A la vie, à l’amour

Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? Zidrou (scénario), Roger (dessin), éditions Dargaud, 56 pages, 14,99 euros.

En dehors du prix du titre le plus long et – apparemment – abscons de la rentrée, ce nouvel album signé Zidrou, pourrait aussi décrocher la palme de l’émotion.
Pour ce qui est de l’intendance du roi de Prusse, on n’en apprendra guère plus ici, mais en ce qui concerne Michel, c’est plus clair. A 72 ans, Catherine s’occupe toujours de son fils. Agé de 43 ans, celui-ci souffre d’un handicap mental et physique, suite à un accident de la route dont il n’est pas totalement innocent. Limite obèse, son quotidien est rythmé par des rites obsédants : son tee-shirt favori, une partie de Puissance 4, la vision de sa série télé « Hippie Papy », une balade au parc le samedi. Et toujours derrière lui, sa fidèle petite vieille maman…

Lire la suite

Séance de rafraîchissement
pour le Transperceneige

Le transperceneige, l’intégrale, Benjamin Legrand, Jacques Lob, Jean-Marc Rochette, éditions Casterman, 256 pages, 35 euros.

En attendant la sortie prochaine de Quai d’Orsay, nouveau film de Bertrand Tavernier adapté des albums à succès de Christophe Blain, c’est la grosse transposition de bande dessinée au cinéma de cette fin d’année : Snowpiercer, le blockbuster sud-coréen de Bong Joon-Ho, d’après la série bien française du Transperceneige. Pour l’accompagner, Casterman a eu la bonne idée de sortir une intégrale de cette trilogie SF culte, composée du Transperceneige, publié en 1984 en album après une parution dans le magazine A Suivre, puis réédité sous le titre L’Echappée en 1999, L’Arpenteur, paru en 1999 et La Traversée en 2000.

Lire la suite

Kris, une Somme d’écriture sur 14-18

Kris, scénariste d’Un Homme est mort ou de la série Notre mère la guerre est en résidence d’écriture dans la Somme, d’octobre 2013 à janvier 2014.

Kris, photographié en février dernier, à Amiens, à l'occasion de la sortie de l'album collectif "La crise, quelle crise" (photo Fred Haslin).

À l’initiative de l’Acap – Pôle Image Picardie, et en partenariat avec l’association On a Marché sur la Bulle et l’Abbaye de Saint-Riquier – Centre culturel de rencontre, Kris est en résidence dans le département de la Somme pendant au moins un trimestre. Un séjour d’actualité pour le scénariste de Notre Mère la Guerre, actuellement en cours d’adaptation au cinéma par le réalisateur Olivier Marchal.

Habitué des Rendez-Vous de la bande dessinée d’Amiens, ayant participé à l’album collectif La crise, quelle crise des éditions de La Gouttière, c’est tout naturellement que son travail d’écriture pour le scénario de ce film, se déroulera en partie à l’Abbaye de Saint-Riquier – dont il sera le premier auteur résident – et pas très loin des champs de bataille de la Somme (même si sa série, elle, se situe plus à l’est). Juste retour des choses, puisqu’il a puisé en partie son inspiration et sa réflexion pour Notre Mère la Guerre en arpentant la région et en se rendant à plusieurs reprises à l’Historial de Péronne.

Lire la suite

Tintin à la cote

Il est des coïncidences troublantes.

Alors que Moulinsart annonce un réchauffement de ses relations avec Casterman, l’éditeur historique de Tintin qui va injecter quelques 50 000 euros  par an pendant trois ans dans le Musée Hergé de Louvain-la-Neuve (Belgique) en devenant dès janvier 2014 partenaire officiel de cette institution privée fondée en 2009 et que les deux sociétés allaient coéditer en 2014 de nouveaux ouvrages inédits consacrés à Hergé et Tintin.
La surprise ne vient pas de cet accord mais de l’annonce faite par Nick Rodwell, patron de Moulinsart et mari de la veuve d’Hergé. On sait qu’une œuvre littéraire est protégée par les droits d’auteur, soixante-dix après le décès de son créateur. Dans le cas d’Hergé, cela nous mène au 1er janvier 2054. Ce qui ne semble pas convenir à M. Rodwell qui, à la surprise générale, a fait cette annonce : « On aura une nouveauté en 2052, pour protéger les droits. Je cherche un moyen ». Il ne s’est pas expliqué sur ce moyen, laissant circuler les spéculations les plus folles : un montage réalisé à partir d’inédits, un roman, un nouvel album de Tintin confié à d’autres auteurs ?

Lire la suite

Olivier Vatine, un roi à Ni-ourk

Niourk, tome 2 : la ville, Olivier Vatine, éditions Ankama, 56 pages, 13,90 euros.

Changement de style et de rythme. Si le premier volume de Niourk tenait, pour sa plus grande part de la chronique post-préhistorique, cette seconde partie de la trilogie s’avère nettement plus post-apocalyptique et urbaine – comme le titre et la magnifique couverture l’indiquent.

Revenu parmi les siens, l’enfant noir, toujours accompagné de son ami l’ours et doté du « bâton des Dieux », peut juste empêcher le massacre total des membres de son clan, décimés par les poulpes mutants qu’ils avaient défié. Auréolé de son statut de sauveur, il décide de conduire les survivants moribonds vers la mythique cité de Ni-ourk. L’ancienne cité orgueilleuse désormais noyée sous la végétation et où ne subsiste que les restes des mécanismes robotiques qui la faisait fonctionner. Mais aussi deux visiteuses et leur vaisseau spatial échoué sur l’Hudson…

Lire la suite

Mauvais esprit gratuit

S’il y a du neuf côté revues « papier », sur le numérique aussi, ça bouge. Ainsi Mauvais Esprit vient de fêter son premier anniversaire. Et passe en gratuit.

Lancé le 23 octobre 2012, la revue numérique Mauvais Esprit a déjà  publié, à son rythme hebdomadaire,  plus de 1000 pages de bande dessinée d’humour, avec une équipe forte aujourd’hui d’une quarantaine d’auteurs et de quelques « séries phares » (comme « Charles Président » de James et Dubuisson, pour ne parler que de celle-là).

Lire la suite

Des semi-elfes à moitité convaincants

Elfes, tome 4: l’élu des semi-elfes, Eric Corbeyran (scénario), Jean-Paul Bordier (dessin), éditions Soleil, 56 pages, 14,50 euros.

L’immersion dans le pays d’Arran se poursuit, à rythme rapide. Trois mois à peine après la découverte des « elfes blancs« , de haute lignée et préservant leur pureté sur leur archipel préservé, c’est l’autre extrême de la race elfique qui se dévoile ici : les « semi-elfes », nés d’une union méprisée entre un elfe et un humain, ces « bâtards » sont détestés et persécutés par les races pures. Mais une légende affirme qu’un élu saura les rassembler et les emmener vers leur terre promise. Cet élu pourrait bien être Nah-Thaal, qui se révèle dans la révolte de la mine où il est assigné. Début d’une épopée, contée ici par le premier de ses compagnons, qui connaîtra encore – c’est la marque de cette série – ses faux semblants et retournements surprise.

Lire la suite

Triple A mérité pour la revue Aaarg !

Aaarg ! Une revue venue du sud qui fait la part belle à la bande dessinée alternative et indépendante. Une vraie réussite chic et choc.

Image de prévisualisation YouTube

Les bonnes feuilles continuent de tomber en cet automne. On a déjà dit ici tout le bien qu’il fallait penser de La Revue dessinée (qui, entre deux numéros, propose des dessins d’actu bien percutants sur son site). Et, avant, salué le courageux et sympathique M.Bd. Dans un autre genre, Aaarg ! est une tout aussi bonne et belle surprise en matière de projets de presse BD.

Lire la suite

Astérix et périls

Astérix chez les Pictes, Jean-Yves Ferri (scénario), Didier Conrad (dessin), éditions Albert-René, 48 pages, 9,30 euros.

C’est peu dire que cet album était annoncé et attendu. Voire même attendu au tournant après le passage de témoin entre Uderzo et les deux petits nouveaux adoubés par le maître, Ferri et Conrad. Une transmission jamais facile lors de reprise de personnages aussi emblématiques et toujours susceptible de tourner au procès en illégitimité. Seul « avantage » pour le duo, les derniers albums signés en solo par Uderzo étaient plutôt décevants et même à la limite de la catastrophe industrielle s’agissant du Ciel leur tombe sur la tête.
 Autres atouts, ni Conrad (vieux routard de la BD franco-belge), ni Ferri (auréolé de ses histoires parodiques du général de Gaulle ou de son Retour à la terre) n’ont à faire leurs preuves en matière de bande dessinée. Et, de toute façon, cela fait longtemps qu’Astérix relève plus du box office et du marketing que de la critique littéraire (preuve en est la vente exponentielle du dernier titre…).
C’est donc libéré de tous enjeux que l’on doit se plonger dans ce nouvel album (après acquisition dans une vraie librairie pour ce qui demeure quand même un livre avant d’être un produit de grande consommation vendu en tête de gondole).

Lire la suite

Autour du jour d’Astérix

En attendant de parler (très vite) plus en détails du nouvel album d’Astérix, voici déjà quelques moyens d’en savoir plus sur les dernières aventures du célèbre petit Gaulois.

Un nouvel album d’Astérix, c’est toujours un événement. Quand c’est, en plus, le premier « post-Uderzo », encore plus. La parution, aujourd’hui, d’Astérix chez les Pictes » (35e opus de la série) a donc été largement accompagné par les médias.

Il est notamment à la Une du Courrier picard, ce matin, avec un bel article de notre ami Jacques Dulphy pour tout comprendre de cette nouveauté-là.

Lire la suite