Pierre Seron, le grand bonhomme derrière les Petits Hommes n’est plus

Triste mois de mai pour la bande dessinée. Et pour les éditions Dupuis. Voilà vingt jours à peine, c’était Jidéhem qui partait. Aujourd’hui, l’éditeur annonce la disparition d’un autre grand nom de la BD franco-belge classique: Pierre Seron, l’auteur des Petits hommes.

Décédé ce mercredi 24 mai à l’âge de 75 ans, Pierre Seron était originaire de la province de Liège. Après des études à l’Institut Saint-Luc, à Bruxelles, où il fera notamment la rencontre de ses futurs confrères Walthéry, Dany et Pleyers, il fait ses débuts en bande dessinée sous le pseudonyme de Foal, en assistant Dino Attanasio sur Spaghetti et Modeste et Pompon, Mittéï sur Indésirable Désiré et les décors de Ric Hochet, et Maurice Maréchal sur Prudence Petitpa. Il entre au Journal de Spirou en 1967, avec un récit complet écrit par Victor Hubinon. Quasi en même temps, il va créer ses « Petits hommes», dont le premier épisode, d’abord scénarisé par Yvan Delporte, est rapidement poursuivi par Albert Desprechins, qui cèdera sa place ensuite à Mittéï…

Lire la suite

Rencontre inratable avec Pascal Jousselin

Auteur, notamment, des aventures « viriles » de Michel Swing (avec Brüno) ou de Colt Bingers l’insoumis (non, rien à voir avec Mélenchon), membre de l’hilarant Atelier Mastodonte, Pascal Jousselin (auto-portrait, ci-dessus à gauche) sera à Amiens vendredi, pour une rencontre-dédicaces autour de son dernier et excellent album Imbattable avec son « vrai » super-héros de bande dessinée (ci-dessus à droite).

Occasion d’en savoir un peu plus sur un auteur à l’imagination débordante et au regard acéré sur le 9e art et ses techniques.

Rencontre-dédicaces avec Pascal Jousselin, vendredi 19 mai, à partir de 15h30, librairie Bulle en stock, 4 rue du Marché-Lanselles à Amiens.

Trois Grognards et deux auteurs à Amiens ce samedi

Régis Hautière et Fred Salsedo seront ce samedi après-midi à la librairie Bulle en stock d’Amiens, pour la sortie du tome 2 de leur série Les Trois Grognards.
Une première collaboration commune pour le dessinateur de Ratafia et le scénariste de La Guerre des Lulus ou d’Aquablue  pour une nouvelle saga napoléonienne, en pleine montée en puissance.

Comme d’habitude, il faut réserver par téléphone avant (au 03.22.91.50.10)

Rencontre-dédicaces Régis Hautière et Fred Salsedo, samedi 13 mai à partir de 14h30, librairie Bulle en stock, 4 rue du Marché-Lanselles, Amiens.

Marc Lizano et Thomas Priou dédicacent leurs albums de la Gouttière chez Bulle en stock

Deux rencontres très amiénoises, ce samedi 13 mai au matin, à la librairie Bulle en stock d’Amiens.

Avec Marc Lizano, pour la sortie de La Pension Moreau et Père et fils, et avec Thomas Priou, pour la parution du tome 3 de Trappeurs de Rien. Trois albums (pas vus) sortis récemment aux Editions amiénoises de la Gouttière.

Rencontre-dédicaces avec Marc Lizano et Thomas Priou, samedi 13 mai, à partir de 10h30, librairie Bulle en stock, 4 rue du Marché-Lanselles, Amiens.

 

Jidéhem est décédé, M. de Maesmaker ne signera plus de contrat

Jidéhem, un des piliers de la bande dessinée franco-belge, s’est éteint ce dimanche 30 avril, à l’âge de 81 ans.

C’est par un communiqué des éditions Dupuis que l’on apprend la nouvelle.

Auteur des chroniques de Starter, de Ginger, ou de SophieJean de Maesmaker alias Jidéhem est décédé ce dimanche. Et, pour une fois, son nom parlera presque plus que son pseudo aux amateurs de bande dessinée. Car Franquin est lui choisirent son patronyme pour en affubler le fameux Monsieur de Maesmaker, dont Gaston Lagaffe fait immanquablement rater la signature du contrat avec les éditions Dupuis ! Un choix qui, pour l’anecdote, occasionna quelques déboires à son propre père, acheteur pour une entreprise.

Jidéhem fut en effet aussi l’assistant d’André Franquin entre 1957 et 1969. Il collabora avec lui sur Gaston Lagaffe, mais aussi sur Spirou et Fantasio et nombre d’autres projets communs. Pilier du Journal Spirou, et participant à l’âge d’or de la BD franco-belge, le style de Jidéhem était apprécié pour sa lisibilité. Et son talent pour dessiner les décors et plus encore les véhicules.  Récemment, il avait compilé pour les éditions Dupuis les centaines de « Chroniques de Starter » qu’il avait réalisées depuis 1957, et rêvait de remettre en piste Ginger, le héros qu’il créa en 1954, au début de sa carrière…

Lire la suite

48H pour découvrir à moindre coût la BD

Pour cette 5e édition, 12 éditeurs majeurs de bande dessinée, de comics et de manga  proposent 230 000 albums à 1€  ces 7 et 8 avril.

A l’image de la Fête du cinéma, ces « 48H BD » commencent à entrer dans le paysage culturel. Un rendez-vous de printemps qui, à travers une douzaine de titres, permet de découvrir à moindre coût de nouvelles séries et entrevoir la diversité de l’offre éditoriale en matière de bande dessinée.

Pour l’heure (et à la différence du cinéma qui a progressivement vu le coût du ticket croître et l’opération se banaliser), c’est toujours au prix symbolique d’1 euro qu’il sera possible d’acquérir les titres sélectionnés par chaque éditeur. Parfois reformatés pour l’occasion et généralement début d’une série, ces « teasings » n’en sont pas moins plutôt de qualité. Et en tout cas très éclectique…

Lire la suite

Rendez-vous de la bande dessinée à Amiens avec Brüno

En prélude habituel au Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, les « Bulles du Lundi » organisent une rencontre avec l’auteur de l’affiche de l’année : Brüno, ce 3 avril.

Les Bulles du Lundi d’avril 2017 recevront Brüno, auteur de l’affiche des 22es Rendez-Vous de la  Bande Dessinée d’Amiens, scénariste et dessinateur à l’oeuvre prolifique et reconnue. Il est aussi l’un des 80 auteurs invités du festival picard et une exposition rétrospective et scénographiée, Soul Graphic, lui sera consacrée les 3 et 4 juin
2017.

Au cours de cette rencontre et en lien avec l’exposition qui lui est consacrée, Brüno reviendra sur ses influences, tirées de la culture américaine, de la Black Music (concrétisé par son dernier album, avec Hervé Bourhis), mais aussi d’Hollywood et des séries B (influences qui marquent ses albums, comme Lorna ou la série à succès Tyler Cross). Il sera également question de son dessin incisif et de sa ligne claire aux accents franco-belges, mettant en scène des univers d’aventures
allant du western à la science fiction, sur fond de soul et de funk.
Ses collaborations avec des scénaristes tels que Pascal Jousselin, Fatima Ammari-B, Appollo, Nicolas Pothier, Fabien Nury ou tout récemment Hervé Bourhis viendront également nourrir la discussion.

Rencontre avec Brüno, lundi 3 avril 2017 à 19 heures, Bibliothèque Louis Aragon, 50 rue de la République à Amiens. Entrée libre.

 

 

Prix des collégiens samariens : de quoi faire oublier sa tristesse à l’éléphant

Le Prix bande dessinée des collégiens samariens 2016/2017 vient d’être décerné à Nicolas Antona et Nina Jacqmin, pour leur album La Tristesse de l’éléphant (éditions Les Enfants Rouges).

Le 5e Prix de bande dessinée des collégiens samariens est désormais connu, pour cette édition 2016-2017. Il s’agit de La Tristesse de l’éléphant, de Nicolas Antona et Nina Jacqmin (dont c’est, pour tous les deux, le premier album).

Cette action, l’action a concerné vingt collèges de la Somme. Les élèves ont travaillé sur la lecture d’une sélection d’albums de bande dessinée édités dans l’année.  L’idée centrale de ce projet, porté par le Conseil départemental de la Somme et la DRAC, est d’utiliser la
bande dessinée comme moyen de favoriser les pratiques de lecture auprès du jeune public.  Dans le cadre de ce projet, l’association On a  Marché sur la Bulle est intervenue, entre septembre 2016 et février 2017 pour former les élèves aux spécificités du médium bande dessinée au rythme de trois séances par classe. C’est donc en connaissance de cause que les élèves ont pu jouer leur rôle de jury dans le cadre de ce travail  de lecture et d’analyse…

Lire la suite

Jirô Taniguchi ne marchera plus

Auteur de Quartier lointain, de l’homme qui marche ou du Sommet des Dieux, Jirô Taniguchi vient de mourir. Il avait 69 ans.

(photo éditions Casterman)

La nouvelle est tombée ce samedi en fin d’après-midi, rendue publique par son éditeur francophone, Casterman : Jirô Taniguchi est décédé. Agé de 69 ans, le plus « européen des mangakas » laissera une oeuvre marquante dans le neuvième art. Comme un pont entre l’univers asiatique et la bande dessinée franco-belge.

Prix du scénario au Festival international d’Angoulême en 2003, Jirô Taniguchi avait aussi été fait chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres en 2011. Témoignages de son succès grand public, plusieurs de ses oeuvres ont été adaptées au cinéma ou au théâtre, à l’image, bien sûr, de Quartier lointain. Si le film, sorti en 2010 n’a pas laissé un grand souvenir, la transposition sur scène – donnée notamment à la Comédie de Picardie à Amiens, était finalement plus réussie. A noter, qu’Amiens l’avait également mis à l’honneur assez tôt, en réalisant l’expo principale des 12e Rendez-vous de la Bande dessinée d’Amiens, en 2007. C’était alors l’une des premières en Europe.
Depuis son oeuvre avait aussi bien sûr fait d’autres grandes expositions, comme à Versailles l’an passé et l’année d’avant au Festival d’Angoulême…

Lire la suite

Paysage après le palmarès d’Angoulême

En matière de palmarès, Angoulême a fait un peu cette année comme la primaire du PS, en pratiquant le grand écart.

Après un « Grand prix » décerné à Cosey, représentant d’un certain « clacissisme » grand public, c’est un album expérimental qui a été primé « Fauve d’or / meilleur album de l’année » (certes pas par le même jury). Un choix avant-gardiste qui s’inscrit cependant dans la lignée du Fauve d’or 2016, qui avait été décerné à Ici, de Richard Mc Guirre et son paysage figé évolutif au fil des siècles. Et l’on notera que le prix revient pour la deuxième année consécutive à une maison d’éditions pas uniquement spécialisée en bande dessinée.

FAUVE D’OR / PRIX DU MEILLEUR ALBUM
Paysage après la bataille des Belges Philippe de Pierpont et Éric Lambé (co-édition Actes Sud BD/Frémok). Cet imposant pavé de 420 pages, quasi-muet, dans un style minimaliste et tendant vers l’abstraction retranscrit avec profondeur la reconstruction d’une femme après un deuil. « Après la bataille » donc. Une oeuvre graphique émouvante… mais, il faut bien le reconnaître, qui peut aussi laisser froid, incitant à passer rapidement certaines pages…

FAUVE – PRIX SPÉCIAL DU JURY
Ce qu’il faut de terre à l’homme, de Martin Veyron (ed.Dargaud), drame rural et réflexion philosophico-économique tragi-comique sur la futilité de l’appât du gain, à travers la triste destinée d’un paysan russe du XIXe siècle, adapté d’une nouvelle de Tolstoï.

FAUVE DE LA SÉRIE
Chiisakobe, tome 4 de Minetaro Mochizuki (ed. Le Lézard Noir). Ce manga, intimiste et familial, faisait déjà partie de la sélection finale du prix ACBD Asie. Adapté d’un roman célèbre de Shûgorô Yamamoto, ce récit singulier par aussi d’une histoire de deuil et de reconstruction: celle d’un jeune charpentier – masqué derrière d’éternelles lunettes et une grande barbe – après le décès de ses parents et l’incendie qui détruit leur entreprise; et du lien qui va se nouer avec une jolie voisine à la famille nombreuse.

FAUVE DE LA RÉVÉLATION
Mauvaises filles d’Ancco (ed.Cornélius), histoire d’une adolescence difficile pour deux filles dans la Corée du Sud des années 1990.

FAUVE DU PATRIMOINE
Le Club des divorcés, Tome 2 de Kazuo Kamimura (ed.Kana). Lui aussi avait été repéré par le prix ACBD Asie. Cette série replonge dans le Japon de la fin des années 60 et évoque l’opprobre que subissaient alors les femmes divorcées.

FAUVE DU PUBLIC CULTURA
L’Homme qui tua Lucky Luke de Matthieu Bonhomme (ed.Lucky Comics). La relecture novatrice et empathique du plus célèbre cow-boy franco-belge du 9e art a donc séduit le public.

FAUVE POLAR SNCF
L’Été Diabolik d’Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen (ed.Dargaud). Après avoir séduit la semaine passée déjà les lecteurs-internautes de la Fnac, cette relecture vintage d’un pulp italien des 60′ s’impose de nouveau.

FAUVE DE LA BANDE DESSINÉE ALTERNATIVE
Biscoto, Le journal plus fort que costaud de l’Association Biscoto éditions (fondé par Julie Staebler et Suzanne Arhex).

FAUVE JEUNESSE
La Jeunesse de Mickey Tébo (ed. Glénat). Ce prix était déjà connu, comme les autres prix des sélections « jeunesse » depuis mercredi.