Quand Matra dominait Le Mans

24 Heures du Mans – 1972-1974 : les années Matra, Denis Bernard (scénario), Christian Papazoglakis et Robert Paquet (dessin). Editions Glénat, 48 pages, 13,90 euros.

Il y a quarante-cinq ans, passionné de course automobile, le président de la République d’alors, Georges Pompidou, donnait le départ des 24 heures du Mans… et d’un cycle de trois ans qui fera date dans la grande histoire de l’épreuve mythique. Parce que… Matra !

Jusqu’alors spécialisée dans l’armement, la firme française dirigée par Jean-Luc Lagardère s’était lancée huit ans plus tôt dans la course automobile. D’abord en Formule 1, avec à la clé le titre de champion du monde. Puis au Mans. Où rien n’est jamais simple. Aussi Matra mettra plusieurs années à s’imposer.

Mais à partir de 1972, les superbes voitures aux longues robes bleues deviennent imbattables et réalisent un triplé 72-73-74 avant de se retirer. Le triple vainqueur Henri Pascarolo, Gérard Larrouse, Jean-Pierre Beltoise, François Cevert, Jean-Pierre Jabouille… Autant de noms identifiés à une époque formidable où Le Mans était La Mecque du sport auto.

Lire la suite

Gai-Luron ? C’était mieux avant… mais c’est bien maintenant

gai-luron_nouvelles_aventuresLes nouvelles aventures de Gai-Luron, tome 1 : Gai-Luron sent que tout lui échappe… Fabcaro (scénario), Pixel Vengeur (dessin). Editions Audie / Fluide Glacail, 48 pages, 10,95 €.

Comme pour suivre la mode des come-back de la bande dessinée, Gai-Luron, historique personnage à succès des grandes heures de Pif Gadget dans les années 70,  est de retour lui aussi. Avec les encouragements du maître, Marcel Gotlib, qui a validé la reprise trente ans plus tard de son anti-héros, toujours ensommeillé, toujours flanqué d’une souris victime expiatoire des gags successifs, et toujours, surtout, amoureux platonique de Belle-Lurette…

Lire la suite

A la gloire du PSG à venir

PSG_ACADEMY_T7_C1C4.inddPSG Academy, la BD officielle, tome 7, en route vers la finale, Mathieu Mariolle (scénario), Bento (dessin). Editions Soleil. 38 pages. 10,95 euros.

L’équipe de jeunes du PSG Academy est arrivée en demi-finales. Ils font partie désormais des grands d’Europe, avec les Canonniers de Londres et les Espagnols de la Real Academy ainsi que de la Barcelone Academy.

Mais ils vont devoir affronter leur bête noire, Barcelone, qui les avait sèchement battus dans les matchs de poules…

Lire la suite

Un chef d’oeuvre à contrepied

Contrepied de Foé_couvLe contrepied de Foé, Laurent Galandon (scénariste), Damien Vidal (dessinateur). Editions Dargaud. 160 pages, 19,99 euros.

Une bande dessinée pour magnifier un récit en forme de docu-fiction. Un choix payant pour une histoire relativement banale, mais ainsi merveilleusement contée par le duo Laurent Galandon – Damien Vidal.

Un petit chef d’œuvre en vérité, dont les anti-héros sont deux jeunes camerounais, a priori bons footballeurs, exploités par un agent véreux qui profite abusivement de la naïveté de ses proies et de leurs rêves de gloires footballistiques. Leurs familles sacrifient ainsi quasiment tout ce qu’ils ont – or ils ont déjà peu – afin de leur permettre de quitter l’Afrique pour la France, où ils s’apercevront de la supercherie. Trop tard. Les voilà sans argent et sans papier. Sans billet retour dont ils n’auraient jamais voulu, couverts de honte d’avoir abandonné les leurs pour rien, et même moins que rien…

Lire la suite

Les 24 Heures du Mans… Trop Ford !

24 heures du Mans_1968-1969_couv24 heures du Mans : 1968-1969, rien ne sert de courir, Youssef Daoudi (scénario), Robert Paquet et Christian Papazoglakis (dessin). Editions Glénat (collection Plein gaz), 48 pages, 13,90 euros.

Et the winner is… Ford ! A la fin des années 60, la firme américaine s’est mise à dominer les 24 heures du Mans, alors course référence du sport automobile, tous genres confondus.

La prise du pouvoir au Mans de Ford remonte à 1966, alors que Ferrari dominait jusqu’alors l’épreuve. Une passation pouvoir contée dans le tome 1 de 24 heures du Mans qui relate les éditions 1964, 65, 66 et 67. Le tome 2 vient de sortir. Il évoque les années 1968 (avec une course décalée de juin à septembre, suite aux évènements de mai 68) et 1969 qui voient les ambitions de Porsche buter deux fois de suite face aux « vieilles » mais rapides et surtout fiables Ford GT 40…

Lire la suite

Michel Vaillant, looser ?

Michel Vaillant_renaissance_couvMichel Vaillant, saison 2 – tome 5 : Renaissance. Philippe Graton et Denis Lapière (scénario), Benjamin Benéteau et Marc Bourgne (dessin). Editions Dupuis. 56 pages. 15,50 euros.

Autrefois Michel Vaillant était un héros avec un grand « H ». Le plus grand pilote automobile de tous les temps. Un champion du monde de F1 capable de gagner les 24 heures du Mans comme le Dakar ou des rallyes. Avec lui, tout était bien qui finissait bien, au cœur d’une saga familiale où chacun jouait sa partition pour le plus grand succès de la marque maison, « Vaillante ». Oui, mais voilà, le temps a fini par passer. L’âge d’or de Michel Vaillant version Jean Graton aussi. Et le winner est devenu, depuis le lancement en 2013 de la « nouvelle saison », avec une numérotation repartie à zéro après 70 tomes, un… looser !

Lire la suite

Daniel Maghen – Christie’s : le catalogue du rêve

 Ce bel album épais de 230 pages, soigné, voire luxueux, avec en couv’ la bobine d’un Gaston Lagaffe forcément un peu ahuri…. est un catalogue ! Oui, un catalogue. De bandes dessinées.

Catalogue_Christie's_-_21_mai_2016Un trésor à vrai dire. Puisqu’il recèle toutes les valeurs présentées à Paris ce samedi 21 mai (à 14h30) par Christie’s Paris et Daniel Maghen, au 9 avenue Matignon (VIIIe arrondissement) pour leur troisième vente annuelle de bandes dessinées et illustrations.

En fait, c’est toute l’histoire du 9e art qui défile au long des pages de ce « catalogue » susceptible de devenir lui-même à terme une pièce de collection truffée de… pièces de collections ! Avec leurs prix. Pour collectionneurs avertis. Donc riches. Et même richissimes. Sinon, comme s’offrir pour la modique somme de 160 à 180 000 € selon les estimations, la couverture originale du Journal Tintin dans sa version belge de mai 1948, relative au « Secret de l’Espadon », un album de Blake et Mortimer (page 171 du catalogue) ?

Vous voulez du « plus cher » ? Le champion des champions, en la matière, reste Tintin. Une planche originale de Coke en stock (19e opus des aventures du reporter à la houppette), édité par Casterman en 1958, vaut entre 250 et 300 000 € ! A découvrir page 158…

Lire la suite

Didier Deschamps et l’Equipe de France: but atteint !

Deschamps 1er_couvDeschamps 1er, Roi des Bleus, Faro. Editions Jungle, 56 pages, 12,95 €.

Adapter en bande dessinée un personnage ou un événement sportif de renom ? Avec le temps, l’exercice s’est généralisé. Mais pas toujours avec succès. Tel l’inénarrable Il faut shooter Domenech ! en 2010.
La sortie de Deschamps 1er, Roi des bleus s’annonçait donc délicate… Rien que la naïveté du titre de l’album, déjà, inquiétait… Sauf que l’auteur, Faro, a parfaitement justifié le sous-titre (« dans les coulisses de l’équipe de France ») en suivant d’entrée scrupuleusement l’histoire des Bleus sous Deschamps. C’est-à-dire depuis la nomination de « Dédé », de son refus initial à son acceptation une semaine plus tard, à la place de son ex-ami, Laurent Blanc, subtilement égratigné aux moments opportuns.

Alors certes, il n’y a pas de quoi se tordre de rire à chaque page. Certes, c’est finalement sans surprise. Certes le dessin du Niçois Faro (de son vrai nom Christophe Faraut), proche de la caricature, n’apparaît pas comme une évidence pour une bande dessinée, même si l’illustrateur majeur du célèbre almanach Vermot n’en est pas à son coup d’essai (son éclectisme lui a valu notamment de sortir deux tomes d’une BD consacrée à François Hollande (Moi président, ma vie quotidienne à l’Élysée). Certes, certes, certes…

Lire la suite

Chaos debout à Kinshasa : retour réussi sur le « combat du siècle »

Kinshasa_couvChaos debout à Kinshasa, Thierry Bellefroid (scénario), Barly Baruti (dessin). Editions Glénat, Collection « hors collection »,112 pages, 22 euros.

Le championnat du monde de boxe des poids lourds, Foreman – Ali, en 1974 à Kinshasa, capitale du Zaïre (redevenu en 1997 République démocratique du Congo après la capitulation du président-dictateur Mobutu), reste considéré comme le combat du siècle. Tant par sa portée politique que sportive. Un événement extraordinaire au sens premier du terme, d’aucune manière transposable au XXIe siècle. Mais en 1974, avec Mobutu et Mohamed Ali, qui avait abandonné son surnom de Cassius Clay en se convertissant à l’Islam, tout paraissait possible.

Fanatisé et obnubilé par son égocentrisme, Ali réalisa un combat incroyable face à George Foreman, jusqu’alors la force tranquille dans la catégorie reine de la boxe, pour reconquérir un titre dont il avait été déchu après avoir refusé d’aller combattre au Vietnam. Tout un contexte parfaitement exprimé par l’impeccable scenario de Thierry Bellefroid et le dessin de Barly Baruti dans Chaos debout à Kinshasa, un album allant bien au-delà de son simple, mais néanmoins subtil, jeu de mots qui préside au titre.

Lire la suite

Mister Tibet

Mystères_tibetMystères, une biographie en images, Vincent Odin, Editions Daniel Maghen, 364 pages. 59 euros.

Il y a six ans (le 2 janvier 2010), Gilbert Gascard, alias Tibet, nous quittait. Il avait 78 ans. Le grand Ric Hochet 78 albums aux éditions du Lombard de 1964 à 2010), le plus célèbre de ses enfants de papier, devenait orphelin.

Et si le journaliste détective, héros parmi les héros de la BD franco-belge, a trouvé depuis peu des papas adoptifs (Simon Van Liemt et Zidrou qui ont relancé la série en 2015 en la relookant), la mémoire de Tibet est régulièrement honorée depuis sa disparition, tant par les amateurs que les professionnels du 7e art.

Mais cette fois, c’est bien plus qu’un hommage que lui rend Vincent Odin en lui consacrant le tome 5 de la collection des éditions Daniel Maghen « Une biographie en images ». Ce pavé de 364 pages, intitulé Mystères, comme ceux que Ric Hochet aimait tant percer, restitue l’oeuvre de cet auteur boulimique qui a débuté dans Le Journal de Mickey avant de triompher dans Le Journal de Tintin. Et ce, après avoir été adoubé par Hergé lui-même…

Lire la suite