L’isarienne Nadou fait une entrée légendaire dans la BD

Rencontre-dédicaces avec une jeune dessinatrice de l’Oise, ce samedi à Beauvais.

A 24 ans, originaire de Bresles, dans l’Oise, Nadou (alias Nadine Saint-Pol) fait ses grands débuts en bande dessinée, en ce printemps, avec la sortie du tome 1 des Légendaires – origines, série dérivée de la populaire série d’héroïc-fantasy de Patrick Sobral, Légendaires - où elle déploie un joli talent de dessin, fortement inspiré du manga.

Elle se découvre dans un récent article de ma consoeur Fanny Dollé, dans le Courrier picard, mais on peut également retrouver d’autres facettes de ses oeuvres sur son blog. Dont l’auto-portrait plein d’auto-dérision ci-dessous…

Dédicace de Nadou, à la librairie Gibert Joseph, à Beauvais, samedi 12 mai, à partir de 14h30.

Share

La Grande guerre d’un tirailleur algérien décryptée

Féru de bande dessinée et de Grande Guerre, Alain Chiron, vient de livrer, sur le site Ceux de 14, une nouvelle étude fouillée, consacrée cette fois, aux troupes d’Afrique du Nord, à travers Turcos, le jasmin et la boue, de Tarek, Baptist Payen et Kamel Mouellef.  Un album contant la guerre d’un tirailleur algérien qui va être amené à combattre, notamment, en Picardie, dans la Somme et l’Oise.

Share

20 ans, toujours pas le plus bel âge…

Le bel âge, tome 2: territoire, Merwan, éditions Dargaud, 72 pages, 14,95 euros.

On les avait découvertes, voilà cinq mois. Trois jeunes filles, tout juste sorties de l’âge ingrat de l’adolescent, à peine entrées dans « le bel âge » pas si réjouissant. Trois destins parallèles et également en crise. Lila qui rompait avec sa famille, Violette qui s’éloignait de ses amies après une trahison qui l’avait meurtrie et la gentille et sage Hélène qui doutait de son travail de thèse. A la fin du précédent tome, les trois convergeaient vers un même appartement. Devenues colocataires, la vie n’est pas plus facile pour autant. Avec un espace limité à se partager, de nouvelles amours, des clashs et des remises en cause comme ceux qui achèvent ce deuxième album de ce triptyque toujours aussi touchant. Chroniquant la banalité de la vie à 20 ans, Merwan Chabane l’illustre de manière sensible et vraie. Toujours avec le même dispositif narratif développé dans le premier tome : trois petits chapitres consacrés à une des héroïnes – comme l’annonce la couv’ kaléidoscope – suivi d’un final confrontant les trois. Pour finir par un « rebond » entretenant le suspense. Le trait est toujours aussi léger et épuré, donnant beaucoup de charme à son trio de drôles de (jeunes) dames et les rendant d’autant plus attachantes. Bref, de quoi donner envie de continuer encore la coloc’.

Share