Imbattable publié dans le Courrier picard: « Un super-héros qui n’existe qu’en bande dessinée »

Imbattable accompagnera les lecteurs du Courrier picard un dimanche sur deux à compter de la semaine prochaine (en alternance avec Les Sisters, déjà connus de nos lecteurs).  Auteur, entre autre, de la série Voltige et Ratatouille, des déjà oubapesques (à sa manière) Aventures de Michel Swing et participant au très créatif et drôlatique Atelier Mastodonte, l’auteur breton Pascal Jousselin nous en dit plus sur son héros, le « seul vrai super-héros de la bande dessinée« . Et sur une des séries les plus malignes du moment (dont nous avons déjà dit ici tout le bien qu’il fallait en penser).

Pascal Jousselin, auteur imbattable pour jouer avec les contraintes.

Pascal Jousselin, comment pourriez-vous résumer Imbattable ?
Imbattable, c’est une série d’aventure et d’humour tout public. Les aventures d’un super-héros qui vit dans une petite ville calme et qui a surtout la particularité d’avoir un pouvoir qui n’existe qu’en bande dessinée…

… Et ce pouvoir, c’est celui de jouer sur la forme même de la bande dessinée, sa structure avec ses cases, ses inter-cases, les perspectives, les phylactères qui ont une consistance physique, etc. Comment vous est venue cette idée ?
Ce qui m’a toujours intéressé en bande dessinée, c’est justement ce qui en fait sa spécificité, ce qui fait qu’elle n’est pas un texte illustré ou du sous-cinéma, mais qu’elle a vraiment un langage propre. Et comme ces questions m’intéressaient, cela m’est venu assez naturellement de me dire : Tiens, si je faisais un super-héros dont le super-pouvoir n’existerait plus si ses aventures étaient transposées en roman ou au ciné.

C’est pourquoi Imbattable est vraiment le seul super-héros de bande dessinée ?
Oui, c’est exactement ça et la raison du sous-titre. Si Batman peut être aussi un super-héros au cinéma, les pouvoirs d’Imbattable disparaitraient si on osait le transposer dans un roman ou dans un film.

Les histoires sont mises en page de façon brillante et avec réflexion. Mais ce qui est réussi, c’est que cela reste une histoire qui peut se lire au premier degré, comme une aventure classique. Les deux niveaux s’imbriquent et se nourrissent l’un de l’autre…
C’était important pour moi. Les jeux sur le langage de la bande dessinée existent depuis très longtemps, quasiment depuis que la bande dessinée existe, de Winsor McCay jusqu’à Marc-Antoine Mathieu. De nombreux auteurs ont travaillé sur ce langage. Avec Imbattable, je m’inscris là-dedans et j’estime donc que je n’invente pas grand chose. L’intérêt alors, c’était de mixer ce jeu sur le langage de la bande dessinée avec de l’aventure franco-belge vraiment tout public et lisible par tous. Car c’est grâce à ce genre que je suis venu à la bande dessinée. Avec les grands auteurs franco-belge classiques: Peyo, Franquin, Morris, etc…

Lire la suite