Ces dessins que l’on ne saurait voir en Somme

L’affaire de la censure par le président du conseil général de la Somme de l’exposition « Pour adultes seulement », prévue à la bibliothèque départementale de la Somme continue de faire des vagues. 

Du côté du « censeur », Christian Manable, on en reste à une apparente position de fermeté, sur la forme, qui dénote un brin de flou, sur le fond. Entre condamnation de principe de dessins « misogynes » et donnant une « image dégradante de la femme » à un refus de voir un organisme du conseil général sortir de ses missions propres, ou du risque de voir associé des dessins érotiques et des illustrateurs connus pour leur travail en direction de la jeunesse (avec, en arrière-fond, l’accusation ultime d’incitation à la pédophilie…), à trop vouloir prouver, on finit par se discréditer soi-même.

S’il escompte sur l’oubli rapide de cette histoire, certains ne lâchent l’affaire. Après l’Observatoire de la liberté de création (émanation de la Ligue des droits de l’homme), c’est au tour de la section régionale de la LDH (relayée aussi par la section locale de Beauvais) de prendre position. La section isarienne exprime sa  »stupéfaction et son inquiétude face à l’annulation de l’exposition » et apporte son soutien aux 26 dessinateurs et à Janine Kotwica, commissaire de l’exposition (résidant dans l’Oise).

La liberté de jugement à préserver

« Les actes de censure ont une fâcheuse tendance à se multiplier ces derniers temps, notamment dans le domaine artistique : il en va de la liberté de tous, artistes et citoyens, souligne le communiqué, l’accès à la culture doit être garanti, une œuvre d’art ne peut être soustraite au public au nom de valeurs qui, par définition, relèvent présentement d’un jugement personnel. Le public doit pouvoir se forger sa propre opinion et disposer de la liberté de jugement inhérente à chacun. » En conclusion, la LDH de Beauvais (comme l’Observatoire avant elle), demande solennellement au Conseil général de la Somme « de revoir sa décision afin que cette exposition, prévue depuis plus d’un an, ait bien lieu« .

Sinon, voici les « objets du scandale »…

[slideshow]

 

Share