Dans l’ombre de la Révolution française

Versailles, l’ombre de Marie-Antoinette, Didier Convard, Eric Adam (scénario), Eric Liberge (dessin), éditions Glénat, 48 pages, 13,90 euros.

Second volet, ou plutôt deuxième one-shot, de ce triptyque consacré à Versailles par Eric Adam, Didier Convard et Eric Liberge. Opération co-éditée par le château, dans l’esprit de la collection réalisée par Futuropolis avec Le Louvre.

Si dans Le Crépuscule du Roy, le scénario glissait doucement du récit historique (d’apparence du moins…) vers le fantastique et un surprenant renversement de perspectives, il suit ici le chemin inverse. L’histoire bascule d’entrée dans le fantastique, en même temps que Nick Barberon – jeune peintre américain descendant d’un noble de la cour de Louis XVI – « tombe » au coeur d’un tableau relégué dans les réserves du château-musée et dévoilant le portrait d’une très jolie femme de chambre. Grâce à cette « porte » temporelle, il se retrouve dans la peau de son ancêtre, le 4 mai 1789, et au centre d’une affaire sentimentale d’Etat, impliquant son meilleur ami… et la reine !

Lire la suite

Ils s’aiment… toujours

Ils s’aiment, Pierre Palmade (dialogues), Alan (scénario), Emilie Decrock (dessin), éditions Jungle, 48 pages, 10,95 euros.

Quand on aime, on ne compte pas. Et les fans de Palmade et Laroque ne mégoteront donc pas devant cette adaptation en bande dessinée du spectacle à succès « Ils s’aiment », écrit par Muriel Robin et Pierre Palmade et interprété par ce dernier avec Michèle Laroquere. Lancée en 1996, la pièce a été vue par quelque 500 000 spectacteurs (sans parler des diffusions télévisées). Passage en revue de la vie de couple d’Isabelle et Martin, celle-ci passe des discussions sur les beaux-parents aux disputes et dialogues de sourds, des rencontres fastidieuses avec les amis aux réconciliations tumultueuses.

Lire la suite

Femmes en résistance :
« On s’est glissés dans l’Histoire »

Femmes en résistance présentera quatre portraits de femmes d’exception ayant joué un rôle lors de la Seconde Guerre mondiale. Alors que le premier tome, Amy Johnson, est paru fin août et que deux des trois auteurs assurent une séance de dédicaces à Amiens, ce samedi, rencontre avec Francis Laboutique, co-scénariste avec Régis Hautière.

Trois hommes pour brosser un beau portrait de femme. Et une autre manière d’aborder la Résitance, en BD. Au-delà de ce premier tome, cette nouvelle série Femmes en résistance retracera le parcours de quatre femmes d’exception liées à la Seconde Guerre mondiale. Quatre « biopic » qui pourront se lire de façon indépendante, mais qui seront tous reliés par l’intermédiaire d’une cinquième femme, fictive, dont les motivations sont dévoilées dans ce premier album, consacré à l’aviatrice britannique Amy Johnson.

Si elle fut résistante, ce fut avant tout contre la pression sociale. On la suit, ici, du début des années 30 – et son fameux raid entre Londres et Port Darwin, en Australie. Une expédition audacieuse qui montre la détermination du personnage. La suite ne le sera pas moins. Fuyant les médias, cherchant à vivre sa vie de femme pilote, elle participe à un projet – assez étonnant – de compagnie d’avions-taxis purement féminine, avant d’intégrer, au début du conflit mondial l’Air Transport Auxiliary pour participer à l’effort de guerre. C’est aux commandes d’un de ces appareils qu’elle disparaîtra dans la Tamise, en janvier 1941. Dans un style réaliste classique, Pierre Wachs (vieil habitué des récits historiques avec INRI, le Triangle secret, etc) livre une illustration très documentée de cette épopée astucieusement « fictionnisée » par les deux scénaristes amiénois Régis Hautière et Francis Laboutique.
Ce dernier, par ailleurs libraire (à la FNAC), nous en dit plus, à la veille de sa séance de dédicaces, avec Pierre Wachs, à la Librairie Martelle, ce samedi.

Lire la suite

Les adeptes du vin apprécient aussi
les bulles

Les chroniques de la vigne, le roman graphique (et auto-biographique) de Fred Bernard vient de recevoir le Prix du Clos de Vougeot 2013.

Décerné depuis 2008 dans le cadre de la fête du livre au château du Clos de Vougeot, en Bourgogne, Le « Prix du clos de Vougeot » est attribué à « un ouvrage portant sur le vin, la vigne et l’art de vivre » ; son jury se composant de journalistes et de professionnels du vin et du livre.

Et pour cette édition 2013 – et pour la deuxième année consécutive – c’est un album de bande dessinée qui a été récompensé. Après Les ignorants, de Davodeau, l’an passé, le lauréat 2013 est Fred Bernard, pour ses Chroniques de la vigne. Pour un ouvrage relatant des souvenirs d’un aïeul viticulteur en Bourgogne, cela s’imposait sans doute. Démonstration, en tout cas, qu’on peut apprécier à la fois des grands crus du vin et les bulles…

Lire la suite

La colonne infernale

La colonne, tome 1: un esprit blanc, Christophe Dabitch (scénario), Nicolas Dumontheuil (dessin), éditions Futuropolis, 80 pages, 17 euros.

L’aspect « positif » de la colonisation ? On ne le trouvera pas dans cet album flamboyant du journaliste-scénariste Christophe Dabitch et du dessinateur Nicolas Dumontheuil qui narre, de façon à peine masquée, l’équipée de la « colonne Voulet-Chanoine » en 1899 au Tchad.

Dans cette première partie du diptyque, les auteurs s’attachent à dépeindre la genèse de l’expédition – devenue ici « Boulet-Lemoine ». Ils restituent le climat colonialiste parisien de la « belle époque », avec son cynisme économique à peine masqué par quelques réflexions géo-stratégiques et son racisme « bon enfant » et plein d’évidence… Nulle trace de volonté civilisatrice ou spirituelle, en revanche dans toute cette histoire…

Lire la suite

Les nouveaux monstres
de Chauzy et Lindingre

A qui le tour ? Jean-Christophe Chauzy (dessin), Yan Lindingre (scénario), éditions Audie / Fluide glacial, 66 pages, 15 euros.

Des affaires de succession familiale qui se passent (très) mal, des meurtres sordides dans le quart-monde, du harcèlement dans un supermarché de banlieue qui s’achève en massacre, du drame rural crapoteux, un curé pas pédophile mais incestueux. Et aussi un attentat mycologique de haute volée ou le retour du racisme le plus chimiquement pur ! C’est un cocktail de violence et haine brute que recèlent les treize histoires courtes réunies ici (distillées par ailleurs dans Fluide glacial). Avec des personnages qui n’auraient pas déparé au milieu des Monstres de Dino Risi…

Lire la suite

Valérian et Laureline,
la nostalgie du futur

Valérian et Laureline, tome 22 : Souvenirs de futurs, Pierre Christin, Jean-Claude Mezières, éditions Dargaud, 56 pages, 11,99 euros.

Voilà trois ans, l’OuvreTemps, apportait le point final à la saga des deux plus célèbres agents spatio-temporels de la BD franco-belge, le sympathique Valérian et la charmante Laureline. Et ses deux auteurs, Pierre Christin et Jean-Claude Mézières assuraient qu’il n’était pas question de galvauder la série avec l’album de trop ou des suites purement commerciales.

Depuis, Larcenet a commis une réjouissante déclinaison, apportant sa pierre à l’univers créé il y a plus de quatre décennies déjà. Avec ces Souvenirs de futurs, ce sont pourtant bien cette fois Christin et Mezières qui rempilent (et qui avouent avoir déjà matière pour un deuxième album du même style).
Contradictoire ? Pas tant que ça. « Le cycle est terminé, assène (dans le dossier de presse) Jean-Claude Mézières, mais Pierre Christin et moi ne sommes pas encore morts ! Nous continuons à nous poser des questions sur la vie de nos personnages. » Et le scénariste de renchérir : « Nous revisitons Valérian et Laureline en changeant de point de vue », avec la volonté d’apporter un « éclairage différent sur la série tout en nous amusant ». Et avec un brin de mauvaise foi, on peut aussi arguer que, de toute façon, la thématique du voyage dans le temps permet, justement, tous les allers-retours possibles dans tous les coins de l’univers, comme ici…

Lire la suite

Chapeau melon et bottes de cuir
le grand jeu

Chapeau melon et bottes de cuir, Grant Morrison, Anne Caulfield (scénario), Ian Gibson (dessin), éditions Soleil, 143 pages, 19,95 euros.

Série cultissime de la télé des années 60 (The Avengers), puis 70 (The New Avengers), Chapeau melon et bottes de cuir, donna aussi lieu à une adaptation en comics, deux décennies plus tard, en 1990 (après avoir déjà donné lieu à des histoires publiées dans des journaux régionaux ou le magazine TV comic). Aux manettes de la transposition Ian Gibson (Halo Jones) et Grant Morrison (X-Men, Bat- man).

Les fascicules initiaux sont réunis ici dans un bel album, inédit en français, où l’on retrouve avec plaisir le flegmatique John Steed et la belle Emma Peel, évoluant dans une atmosphère qui restitue pleinement l’esprit des swinging sixties originel.

Lire la suite

Planète Jodorowsky

On savait déjà qu’Alexandro Jodorowsky, créateur avec Moebius, de l’emblématique série L’Incal chez Les Humanoïdes Associés, de La Caste des Métabarons ou de Castaka, était un univers à lui tout seul. Désormais, il est aussi une planète.

Le Minor Planet Center, organisation rattachée à l’Union astronomique internationale, chargée de collecter et diffuser les caractéristiques des planètes, astéroïdes et comètes, a annoncé cet été qu’une nouvelle planète, découverte à Nogales, dans l’Arizona en décembre 2005, par un astronome français, Jean-Claude Merlin, aurait pour nom :  261690 JODOROWSKY.
Il faut en effet plusieurs années d’observation d’un astéroïde pour qu’il soit définitivement catalogué et baptisé. L’honneur en revient alors au découvreur, qui reçoit alors le privilège de proposer un nom au comité officiel qui baptise les astéroïdes, le Committee on Small Body Nomenclature de l’Union astronomique internationale.

L’astéroïde 261690 JODOROWSKY est un corps rocheux d’environ 5 km, qui gravite entre Mars et Jupiter, en moyenne à 470 millions de km du Soleil et met environ 5 ans et demi pour boucler une révolution complète autour du Soleil. Il s’approche au mieux à 290 millions de km de la Terre.

Cayeux-sur-Mer à la Une
du nouveau Fluide

 Fluide glacial lance sa nouvelle formule. Thématique, mais avec toujours beaucoup d’umour dedans. Et même, un clin d’oeil à la Côte picarde en couv’ !

Cayeux-sur-Mer à la une du nouveau Fluide glacial : la gloire pour la Côte picarde !

Fluide glacial sort sa nouvelle formule cette semaine. Pas de quoi déstabiliser les quelque 60 000 lecteurs (ventes affichées du dernier numéro), mais plutôt de quoi les réjouir, avec une vingtaine de pages supplémentaires (pour un total de 84 pages), un dos carré et désormais une approche plus « conceptuelle ».
Suivant, par exemple, en cela l’exemple de son confrère Le Psikopat, de Carali, le magazine « d’umour et bandessinée »  fait donc dans le thématique.
Avec, pour ce premier numéro un « spécial faits divers » (explications fournies par l’hilarante page « atelier marketing » de Diego Aranega – voir ci-dessous)… Et, grand honneur, la Côte picarde est à l’honneur sur la couv’ de ce numéro forcément collector !

Lire la suite