Veillée d’armes aux 18e Rendez-vous d’Amiens

J-1 pour les 18e Rendez-vous d’Amiens. Mais on est déjà dans l’ambiance du festival…

Le stand de présentation des ouvrages des auteurs des expos déjà en place.

Les 18e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens débutent officiellement demain, à 10 heures (après l’inauguration officielle ce soir à 18h30). Mais depuis deux jours, déjà, un millier de scolaires déambule voir les expositions installées au Pôle Cathédrale de l’UPJV.

Pour garder la surprise, on ne dévoilera pas les détails – ni les images de celles-ci (bon allez, une photo volée)…

L'entrée de l'expo Bonhomme.

Mais disons que le scénographie de l’expo consacrée à Matthieu Bonhomme s’impose par sa présence, son look « cabanes de pêcheurs » et un intelligent cheminement au fil des diverses séries de l’auteur. Ya-Ya bénéficie d’une discrète, mais charmante mise en valeur, délicate et dans les tons bleutés, en phase avec l’ambiance de la série (et son graphisme à la Miyazaki). Pour les autres (Goossens, Sikoryak et la « BD américaine et son double » ou les Anabaptistes d’Ambre et Vandermeulen), l’accrochage est sobre, mais au profit d’un contenu très intéressant (les hommages à Goossens, par exemple, inédits et de grande qualité, signés Ptiluc, Boucq, Bonhomme ou Ralph Meyer).

Pendant ce temps, une partie des auteurs est déjà arrivée à Amiens. Et une première rencontre-débat « parallèle » devait avoir lieu cet après-midi avec des bibliothécaires et autres professionnels du livre autour du thème de l’intégration des albums ou revues numériques (sur le numérique, on y revient vite avec les animateurs de deux projets du genre).

La veille, on a aussi parlé du festival d’Amiens sur France Inter, dans l’émission Ouvert la nuit d’Alexandre Héraud.

Le salon de la BD d’Amiens
par les bénévoles dans le JDA

Approche intéressante du journal municipal de communication d’Amiens, dans son numéro de ce 29 mai. Pour évoquer les 18e Rendez-vous d’Amiens, le JDA a pris le parti de donner la parole… aux bénévoles investis dans le choix et la réalisation des différentes expositions. Sept d’entre eux (Aline, Justin, Patrice, Guy, Laurent, Céline et Pierre-Emmanuel – les connaisseurs décrypteront d’eux mêmes puisque ne sont mentionnés que leurs prénoms) expliquent ainsi les raisons de leur choix.

Toujours intéressant de laisser s’exprimer les principaux intéressés ! En revanches, et contrairement aux titres de « Une », pas de « rencontres avec 87 auteurs » dans cette double page 12 et 13. Pour cela, il faudra attendre samedi.

Le Courrier picard à l’heure
aux Rendez-vous d’Amiens

Le Courrier picard évoquera largement les 18e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens ces prochains jours. Rétro-planning.

Ce mercredi 29 mai, rendez-vous habituel avec les Rendez-vous d’Amiens dans le Courrier picard. Avec un cahier spécial 4 pages consacré à l’événement. Avec une présentation des expos l’Epervier, Sikryak et Goossens, un éclairage sur le film documentaire Un monde de bulles présenté pour l’occasion au Ciné Saint-Leu et un grand entretien avec Matthieu Bonhomme. Numéro collector, forcément…

Le lendemain, jeudi 30 mai, la « grande battle du Grand Wazoo » fera l’ouverture de la page Arts et spectacles d’Amiens, avec un entretien avec l’organisateur de la soirée.

Vendredi, double retour dans notre cahier Week-end, avec un zoom sur les (nombreuses) animations destinées au jeune public et une page livres totalement consacrée au neuvième art.

Enfin, dimanche, portrait de Daniel Goossens. Sans parler de la couverture du festival à proprement parler.

L’Epervier fait déjà escale
à la bibliothèque Aragon

L’Epervier, la série de Patrice Pellerin est à l’honneur cette année au salon de BD d’Amiens. Avant la grande expo du week-end, au Pôle Cathédrale, on peut déjà apprécier la partie exposée à la bibliothèque Louis-Aragon. 

Avant d’aborder la grande salle d’expo des 18e Rendez-vous d’Amiens, les 1er et 2 juin au Pôle Cathédrale de l’UPJV, l’Epervier est déjà depuis quelques jours arrivé en ville.

Un événement pour une série d’aventures devenu un des must du genre et forte aujourd’hui de huit volumes. Corsaire du roi de France au XVIIIe siècle, Yann de Kermeur, se trouve accusé à tort du meurtre d’un comte. Surnommé L’Epervier (« Ar Sparfell » en breton), le jeune héros va devoir alors déjouer de multiples complots pour parvenir à prouver son innocence. Et ses péripéties l’emmèneront, avec ses compagnons, de Brest à Cayenne, de Versailles aux îles du Cap Vert et au Québec, alors Canada français…

Lire la suite

« Le Bleu est une couleur chaude » avait touché à Amiens, avant la Palme

Détail de l'exposition actuellement visible dans les salons de l'Hôtel de ville d'Amiens (photo Théo Savary / Courrier picard).

Dans le Courrier picard, de ce mardi 29 mai (édition d’Amiens), notre confrère Théo Savary revient sur les raisons qui ont motivé la Maison de l’Egalité – dans le cadre de ses actions contre les discrimination – de demander à l’association On a marché sur la Bulle de monter une expo autour du roman graphique Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh. Un album qui avait touché Maryse Lion-Lec, adjointe au maire (PS) en charge de la lutte contre les discriminations, par son graphisme et la manière d’aborder ce sujet de l’homosexualité. Et ce bien avant donc la renommée de la palme d’or cannoise.

La grande battle au Grand Wazoo

Prélude « off » au salon de BD d’Amiens, une soirée, forcément agitée de batailles de dessins au bar le Grand Wazoo… 

Une soirée battle de dessins sanglante avec des auteurs en résidence. Ce sera ce jeudi, juste avant le salon BD, dans le mythique bar amiénois le Grand Wazoo, rue Vulfran-Warmé.

A l’initiative du dessinateur amiénois Fraco, la soirée, telle qu’elle s’affiche… sur l’affiche ci-dessus, s’annonce alléchante. Avec une douzaine d’auteurs annoncés et une ambiance qui promet, pour un prélude « off » aux 18e Rendez-vous d’Amiens, où l’on retrouvera, durant le week-end, tous ces auteurs.

La bande dessinée palmée à Cannes

Palme d’or, à l’unanimité pour La vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche, donc. Attribué par un président, Steven Spielberg, dont le dernier film a été une adaptation (finalement pas si mauvaise) de Tintin. Et, surtout, pour un film adapté de la bande dessinée de Julie Maroh, Le Bleu est une couleur chaude, parue au printemps 2010.
Ce roman graphique de 152 pages raconte l’histoire sensible et attachante d’une relation homosexuelle féminine et son acceptation dans la société d’aujourd’hui. L’ouvrage a été plusieurs fois primé, recevant notamment le Prix du Public au Festival d’Angoulême en 2011.

Et pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur cet album, l’expo réalisée par l’association On a marché sur la bulle, pour la Maison de l’égalité, s’affiche justement toute la semaine, à l’hôtel de ville d’Amiens. Bon timing en tout cas (on ne reviendra pas sur celui de décerner cette palme au soir d’une nouvelle manif anti mariage-gay…) !

Guerre et pets

Pirat’s : gaz à tous les étages, Ptiluc, Fluide glacial, 48 pages, 10,80 euros.

Ptiluc n’abandonne pas ses célèbres rats. Passé chez Fluide glacial, voilà donc ses « pirat’s ». Pires rats ou plutôt aussi méchants et mauvais que d’habitude. Délaissant (pour cet album) les grenouilles, ils se lancent dans une guerre totale contre les « gentils » (polis du moins) campagnolos. Et tout est permis, notamment une guerre chimique qui, pour être artisanale (à base de lapins myxomatosés passés à la cocotte minute ou de production de gaz… de pets de fayots) n’en demeurera pas moins très ravageuse. Jusqu’à un épilogue ou, là encore comme d’habitude, les rats devront surnager pour tenter de survivre…

Lire la suite

Universal war, la saga bientôt repartie

Certes, pas un scoop, l’info ayant été déjà largement diffusée parmi les fans et le milieu de l’édition. Mais cela n’aténue pas le plaisir de cette nouvelle : la suite d’UW1, sans doute la meilleure saga de SF de l’univers de la bande dessinée franco-belge. C’est donc le 25 septembre que débarquera, chez Casterman, le premier tome du deuxième cycle de la saga, logiquement dénommée UW2. Une suite que Denis Bajram promet d’un niveau n’ayant rien à voir avec les albums déjà publiés… De quoi saliver.

Ecrit et conçu dès 1997, Universal War était prévu dès le départ en trois cycles de six épisodes.

 

La BD occupe l’hôtel de ville d’Amiens pendant une semaine

Une semaine avant le festival, les Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens s’affichent déjà en ville. Juste devant la mairie à partir de ce samedi 25 mai.

En prologue au 18e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, la BD s’invite donc dans les librairies de la ville, ce samedi. Mais pas seulement.

Un autre dispositif, débute également ce 25 mai. En partenariat avec Amiens Métropole, la bande dessinée sera présente à l’hôtel de ville pendant toute une semaine. Ou, plus exactement, elle sera très visible en face et à l’intérieur de l’hôtel de ville.

Du samedi 25 mai au samedi 1er juin, en effet (et de 10 à 19 heures), il sera possible de visiter le traditionnel chapiteau (mis en place depuis une dizaine d’années en période pré-festival), accueillant une exposition jeunesse interactive. Elle sera accessible en entrée libre à tous les publics et animée par deux médiateurs de l’association. Cette année, il s’agira de l’expo « Ernest et Rebecca, cours de microbie« , autour de la série déjantée et subtile de Guillaume Bianco et Antonello Dalena et des aventures d’une petite fille malade et de son microbe.

Lire la suite