaume), de Marc-Antoine Mathieu (génialement décalé ), de Jean-Claude Mezières, Ptiluc ou encore Tebo.

Sans oublier, bien sûr, les auteurs résidant en Picardie : Alex-Imé, Emmanuel Beaudry, Greg Blondin, Damien Cuvillier, Antoine Dodé, Raoul Douglas, David François, Fraco, Olivier Frasier (de retour du Bord du monde), Daniel Goossens (plein de Passions), Hardoc, Régis Hautière, Nicolas Hitori De, Francis Laboutique, Denis Lachaussée, Guillaume Magni, Ludovic Rio, Grégory Tessier (Mistinguette), Antoine Virgile, Dominique Zay et les « auteurs de la Gouttière »: Dawid, Loïc Dauvillier, Delphine Cuveele, Kokor, Frédéric Maupomé ou Laurent Sénégas.

Une soirée pour préparer son festival ce lundi

Un record de participation qui donne une légitimité de plus à la soirée des Bulles du lundi, ce 5 mai. L’association On a marché sur la bulle invite en effet le public à « venir découvrir à travers les yeux de lecteurs avertis« , (simples amateurs, auteurs, membres de l’association ou bibliothécaires), le « casting de rêve » du prochain festival. Tour à tour, chacun viendra évoquer son ou ses livres préférés des auteurs présents aux rendez-vous d’Amiens. Occasion d’échanger sur des coups de cœur de lecture et de visionner quelques images de ces albums.

Sinon, à un mois de la manifestation, on entre dans le dur de la préparation. Les expositions sont calées, les différents prix en cours de finalisation et le site internet d’On a marché sur la bulle a fait son lifting, avec une jolie refonte graphique. Et le maintien de son contenu éditorial.

On reviendra très vite plus en détails sur ces différents aspects là.

Bulles du lundi, lundi 5 mai, à la bibliothèque Louis-Aragon, 50, rue de la République à Amiens. De 20 à 22 heures. Entrée libre et gratuite.

 

 

10 ans de Papiers nickelés

Papiers nickelés, la revue de l’image populaire fête ses dix ans et 40 numéros.

Papiers nickelés, la revue dirigée par Yves Frémion, joyeux mixage de tout ce qui se publie ou a été crée autour de l’imagerie populaire (BD, illustrés, caricatures, etc) va célébrer ses dix ans d’existence, à travers un n°40 « spécial international », en ce printemps.

Accessoirement, l’équipe devait fêter ça à l’Usine (102, bd de la Villette, Paris XIXe) ce vendredi 25 avril.

Le BDbus voyage à Rue

A l’occasion des vacances de Pâques, la bibliothèque départementale de la Somme propose ce mardi 22 et mercredi 23 avril aux usagers de la bibliothèque de Rue deux journées d’animation autour de la bande dessinée, avec son BDbus.

Après Beauquesne et Ailly-sur-Noye, en février, et à  l’occasion de ces vacances scolaires de printemps, la bibliothèque départementale de la Somme fait se balader son BDbus jusqu’à Rue, en Picardie maritime, en début de semaine.

Deux journées, s’adressant aux jeunes de 9 à 18 ans, qui visent à « faciliter l’accès aux pratiques de lecture et aux codes de la BD », tout en favorisant la fréquentation du réseau départemental par les adolescents, et de mieux faire connaître la BD et le BDbus.

Au programme mardi 22 avril, une matinée d’initiation (de 10 à 12 heures), autour de la BD, de la pratique du scénario et de la réalisation des planches. L’après-midi (14 à 16 heures), rencontre avec l’auteur amiénois Greg Blondin.

Et mercredi 23 avril, de 10 à 12 heures, exploration lecture dans le BDbus.

Bibliothèque Départementale de la Somme : 03 22 71 97 02

Riff Reb’s: « L’idée d’une skyline, avec la cathédrale qui part se promener »

Riff Reb’s était récemment l’invité des « Bulles du lundi » de l’association On a marché sur la bulle, en prélude du prochain festival d’Amiens, dont il a réalisé l’affiche. On a pu en profiter pour une petite rencontre.

Comme il est de tradition, l’auteur de l’affiche de l’année des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens vient en amont du festival pour une soirée d’échanges à bâtons rompus. Avant cette rencontre (évoquée aussi ici), il s’est prêté de bonne grâce aux interviews. Occasion de revenir sur son affiche et sur ses projets.

Comment est née cette affiche pour les Rendez-vous d’Amiens ?

C’était une commande du festival, bien sûr. Avant tout, il faut dire que j’ai beaucoup de travail en ce moment, mais e ne pouvais pas dire non, car ce n’est que du bonheur de faire l’affiche d’Amiens. Mais en même temps, je ne pouvais pas prendre le risque de trop chercher. Donc: droit au but !
La première chose que j’ai fait, c’est d’aller voir les dix-huit affiches précédentes, pour trouver une base différente, me distinguer et pour se renouveler par rapport au salon. Alors, déjà, l’ambiance dans les verts est inédite. Ensuite, le festival nous laisse libre de la composition, mais pour moi, il y a quand, la représentation d’Amiens est quand même en cause dans chaque affiche. Là, il y a la totale: la cathédrale, la tour Perret, mais aussi les autres églises et les maisons amiénoises. L’idée, c’était donc celle d’une « skyline » démontée par des monstres. Mais bon, à Amiens, la skyline, c’est pas trop ça ! Donc je suis allé sur internet, et je suis tombé sur les différentes églises de la ville. Il y a en de formidables, comme celle du quartier Saint-Pierre, qui m’a frappé par sa modernité. Là, c’est la ville aux mille clochers, mais je voulais aussi le côté historique et populaire avec les petites maisons amiénosies.
Je la vois comme une fausse affiche de film catastrophe, mais avec le côté comique, car la cathédrale qui s’arrache de terre sur ses grandes jambes métalliques, c’est aussi un petit clin d’œil à Jules Verne, à Eiffel…

Lire la suite