500 collégiens pour remettre le prix à Benjamin Renner

Galerie

Cette galerie contient 3 photos.

Benjamin Renner a reçu son prix de meilleur album des collégiens samariens 2016 (pour Le Grand méchant renard, ed.Delcourt), ce jeudi, dans le cadre des « journées scolaires » des Rendez-vous de la bande dessinée. Cérémonie un peu particulière, puisque ce sont … Lire la suite

La résidence de Nicolas Juncker sur 14-18 s’achève à Rethondes

Clôture d’une résidence étalée sur trois ans, consacrée à la Première Guerre mondiale, une soirée de lectures et une expo Juncker est organisée ce vendredi dans l’Oise.

Dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale, la Médiathèque départementale de l’Oise a mis en place différentes actions autour du livre et de la lecture. Et notamment des résidences d’écrivains et d’auteurs de bande dessinée depuis deux ans. Après Daniel Casanave en 2014 (sur le thème de l’entrée en guerre) et Riff Reb’s en 2015 (sur la guerre à l’arrière du front), c’est Nicolas Juncker qui a mené le projet en ce printemps 2016, autour cette fois du poilu au front.

Pour terminer en beauté, une soirée est proposée ce vendredi à Rethondes (lieu symbolique pour marquer la fin d’une action autour de la Première Guerre mondiale…) avec une lecture de textes d’auteurs témoins de 14-18 par Fred Egginton et illustrée par Nicolas Juncker. Des expositions sur la Grande Guerre dans la bande dessinée ainsi que les travaux réalisés au cours des différents ateliers de la résidence seront aussi présentés.

 Soirée de restitution de la résidence de Nicolas Juncker "1916 - le poilu et le front", vendredi 27 mai à 18 heures, à la bibliothèque de Rethondes. Renseignements et réservations au 03.44.85.60.38.

Une vente aux enchères à 3,8 millions d’euros pour Christie’s et Daniel Maghen

La vente aux enchères du 21 mai 2016 organisée par Christie’s et Daniel Maghen affiche un véritable succès avec un montant total de plus de 3,8 millions d’euros (3 834 371€ TTC précisément).

L’affiche de cette vente aux enchères « spéciale BD » était belle. Le catalogue faisait aussi rêver. Au final, ce 21 mai, 153 oeuvres (soit 73% des pièces présentées, mais 87% en valeur) ont été acquises par des collectionneurs du monde entier.
Et vingt records du monde ont été battus ou égalés (Vance, Jacobs, Ralph Meyer,etc.), selon un communiqué transmis ce jour par la galerie Daniel Maghen.

Hergé_affiche expo universelle 1967

Affiche réalisée pour l’exposition universelle de 1967 à Montréal.

Hergé toujours le plus haut
Comme attendu, c’est encore Hergé qui a atteint les sommets. La totalité des lots du père de Tintin ont trouvé preneur : 299 400 € pour la planche originale de Coke en Stock et 237 400 € pour l’illustration issue de L’Étoile Mystérieuse, soit plus du double de son estimation. Les deux illustrations des studios Hergé ont aussi décuplé leurs estimations initiale (4 000-5 000 €) avec 51 400 € pour le lot 153 et 63 800 € pour le lot 154.
Quant au lot phare de la vente, l’affiche ornant le pavillon belge de l’exposition universelle de Montréal 1967 (estimée à 300 000 €), il est parti pour… 621 800 €

Un record mondial pour Gaston Lagaffe et de beaux scores pour Jacobs
Au-delà des fans absolus de Tintin (on n’oserait croire qu’il ne s’agisse là que de basses opérations de spéculation…), d’autres auteurs ont vu leurs oeuvres s’arracher. Ainsi, la couverture de Gaston Lagaffe par Franquin (lot 21), estimée 100 000 €, a été vendue au prix exceptionnel de 212 600 €.Et le lot 22, estimé 75 000 €, bat le record mondial pour une planche noir et blanc de Gaston avec 202 680 €.
Même emballement pour l’illustration originale de Gaston à bord de sa fidèle voiture, qui a été enlevée au de 66 280 €, plus du double de son estimation haute…

Lire la suite

Rencontre avec Catherine Meurisse, ce soir à Amiens

Catherine Meurisse, à qui une expo (« De l’esprit du trait ») sera consacrée lors des 21e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, les 4 et 5 juin prochains, sera à Amiens, ce jeudi 19 mai.

Catherine_MeurisseDessinatrice à Charlie hebdo et auteure notamment du Pont des Arts (jetant une passerelle entre peinture et littérature en confrontant des grands écrivains à des tableaux) et de Moderne Olympia (virée imaginative et délurée dans le Musée d’Orsay), elle vient de publier La légèreté, témoignage émouvant et drôle de sa reconstruction après le massacre à Charlie hebdo, en janvier 2015.

Rencontre avec Catherine Meurisse, jeudi 19 mai à 20 heures, Maison de la culture d’Amiens. Entrée libre.

Régis Hautière, histoires en marche

Le scénariste amiénois Régis Hautière a une actualité encore chargée en ce début d’année, avec la sortie du deuxième volet d’un Homme de joie (avec David François au dessin) et celle du tome 4 de la série Femmes en résistance : Mila Racine (co-scénarisé avec Francis Laboutique et dessiné par Olivier Frasier). Sans oublier la finition du tome 4 de La Guerre des Lulus et l’arrivée de deux nouvelles séries humoristico-historiques, l’une avec Arnaud Poitevin, Les Spectaculaires et l’autre avec Frédérik Salsedo, Les trois grognards.
Entretien tour d’horizon…

Régis Hautière, en ce mois de mai sort une nouvelle série, Les trois grognards. D’où vient ce projet ?

Régis Hautière va avoir six albums publiés en 2016.

Régis Hautière  va avoir six albums publiés en 2016.

Frédérik Salsedo m’a sollicité. Il avait envie de repartir dans l’humour. Après Ratafia, il avait fait Nous ne serons jamais des héros et Au royaume des aveugles (au Lombard). Il commençait à se lasser du style réaliste et avait envie de repartir vers des choses plus légères, de retrouver un dessin plus caricatural, plus lâché. Il m’a d’abord suggéré de faire une histoire de pirates, mais il y aurait eu immanquablement une comparaison avec Ratafia. Et j’ai donc suggéré la période de la Révolution française… albums

Mais c’est sous l’Empire que se passe l’histoire des Trois Grognards ?

Au départ, je pensais à la période juste après 1789. Mais je me suis dit que la période napoléonienne avait été peu traitée sur un mode humoristique. La BD napoléonienne est un genre très sérieux, très précis. Il y avait peut-être moyen de s’amuser et d’apporter quelque chose d’autre sur cette période-là.

Vous aviez une idée précise ou des références en tête ?

J’avais une série en tête, mais qui n’a rien à voir avec l’époque napoléonienne, il s’agit… des Tuniques bleues. On reprend un peu le même principe de suivre une guerre, vue par des soldats du rang et avec un côté humoristique. L’humour et le traitement graphique sont différents de la série de Cauvin et Lambil, mais la référence est similaire : faire une série humoristique avec un fond historique…

Lire la suite

Un beau tombeau pour « Bob » Siné

Siné mensuel sort aujourd’hui un hors série sur Siné, décédé le 5 mai : « ma vie, mon oeuvre, ma mort » ! De quoi rester éternellement sinéphile.

siné mensuel hs mort siné C’est un beau tombeau (au sens second du terme, celui de poème hommage) que l’équipe de Siné Mensuel rend à son fondateur avec ce numéro spécial de 40 pages (5,90 euros) qui paraît aujourd’hui, moins de quinze jours après le décès de son fondateur. Sobre, complet et restituant bien toute l’ampleur du personnage.

Siné lui même y a d’ailleurs participé, avec la couv’… conçue sur son lit d’hôpital en février (en précisant : « Si je casse ma pipe, on aura la prochaine couv’« ). Autres inédits: les premiers chapitres du tome 10 de Ma vie, mon oeuvre, mon cul ! son autobiographie manuscrite et illustrée, dont le dernier tome est paru l’an passé

Lire la suite

Une « Bulle du lundi » en avant-goût des bulles du Festival d’Amiens

Dernière Bulle du Lundi avant les 21es Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens, ce lundi 9 mai à partir de 19 heures à la bibliothèque Louis Aragon.

A moins d’un mois des 21e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, une « Bulle du lundi » de mise en condition pré-festival. Avec des libraires, des bibliothécaires, des auteurs de bande dessinée et des membres de l’association On a Marché sur la Bulle.

Tous s’associent pour présenter le programme des Rendez-Vous 2016, leurs coups de cœur de lecteurs, les bandes dessinées et les auteurs à ne pas manquer les 4 et 5 juin 2016 pendant le temps fort de la manifestation.

Cela se passe toujours à la bibliothèque Aragon (rue de la République à Amiens) et c’est toujours en accès libre. Mais, attention, cette fois, le rendez-vous est fixé à 19 heures (jusqu’à 21 heures).

 

Siné a passé l’arme à (l’extrême) gauche

Ce jeudi 5 mai, à 8 heures, le dessinateur Siné est décédé à l’hôpital Bichat des suites d’une opération, a-t-on appris de son entourage.

medias-presse-sine-hebdo_5592949Mourir le jour de l’Ascension, pour un anar farouchement athée comme Siné, il faut y voir un dernier bras d’honneur. Le dessinateur est décédé ce matin à l’hôpital Bichat des suites d’une opération des poumons…

Avant-hier, il écrivait sa dernière zone, publiée hier sur le site de Siné Mensuel :
Ça m’énerve grave
. Depuis quelque temps, vous avez dû remarquer que je ne nageais pas dans une joie de vivre dionysiaque ni dans un optimisme à tous crins, ce qui est pourtant mon penchant habituel. Je ne pense, depuis quelque temps, qu’à ma disparition prochaine, sinon imminente, et sens la mort qui rôde et fouine sans arrêt autour de moi comme un cochon truffier. Mon moral, d’habitude d’acier, ressemble le plus souvent maintenant à du mou de veau ! C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains et ça m’énerve grave de crever avant eux !Heureusement que vous êtes là, admirateurs inconditionnels, adulateurs forcenés… vous ne pouvez pas savoir comme vos messages me font du bien, un vrai baume miraculeux !
Et banzaï malgré tout !

La dernière "une" de Siné, pour le numéro de mai de Siné mensuel

La dernière « une » de Siné, pour le numéro de mai de Siné mensuel

Il avait déjà été absent du numéro d’avril de Siné mensuel. Mais avait fourni deux unes (en avril et mai) particulièrement rageuses et vivantes. A l’image d’une vie toute entière dédiée à la révolte face à l’ordre établi. Vie qu’il avait en partie racontée dans son autobiographie dessinée en plusieurs épisodes…

Né Maurice Sinet, le 31 décembre 1928 à Paris, il était fils d’un ferronnier anarchiste (bon sang ne saurait mentir) et d’une épicière. Entré à l’école Estienne en 1942, il devient graphiste. Ses premiers dessins sont publiés en 1952 dans France Dimanche. En 1955, il reçoit le grand prix de l’humour noir pour son recueil Complaintes sans paroles, préfacé par Marcel Aymé et postfacé par Jacques Prévert.
En 1957, il publie 
les Chats, une oeuvre marquante qui lui donnera une première notoriété. En 1958, il entre à l’Express, mais sa fougue anticolonialiste durant la guerre d’Algérie passe mal et il finit par démissionner en novembre 1962. Il rebondit en créant son propre hebdo Siné Massacre. Et il prend part à Mai 1968 avec l’Enragé. Il participe ensuite à Hara-Kiri, dessine pour l’Humanité Dimanche et rejoint l’équipe de Charlie Hebdo en 1981.
Il fait aussi partie du « second Charlie Hebdo », celui de Philippe Val, en 1993, mais les relations se tendent progressivement avec le directeur de la rédaction et son orientation de plus en plus atlantiste et droitière. Il se fait virer de Charlie en 2008, accusé d’antisémitisme pour une évocation du fils de Sarkozy. Siné sortira totalement blanchi par la justice de cette accusation. Mais, suite à l’émotion suscité par ce licenciement, Siné et sa femme, Catherine Sinet, fondent Siné hebdo. Celui-ci passe ensuite mensuel et continue aujourd’hui de développer un humour sarcastique et politique.

Lire la suite

Cleet Boris a disparu en même temps qu’Hubert Mounier, de l’Affaire Louis Trio

Chanteur de l’Affaire Louis Trio mais aussi auteur de bande dessinée, Hubert Mounier est décédé d’une crise cardiaque ce lundi 2 mai. Il avait 53 ans.

Auto-portrait de Hubert Mounier (copyright Editions Dupuis)

Auto-portrait de Hubert Mounier (copyright Editions Dupuis)

Chanteur connu pour sa participation à l’Affaire Louis Trio, Hubert Mounier était aussi un dessinateur de bande dessiné, sous le pseudo de Cleet Boris.

Comme le rappelle les éditions Dupuis (pour qui Hubert Mounier préparait un nouvel album de bande dessinée sur l’univers de Tarzan), son premier album de BD, J’ai réussi, avait été publié en 1985, deux ans avant le premier album de son groupe, Chic Planète (dont la couverture était dessinée par Yves Chaland). Suite au succès de l’Affaire Louis Trio (puis d’une profonde dépression), il avait arrêté la BD jusqu’en 2011, où les éditions Dupuis « parvenaient enfin à le faire revenir à sa table à dessin » avec La maison de pain d’épices, récit autobiographique sur les affres de la création musicale du disque portant le même nom et qui sortait en parallèle.

Ces derniers temps, Hubert Mounier travaillait sur un grand projet personnel pour le label Aire Libre, un essai en 200 planches de bandes dessinées consacré au « roi de la jungle », son personnage favori depuis l’enfance.