Une journée pour tordre le cou aux préjugés sur la BD

En finir avec les préjugés autour de la bande dessinée. Tel sera le thème de la journée professionnelle 2016, qui précède le festival de bande dessinée d’Amiens. Interviendront trois « pointures »: Benoît Peeters, Benoît Mouchart et Jean-Christophe Ogier.

Rendez-vous_BD_amiens_2016_afficheDepuis quelques années, la « journée professionnelle » qui précède le week-end festivalier des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens est devenu, également, un vrai rendez-vous autour de la bande dessinée. Ce sera encore le cas ce vendredi 3 juin 2016, avec une journée consacrée à « en finir avec les préjugés autour de la bande dessinée ».

Vaste programme, donc, tant le « neuvième art » est encore trop souvent réductible à un synonyme d’expression simplifiée, voire abêtissante. Entre les « p’tits Mickey » et le « film-qui-ressemble-à-une-BD ». « Expression d’un méconnaissance et du mépris pour le neuvième art ou reflet d’une réalité bien plus universelle ? » s’interrogent les organisateurs de cette journée : Depuis que la bande dessinée existe, elle véhicule des préjugés tenaces. Est-elle un simple divertissement populaire, destiné à un public jeune qu’elle détourne d’ailleurs de la “vraie” lecture ? Pourtant la bande dessinée n’a pas de raison d’avoir de complexes. Riche, diverse, créative, pertinente, réactive, elle peine parfois à faire connaître ses forces au plus grand nombre. Placer le médium Bande dessinée dans le spectre des possibles expressions artistiques et « fournir des outils à l’ensemble des théoriciens, auteurs, bibliothécaires, représentants du monde politique et économique que le sujet intéresse »,  telle sera donc la problématique de cette journée professionnelle 2016…

Lire la suite

Rendez-vous avec Pozla à Amiens, ce lundi

La prochaine « bulle du lundi », organisée par l’association On a marché sur la bulle ce 18 avril, aura pour invité Pozla, l’auteur de Carnet de santé foireuse.

pozla-680x357Pozla, alias Rémi Zaarour, a obtenu l’un des succès surprise – et mérité – de l’année passée avec son Carnet de santé, récit autobiographique sur ses ennuis de santé lié à sa maladie de Crohn ; ouvrage salué d’un prix spécial du jury au dernier festival d’Angoulême.

L’ancien Amiénois sera ce lundi 18 avril le prochain invité des « bulles du lundi », organisées par l’association On a marché sur la bulle, en prélude au festival de la bande dessinée d’Amiens. Occasion donc de revenir sur son dernier ouvrage – qui démontre que l’on peut parler d’une maladie de l’intestin sans se regarder le nombril – mais aussi sur sa série Monkey Business et ses projets.

A noter que Pozla sera aussi parmi les 95 auteurs invités lors des 21e Rendez-vous d’Amiens, les 5 et 6 juin.

Bulles du lundi avec Pozla, lundi 18 avril à 20 heures, librairie Louis-Aragon, rue de la République à Amiens. Entrée libre.

Bernard Cosey, un auteur très vert

Le dessinateur suisse Bernard Cosey vient de recevoir le prix « SuperTournesol » de la BD, décernée à l’initiative d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), pour l’ensemble de son œuvre.

imgp2568Voici vingt ans qu’à l’initiative des Verts (puis EELV) est remis chaque année lors du Festival BD d’Angoulême le prix Tournesol, récompensant la BD la plus écolo parue dans l’année en langue française (attribuée cette année à l’américian Derf Backderf pour Trashed, Ed. Ça & là).

En « bonus », tous les dix ans, un prix SuperTournesol est décerné à un auteur n’ayant jamais été primé, mais dont l’œuvre entière témoigne qu’il défend les valeurs de l’écologie.

Après F’Murr en 2006, c’est donc Bernard Cosey qui vient de le recevoir lors d’une cérémonie tenue au Sénat à l’invitation du groupe des sénateurs écologistes…

Lire la suite

Alex A. et son Agent Jean en mission à Amiens

Le jeune auteur québécois Alex A, auteur de l’Agent Jean sera à Amiens ces deux prochains jours. Séance de dédicaces et interventions scolaires au programme.

STHA20-06-08-15-4712_4711_2015-08-06_1277a_800x0« L’agent Jean, c’est comme si Bob l’éponge était James Bond. C’est un personnage candide et naïf qui a l’air bon à rien, mais qui sauve des vies, voyage dans le temps et fait des explosions partout. Les histoires sont loufoques, mais pleines de références aux films d’espionnage ou à d’autres bandes dessinées ou comics du genre. C’est vraiment chouette ! » Au-delà de ce commentaire enthousiaste du journaliste québecois Laurent Boutin, en décembre 2013, L’agent Jean est aussi l’un des plus gros succès de la bande dessinée jeunesse dans la « Belle province », avec plus de 200 000 exemplaires vendus.

Venu promouvoir sa série en France, Alex A sera à Amiens ce vendredi 18 et samedi 19 mars. En effet, en plus de son après-midi rencontres-dédicaces programmée à la librairie Bulle en stock samedi, le jeune dessinateur s’est mis bénévolement à la disposition d’établissements amiénois impliqués dans des projets BD, pour venir y faire des démonstrations de création numérique. Le service éducatif de l’association On a marché sur la bulle lui a donc organisé un petit périple dans les écoles de la ville à sensibilité bande dessinée, au collège Arthur-Rimbaud, à l’école primaire du Pigeonnier, puis à l’école Saint-Maurice. Et il terminera sa journée au centre culturel d’Etouvie ou il rencontrera les enfants et parents travaillant, dans le cadre d’un projet sur la parentalité, avec le dessinateur Dawid ainsi que les ados de l’atelier d’écriture BD animé par l’auteur amiénois Greg Blondin.

Rencontres-dédicaces avec Alex A, samedi 19 mars de 14 à 18 heures, librairie Bulle en Stock, 4 rue du marché Lanselles à Amiens.

 

Un méchant concours pour les Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens 2016

Rendez-vous traditionnel des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, le concours de bande dessinée amateurs 2016 est lancé. Le thème de l’année est: les grands méchants.

affiche_concours_2016_600_largeLe concours est ouvert à tous les amateurs de bande dessinée résidant en Picardie, n’ayant pas été publié dans une publication professionnelle (et n’ayant pas déjà gagné la catégorie dans laquelle ils postulent). Chaque candidat devra proposer une ou deux planches traitant du thème de l’année. Et les transmettre avant le 4 mai 2016 (règlement complet à retrouver ici).

Différentes catégories sont ouvertes, des classes de primaire aux adultes.
Le gagnant de la catégorie « ouverte à tous » sera récompensé d’un bon d’achat en BD d’une valeur de 200 €. D’autres bons d’achats sont prévus pour les lauréats des catégories scolaires. Tous les finalistes auront des lots de consolations et tous les participants se verront offrir des entrées gratuites pour le festival.
Le dessin et le graphisme de l’affiche ont été réalisés par la lauréate du concours 2015 en Hors Catégorie, Myriam Nakara !

Le CROUS Amiens-Picardie fait dans la BD sauvage

concours_bd_crousLe CROUS d’Amiens-Picardie organise depuis plusieurs années, en partenariat avec d’autres CROUS et sous l’égide du CNOUS, des concours dans différents domaines artistiques ouverts aux étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur. Et la bande dessinée fait partie des domaines traités (sous pilotage du CROUS Besançon). Cette année, le thème est: « sauvage ».

Ouvert à tous les styles de bande dessinée (manga, comics, BD européenne, etc.), le concours accepte aussi toutes les formes et genres de récits (poétique, dramatique, fantastique, humoristique, etc.) ainsi que toutes les techniques (crayon, plume, feutre, gouache, pastel, fusain, craie, peinture, etc.).
Seules contraintes, l’oeuvre devra être une histoire courte d’une à sept planches maximum, avec ou sans texte, et jamais publiée.

Et l’envoi doit être fait  avant le 17 mai.

Les meilleures œuvres seront récompensées au niveau régional, voire participeront au concours national.

 

Nicolas Juncker remonte au front de 14-18 dans l’Oise

À l’invitation de la médiathèque départementale de l’Oise, le dessinateur Nicolas Juncker a entamé une série de trois modules autour de la bande dessinée et de la Première Guerre mondiale.

Nicolas Juncker lors de son intervention à la médiathèque. (Photo Florence Dauly / Courrier picard)

Nicolas Juncker lors de son intervention à la médiathèque. (Photo Florence Dauly / Courrier picard)

Ce mardi, c’est à la médiathèque de Saint-Martin-Longueau, dans l’Oise, que l’on pouvait retrouver Nicolas Juncker (dessinateur, entre autre de la série Immergés, ou de  La vierge et la putain), dans le cadre d’une résidence, qui s’inscrit au sein du cycle d’actions de la médiathèque départementale de l’Oise autour du centenaire de la guerre de 1914-1918.

Comme l’évoquait le Courrier picard, dans son édition Oise de mercredi, l’auteur donnait là, la première de ses trois séances sur l’art de la bande dessinée en général, et de celle consacrée à la Première Guerre mondiale en particulier. Un choix pas illogique pour un auteur qui s’est connaître avec justement un album, Le Front, consacré à ce sujet.

Lire la suite

Bulles du lundi: retour sur les meilleures lectures 2015

Conversation illustrée autour de la bande dessinée, de ses auteurs et de ses albums. La bande dessinée propose un nouveau rendez-vous avec l’association On a marché sur la bulle. Ce lundi : séance collective consacrée aux « meilleures lectures » de 2015.

Bulles du lundiLes bandes dessinées, ce sont ceux qui les aiment qui en parlent le mieux. Fort de ce principe, l’association On a marché sur la bulle réédite, quelques semaines après le festival d’Angoulême, une soirée de présentation des « meilleures lectures 2015 » de l’assistance.

Pas d’auteur, donc, mais de multiples intervenants: membres ou bénévoles de l’association, libraires, bibliothécaires ou « simples passionnés », qui viendront évoquer leurs coups de coeur de l’année écoulée.

Au vu du visuel accompagnant le communiqué de presse, on devrait revenir sur Le Rapport de Brodeck de Larcenet, sur Ici de Richard McGuire, sur Les Carnets de santé foireuse de Pozla, mais aussi des Esclaves oubliés de Tromelin de Savoia, de La Favorite de Matthias Lehmann ou encore du Cher pays de notre enfance. Et d’autres albums encore.

Et, comme d’habitude, c’est bien sûr ouvert à tous !

Les bulles du lundi, lundi 7 mars, de 20 à 22 heures, bibliothèque Louis-Aragon, rue de la République à Amiens. Entrée libre.

La bande dessinée en ordre de bataille pour le centenaire de Verdun et de la bataille de la Somme

Après 2014, 2016 sera la seconde grande année du centenaire de la Grande Guerre. Et parmi les commémorations officielles et animations variées, plusieurs créations seront en lien avec le neuvième art. Notamment dans la Somme.

slider_label_centenairePremiers éclairage sur trois temps forts à venir cette année : deux évocations graphiques sur la bataille de Verdun, une création mondiale mêlant roman graphique et art vivant à Amiens et l’installation définitive d’une fresque unique à Thiepval, dans la Somme…

Lire la suite

« Irmina » toujours sur de bons rails

Le 4e Prix de la bande dessinée des cheminots – BD sociale et historique 2015 – vient d’être remis, à Irmina (éditions Actes Sud – L’An 2), de Barbara Yelin.

BARBARA-YELINSi la couverture montre deux personnages se déplaçant à vélo, les cheminots n’ont pas tenu rigueur à Barbara Yelin de ce mode de transport alternatif au leur. Ce 6 février, l’auteure d’Irmina à reçu son prix de la BD des cheminots à l’occasion de la fête de la bande dessinée des cheminots, organisée à l’Académie Fratellini, à La Plaine Saint-Denis (Seine Saint-Denis). Et ce, en présence de centaines de cheminots bédéphiles. Comme pour les trois éditions précédentes, ce prix est attribué après un vote des salariés de la SNCF fréquentant les médiathèques des CE du groupe.

Etaient en lice, cette année :

  • Magic-Majid (Bâ/Fouillet, Éd. Sarbacane)
  • L’Algérie c’est beau comme l’Amérique (Burton/Grand, Éd. Steinkis)
  • Amère Russie (Ducoudray/Anlor, Éd. Bamboo)
  • Le Tirailleur (Macola/Bujak, Éd. Futuropolis)
  • Irmina (Yelin, Éd. Actes-Sud)

Irmina raconte l’histoire (inspirée de la vie de la grand mère de Barbara Yelin) d’une jeune allemande partie en Angleterre dans les années 30, tombée amoureuse d’un étudiant noir d’Oxford, puis mariée avec un architecte officier de la SS. L’album avait déjà reçu, en janvier 2015 le prix Artémisia succède à Tsunami (Pendanx/Piatzszek, Éd. Futuropolis) en 2014 et au Train des orphelins (Charlot/Fourquemin, Éd. Bamboo) en 2013.