Spirou bienvenu chez les Ch’tis

Troisième étape de la tournée du 75e anniversaire pour Spirou. Avec une halte dans le Hainaut et à Lille… Et un nouveau numéro collector (surtout avec la superbe couv’ de Boucq).

Ce n’est plus une surprise, mais pas encore une habitude. Spirou sort cette semaine un nouveau numéro spécial, dédié à sa tournée du 75e anniversaire. Après Liège et Bruxelles, cap au sud. Ou plutôt au Nord, avec une étape largement consacrée à Lille (étendue au Hainaut et Nord Pas-de-Calais). Le nombre plus réduit d’auteurs dans le secteur explique cet élargissement géographique, même si l’on retrouve quand même du beau monde : Wasterlain (Dr Poche), Alain Dodier (Jérôme K. Jérôme Bloche), Olivier Grenson (La femme accident avec Denis Lapière) ou  Gregory Mardon (C’est comment qu’on freine).

Lire la suite

Quand le passé re-débarque

Bleu, Blanc, Sang, tome 1 :  Provence, août 1944, Stalner, Moënard, éditions Soleil, 48 pages, 14,30 euros.

La couverture, avec son dessin typique de débarquement allié et sa manchette faisant un peu songer à celle de WW2.2, pourrait laisser penser à une nouvelle série historique sur le deuxième conflit mondial. Ce qui serait réducteur. Si la guerre est bien présente en arrière-fond de l’intrigue, cette nouvelle série (prévue en trois épisodes) se présente plus comme une enquête sur un passé enfoui et un drame familial tabou… entre deux guerres. L’histoire se déroule en fait, au début des années 60, sur la Côte d’Azur,avec d’importants flashbacks se déroulant autour de la période du débarquement de Provence.

Lire la suite

Un dessinateur très Large d’esprit
à Amiens aujourd’hui

Le dessinateur Marc Large (Siné Mensuel, Sud Ouest) est l’auteur de l’affiche du concert de soutien aux Goodyear. Il est aujourd’hui à Amiens.

Marc Large, dessinateur de presse - photo prise à Amiens, le 29 mars 2013. Copyright Daniel Muraz / courrier picard

Marc Large, tout sourire avec son trophée du meilleur dessin de presse "coup de gueule" de l'année 2013, ce vendredi à Amiens.

C’est tout juste auréolé de son prix du meilleur dessin professionnel « Coup de gueule » de l’année (pour un dessin sur DSK paru dans Siné Mensuel), décerné hier par l’Ecole Estienne à Paris, que Marc Large a débarqué ce vendredi à Amiens. Une présence en soutien aux Goodyear à l’occasion du concert de cette fin d’après-midi devant la mairie d’Amiens. Un soutien déjà manifesté à travers la réalisation de la (jolie) affiche du concert. Dans le dernier Siné Mensuel, Large avait aussi illustré avec humour la sortie du pdg de Titan… avec des ouvriers peaufinant la construction d’une guillotine pour montrer au Texan la « qualité française ». Pilier de Siné hebdo depuis le début (après l’envoi d’un dessin à Siné, injustement viré de Charlie Hebdo), puis de Siné Mensuel, Marc Large collabore aussi aujourd’hui à Sud Ouest (édition des Landes où il réside) et à l’édition belge de Marianne.

Lire la suite

Dédicaces de « L’arbre de l’innocent » normand par son scénariste

Sylvain Atrous, scénariste de BD... et maire de son village.

Sylvain Atrous, maire de Cuverville-sur-Yères (Seine-Maritime) mais ici surtout en tant que scénariste de BD dédicacera ce vendredi à la bibliothèque de Guerville (Seine-Maritime), tout près de la Somme, son album L’arbre de l’innocent. Le récit, dessiné par l’auteur rouennais Emmanuel Lemaire, met en scène une tragédie locale, avec des archives datant des années 1830.

D’abord créée sous forme de pièce de théâtre, il y a une dizaine d’années mais sans succès, l’histoire de ces crimes à Saint-Martin le Gaillard et ses communes voisines connaît cette fois le succès . Près de 2000 exemplaires de son album, édité par l’Association normande de bande dessinée (15 euros) ont déjà été vendus. Pour l’instant, l’ouvrage est en vente à Eu (centre culturel Leclerc, Encre marine, 15 euros) et dans les maisons de presse de Dieppe et devrait prochainement arriver à Blangy-sur-Bresle ou Gamaches.

 

Dédicaces de Sylvain Atrous, pour « L’Arbre de l’innocent », vendredi 29 mars, dès 18 heures, bibliothèque de Guerville. 

Dog Fights atterrit bien

Dog fights, tome 3 : hallali, Fraco, Régis Hautière, éditions Paquet, 48 pages, 

L’envol a été long, mais l’atterrissage parfaitement maîtrisé. Débutée en 2005, avec Crash TV, poursuivi deux ans plus tard par Ceux qui vont mourir, Dog Fights se termine donc en ce printemps avec la fin de la trilogie : Hallali. Un petit rappel s’impose afin de se replonger dans cette saga d’action et d’humour faisant la part belle à la plastique des avions et à celle des personnages féminins…

Lire la suite

Le tout-en-un réussi de la BD
par Romain Dutreix

Impostures, Romain Dutreix, éditions Fluide glacial, 56 pages, 14 euros.

La BD, c’est bien joli, mais c’est quand même cher et ça devient vite encombrant. Surtout en période de crise. Heureusement, Romain Dutreix, de chez Fluide glacial, s’est dévoué pour trouver « la » solution pour qui aime la bande dessinée franco-belge. Plutôt que d’acheter des dizaines d’albums, c’est dans un « souci d’économie et de pragmatisme » que l’auteur d‘Allegretto Deprimoso a réuni « les personnages les plus emblématiques de cet art mineur et populaire dans un seul ouvrage pratique, ludique et à la portée de toutes les bourses« .

Lire la suite

Gipar fait un petit tour en Somme

Les aventures de Jacques Gipar, tome 4 : la femme du notaire, Thierry Dubois, Jean-Luc Delvaux, éditions Paquet, 48 pages, 

Il est suffisament rare que la Somme soit choisi comme cadre d’un album pour qu’on porte attention à ce nouvel épisode des aventures de Jacques Gipar, le journaliste enquêteur de Dubois et Delvaux. Cette fois, le reporter aux faux airs de Gil Jourdan se retrouve donc en Picardie après l’assassinat d’un représentant de commerce à Albert, amant présumé de la femme du notaire (du titre) de Château-Vieux, petite ville du coin – fictive, située entre la Haute-Somme et Doullens. Un premier meurtre qui en appelle d’autres… En délicatesse avec la police, Gipar trouvera de l’aide chez un journaliste localier de la Dépêche picarde et un appui auprès de la bonne de la femme du notaire.

Lire la suite

La BD bien présente au Salon du Livre

Un salon du livre, c’est, pour beaucoup et avant tout, une grosse chasse aux dédicaces. Avec le côté abattage que cela peut représenter. A ce petit jeu, ce samedi au Salon du Livre de Paris et même s’ils n’atteignaient les files monstrueuses d’Amélie Nothomb ou Marc Levy, on pouvait constater l’attrait des auteurs de BD. Arleston chez Soleil ou Brian K.Vaughan chez Urban/Dargaud et sur les stands de l’espace manga. Sinon, un vrai espace de valorisation de la production éditoriale du moment.

Petit tour en quelques images.

Thorgal tous azimuts

Les mondes de Thorgal. Kriss de Valnor, tome 3 : Digne d’une reine. Yves Sente, Giulio De Vita.
Les mondes de Thorgal. Louve, tome 2 : La main coupée du Dieu Tyr. Yann, Roman Surzhenko.
Les mondes de Thorgal : Aux origines du monde (hors série). Successions d’entretiens avec Patrick Gaumer de tous les scénaristes et dessinateurs de Thorgal et des mondes de Thorgal.
Les trois albums : Editions du Lombard. 12 € et 48 pages chacun.

Créé en 1977 dans le journal de Tintin par le duo magique Van Hamme – Rosinski, Thorgal a connu une destinée exceptionnelle, digne de son personnage. Depuis le premier album, La magicienne trahie (janvier 1980), la série est devenue bankable. Mais après 29 tomes, tous plus réussis les uns que les autres, le Belge Jean Van Hamme a lâché prise et le Français Yves Sente, adoubé par Van Hamme himself, a pris le relais (avec le 30e titre Moi Jolan, paru en octobre 2007). Le Polonais Grzegorz Rosinski, lui, est resté en place et a même pris, en quelque sorte, les commandes, continuant à dessiner les albums de la série mère et encadrant le travail des équipes qui se sont mises en place pour « Les mondes de Thorgal ».

Lire la suite

Un Salon du livre… et de la BD
ce week-end à Paris

Le Salon du Livre de Paris 2013 se tient porte de Versailles jusqu’au 25 mars. Avec une belle affiche en matière de bande dessinée. Premier aperçu.

Depuis quinze ans, la bande dessinée a droit de cité au Salon du Livre de Paris. Cette année, le 9e art y sera présent sous des formes très diverses, avec le plein d’auteurs dans les divers stands d’éditeurs. Mais aussi avec des expos ecclectiques balayant large, du mangas, du comics et de la BD franco-belge, à travers quelques unes de leurs grandes pointures.

Spirou, Arleston et Titeuf,
têtes d’affiches franco-belges (… et suisse)

Côté BD européenne, Spirou, continue à fêter ses 75 ans, avec 200 hommages signés des plus grands noms du monde de la BD réunis dans une exposition présentant toutes ces œuvres, plus un ouvrage qui sera disponible sur le Salon en avant-première, dans une édition exclusive.

Autres bougies à souffler, pour Titeuf, plus jeune puisqu’il n’a, lui, que 20 ans. Mais qui méritait bien aussi d’être sous les projecteurs… Tout comme, grande première, le scénariste Arleston. Hommage sera rendu à la locomotive des éditions Soleil, auteur de l’excellente série Lanfeust de Troy (et de ses déclinaisons) et de quelques 130 albums aujourd’hui, à travers un « cabinet de curiosités » mettant en scène une rétrospective de son oeuvre (quelque 130 albums à l’heure d’aujourd’hui… dont la toute nouvelle série Ekhö, dessinée par Alessandro Barbucci, sort pour ce rendez-vous.

Superman anthologique

A l’ouest, du nouveau aussi. Ou plutôt, un autre septuagénaire qui se porte pas si mal non plus : Superman, à travers une autre « expo des 75 ans », qui permettra de découvrir l’évolution du super-héros et en savoir plus sur ceux qui l’ont mis en scène, de Jerry Siegel et Joe Schuster jusqu’à Grant Morrison ou Frank Miller. A noter que les éditions Urban Comics sortent pour l’occasion, une anthologie Superman inédite – similaire dans la forme à leur anthologie DC Comics.

Square manga

Enfin, du côté du soleil levant, autre expo marquante, consacrée au magazine underground Garo. Et un « Manga Square » dédié spécialement au genre. Avec, à chaque fois son lot d’animations et de conférences-débat.

http://www.dailymotion.com/video/xxxuqk