La bataille de Yashan 1279, touché-coulé

La bataille de Yashan 1279, Bo Lu (scénario et dessin). Éditions Urban China, 270 pages, 19,95 euros.

Bras coupés, gorges tranchés, torses et dos transpercés… Les premières pages de La bataille de Yashan 1279 donnent le ton d’un ouvrage qui donnerait de l’urticaire à tout pacifiste. Il faut dire que le sujet abordé par Bo Lu ne prête pas vraiment à sourire.

Comme pour sa précédente œuvre (La bataille de Shanghai 1937, toujours chez Urban China), l’auteur, qui partage sa vie entre la Suède et la Chine, a choisi de livrer le récit de l’une des plus grandes batailles navales chinoises. Opposant la dynastie Yuan (fondée par Kubilai Khan, petit-fils de Gengis Khan) et l’ancienne dynastie Song, elle fit des milliers de victimes, civils et militaires, et mis aux prises des centaines si ce n’est des milliers de navires dans le détroit de Yashan. L’histoire se déroule au XIIIe siècle de notre ère. En plein essor, l’empire mongol, dirigé par Kubilaï Khan, a quasiment assimilé l’Empire du milieu. Mais à Yashan, une île située sur le littoral sud, le dernier bastion de l’ancienne dynastie Song résiste tant bien que mal. A sa tête Zhao Bing un empereur âgé de sept ans, entouré de ses fidèles généraux prêts à donner leur vie pour lui…

Lire la suite

6 juin 1944, Commando anglais au Jour J

Commando de la Seconde Guerre mondiale, Jour J: à l’assaut de la forteresse Europe. Editions Pierre de Taillac, 780 pages, 19,90 euros.

En ce jour anniversaire du débarquement en Normandie, faisons un petit saut avec les commandos britanniques, lâchés en éclaireurs derrière les lignes ennemies les jours précédant le 6 juin 1944 pour détruire les cibles stratégiques sur la côte normande.

La première mission emmène ainsi un groupe détruire une station-radar. Mais l’intégration au commando d’un expert en explosifs inexpérimenté sur le terrain va créer des tensions, avant que son attitude héroïque ne les fasse changer d’avis. La seconde équipée vise à détruire une batterie de canons géante, opération prétexte à évoquer, en flash-back, les profils des jeunes recrues (un étudiant en perpétuel échec, un mineur claustrophobe, un garçon de ferme incapable de tuer un animal, un commis boucher distrait, etc.) ; des soldats inexpérimentés qui vont s’accomplir et se dépasser dans leur mission.
D’autres histoires mettent aussi en scène des parachutistes américains, sautant le 4 juin, de manière anticipée, sous la direction d’un capitaine malade. On croisera aussi un sergent britannique, ex-champion de boxe, qui cherche à prendre sa revanche contre un boxeur allemand, de jeunes enfants de troupe qui vont s’immiscer parmi les troupes aéroportées du Débarquement, etc.

Lire la suite