Un thriller sous l’oeil de la NSA

NSA_couvNSA, tome 1: l’oracle, Thierry Gloris (scénario), Sergio Bleda (dessin). Editions Casterman, 48 pages, 13,80 euros.

Nouveau thriller d’espionnage dans l’univers du renseignement américain.
La NSA se sert d’un autiste pour faire de la prévision géopolitique, après qu’Appolo, diagnostiqué Asperger, a prédit les attentats du 11-Septembre. Mais lorsque sa mère décède, victime d’un accident de la circulation (mais est-ce vraiment un accident?), il se bloque. Pour tenter de lui recréer un équilibre et pouvoir continuer à utiliser ses fulgurantes capacités d’analyse, la NSA recrute alors sa demi-soeur, Oz, flic dans un coin paumé du Dakota du Nord. Tous deux vont se retrouver alors victimes et cibles d’un dangereux et mystérieux complot de grande ampleur…

Lire la suite

Le conte est bon et effroyable avez Oriol et Zidrou

LEs 3 fruits_couvLes trois fruits, Zidrou (scénario), Oriol (dessin). Editions Dargaud, 80 pages, 16,45 euros.

Après La Peau de l’ours et son polar à la Sicilienne, Zidrou et Oriol se retrouvent pour transfigurer cette fois le conte de fées.

Au soir de sa vie, un vieux roi qui craint désormais plus que tout de mourir cherche la vie éternelle. Après avoir l’incapacité des sages du royaume à lui apporter une réponse, il se laisse convaincre par un mage démoniaque. Celui-ci lui assure l’éternité en échange d’un mariage avec sa fille… et de devoir manger le plus courageux de ses fils ! Le roi envoie alors ses trois garçons dans des périlleuses missions…

Lire la suite

Un « Charlie » au jour le jour

Daily CharlieDaily Charlie est une initiative spontanée d’un internaute. Chaque jour, il présente une « une » d’un ancien numéro de Charlie Hebdo et en explique le contexte.

La page est récente, puisqu’elle remonte au 19 janvier. Et le projet débute, logiquement par la toute première une de Charlie hebdo, « première époque », au lendemain de l’interdiction d’Hara-Kiri Hebdo par Pompidou. Ce 26 février, nous en étions au numéro 36, du 26 juillet 1971, avec en Une un dessin de Reiser représentant Franco, le dictateur espagnol, mal en point.

A raison d’un numéro par jour, des férus en maths pourront s’amuser à calculer à quelle date nous en arriverons au numéro actuel de Charlie hebdo. Les autres (et les mêmes aussi, d’ailleurs) prendront en tout cas du plaisir à retrouver ainsi toutes les « unes » du journal, agrementées d’une pédagogique petite présentation.

Sympathique et intéressante initiative. à suivre. Et au jour le jour, donc. De quoi en murmurer une prière laïque « donnez-nous chaque jour notre Charlie quotidien »…

Daily Charlie-bannière

Le pouvoir des innocents: une nouvelle étape franchie

Le pouvoir des innocents-tome 3_couvLe pouvoir des innocents, cycle II/ car l’enfer est ici, tome 3: 4 millions de voix, Luc Brunschwig (scénario), Laurent Hirn (mise en scène), David Nouhaud (dessin). Editions Futuropolis, 56 pages, 13 euros.

Une fois encore, ce troisième tome de ce deuxième cycle s’inscrit dans la suite directe du précédent. Entre le 7 septembre et le 9 novembre 1999.

Début septembre, c’est l’échec du procès visant à remettre en cause le jugement contre Joshua Logan, grâce notamment à l’astucieux interrogatoire de l’avocat Lou Mac Arthur, qui défend les intérêts de Jessica Ruppert. Mais une autre actualité, faisant le lien entre ces deux personnages, passionne New York. Deux ans après la victoire de Jessica Ruppert à la mairie, l’élection du gouverneur de l’Etat oppose la très conservatrice Meredith Bambrick et le candidat démocrate Lou Mac Arthur. Ce dernier apparaît distancé après s’être officiellement déclaré contre la peine de mort et contre l’exécution de Logan, « l’homme le plus détesté de la ville ». Mais, en jouant la carte de la sincérité, son dernier meeting pourrait parvenir à renverser la situation. Et ce vote surprise du 9 novembre est de nature à déclencher le chaos et bouleverser bien des vies, dont celles de la jeune apprentie journaliste et militante démocrate Lucy, du tueur de plus en plus paumé Domenico, de l’immigrant clandestin Ashok Kusain et bien sûr de Joshua Logan, de plus en plus en danger dans la prison de Rikers Island en pleine émeute.. Lire la suite

La passionnante quête de chat de Sho

Pandemonium_couvPandemonium, tome 1, Sho Shibamoto, Ki-oon, 2008 pages, 15 euros.

Des couleurs sombres et chaudes, un univers mystérieux et délicieusement macabre, des personnages anthropomorphiques attachants, des secrets, de l’amour et une quête. De nombreux ingrédients alléchants dans cette aventure rythmée qui se dévore avec gourmandise…

Le personnage central est un chat du nom de Zipher. Celui-ci a parcouru un long et épuisant voyage avec un énorme coffre sur le dos. Sa destination est un village de sorciers et c’est à bout de souffle qu’il y parvient. Les habitants, quoique très méfiants, prennent soin de lui et le remettent sur pied en un tour de main. Zipher fait tout pour se faire aimer des autochtones, notamment en leur faisant découvrir les feux d’artifices. Une certaine Domika le prend sous son aile. Ce qui n’est pas sans attendrir le félin.
Mais ce dernier n’a pas fait ce périple pour conter fleurette. Non. Car dans son mystérieux coffre se trouve… Le corps de sa défunte femme. Celle-ci a été victime d’un étrange phénomène dans le monde des vivants : la foudre rectiligne. Zipher a amené le corps de sa femme jusqu’au village des Difformes pensant que ces derniers, réputés comme étant de puissants sorciers, pouvaient lui rendre la vie. Zipher serait prêt à donner sa propre vie pour qu’elle respire à nouveau. Mais voilà, le représentant du village, une espèce d’énorme crocodile terrifiant, prétend que ressusciter les morts leur est impossible. Zipher s’écroule mais n’abandonne pas pour autant.

Ce manga, écrit dans le sens de la lecture occidentale, présage une épopée passionnante. Une fois le livre ouvert, impossible de le refermer tant la tension narrative est intense tout du long. Dès les premières pages, on est happé dans un autre monde tour à tour inquiétant et chaleureux. Univers que le grand format du tirage permet d’apprécier sans froncer les yeux.

Pandemonium est prévu pour être un diptyque et le seul regret sera de devoir patienter (bon, jusqu’à fin mars, date prévue de sortie du second volet) pour poursuivre la lecture de cette série trépidante.

pandemonium-planche

La révolution Pilote ou le Mâtin du grand soir

La révolution Pilote_couvLa révolution Pilote, 1968 – 1972, Eric Aeschimann (scénario), Nicoby (dessin). Editions Dargaud, 144 pages, 17,95 euros.

« Mâtin, que journal ! » était le fameux slogan du journal Pilote. Et ce dernier, fondé notamment par Goscinny et Charlier demeure un modèle incontournable et un moment clé de l’évolution de la bande dessinée en France.

Le journaliste Eric Aeschimann et le dessinateur Nicoby se penchent ici sur une période bien précise et particulière de l’hebdomadaire. Entre 1968 et 1972 quand y naît « la BD moderne », comme le précise Aeschimann dans le prologue. Et ils ciblent même plus particulièrement leurs investigations sur une fameuse réunion, en mai 68, où l’autorité de Goscinny est contesté violemment par les dessinateurs, dans le grand mouvement de déboulonnement des patrons et de l’autorité du moment. Il en souffrira. De là, dans un premier temps, naîtront les « pages d’actualité », ou chaque dessinateur pouvait s’exprimer sur l’actualité du moment, dans une veine plus mordante et satirique. Mais, quelques années à peine plus tard, Mandryka, Bretécher et Gotlib vont fonder l’Echo des Savanes, puis le dernier cité lance Fluide glacial. Ensuite apparaîtra Métal hurlant. Et cette effervescence, née de la matrice Pilote participera à dévitaliser ce dernier. Démonstration de la thèse dialectique sur toute révolution qui passe par une « violence initiale », « une phase de créativité » et « l’éparpillement ».

Pour mener l’enquête, Nicoby et Aeschimann enchaînent des entretiens avec les principaux protagonistes : Gotlib, Fred, Mandryka, Druillet, Bretécher et manquent de peu Jean Giraud/Moebius, décédé et qu’ils font revivre à partir d’entretiens précédemment enregistrés par Aeschimann. Occasion de découvrir, quarante-cinq ans plus tard, des visions très diverses des événements.

Lire la suite

Pas si craignos, ces Monsters

Craignos Monsters_couvZe Craignos monsters, le retour du fils de la vengeance, Jean-Pierre Putters. Edition Vents d’Ouest, 240 pages, 35,50 euros.

Quatrième tome d’une anthologie unique en matière de « ciné Z » fantastique et de science-fiction. Fondateur de Mad Movies, puis de la revue Métaluna (hélas défunte à l’automne dernier) Jean-Pierre Putters avait publié dans les années 90 trois tomes, aussi drôles qu’érudits sur ces « monstres craignos » qui peuplent les pellicules depuis un siècle. Cent ans de cinéma de genre évoqué à travers ses créatures outrancières ou ridicules, ses vamps, ses loups-garous, vampires, etc. Il revient (oui, « reviens JPP, reviens ! ») avec un nouvel ouvrage qui repasse en revue quelques thématiques classiques (les insectes mutants, les robots, les gorilles géants, les zombies, les monstres japonais, etc.) et y ajoute quelques nouveaux angles (comme les hommes invisibles ou les dystopies à la 1984). Un ouvrage à l’iconographie très riche et avec, en plus, une préface tout à fait opportune de Joe Dante (le réalisateur américain des Gremlins et de Panic à Florida Beach, en plus d’une vraie intégrité cinématographique, anime un site assez génial de bandes annonces de séries Z, parfait miroir de ces Craignos Monsters).

Lire la suite

Plus que 23 jours avant l’éclatement de la Cyberbulle

A un mois de l’échéance, les choses commencent à se préciser, pour le nouveau « cyber-festival » de bande dessinée de Compiègne.

cyberbulle-logoPremier signe encourageant, la manifestation initiée par la bédéthèque de l’UTC Compiègne (BDBDEC) et Benoît Cassel, fondateur (également de l’Oise) du très bon site PlanèteBD,  semble susciter de l’intérêt dans le milieu. Ainsi, l’appel à financement participatif lancé sur la plateforme Ulule a dépassé les espérances des organisateurs. Misant, modestement, sur 3 500 euros, ils ont récolté 4 864 euros, soit 138% de l’objectif initial !

Côté invités, l’affiche prend forme également, autour du parrain de l’édition, Denis Bajram et des dessinateurs Arthur de Pins et Jean-Michel Ponzio.

Et ce dimanche, le Courrier picard (dans son édition de l’Oise) consacre une pleine page à la préparation de la manifestation, avec Nicolas Damay, élève ingénier à l’UTC, président de la BDBDEC, et organisateur de la CyberBulle.

En tout cas, voilà une (Cyber)bulle dont on attend avec impatience, elle, qu’elle éclate…

Nicolas Damay, l'un des organisateurs de la Cyberbulle et responsable de la Bédéthèque de l'UTC de Compiègne.

Nicolas Damay, l’un des organisateurs de la Cyberbulle et responsable de la Bédéthèque de l’UTC de Compiègne.

Saga africa et humour noir

Jeux sans frontière_couvJeux sans frontière, Ptiluc. Editions Paquet, 48 pages, 10,50 euros.

Cette histoire aura connu bien des déboires avant de devenir un album… Et l’un des moindres aura été, pour ma part, de l’oublier injustement sous une pile, depuis l’été dernier.

Une équipe logistique de Toubib sans frontières (TSF) parcourt, passablement inconscients, partis livrer un vieux stock de vaccins dans la savane africaine, avant d’être kidnappés par des enfants soldats dirigés par un vieux prêtre belge. Et ce n’est que le début de leurs péripéties, au cours desquelles ils croiseront toute une faune improbable d’humanitaires aussi peu crédibles qu’eux…

Lire la suite

Le bon look de Mistinguette

Mistinguette-5_couvMistinguette, tome 5: mission relooking, Greg Tessier (scénario), Amandine (dessin). Editions Jungle, 56 pages, 10,45 euros.

Mistinguette poursuit sa scolarité. Celle qu’on avait découverte entrant en classe de 4e est désormais en 3ème et va devoir en passer par le « stage d’observation en entreprise ». Jouant de malchance, elle est envoyée dans un institut de relooking où, pire encore, elle retrouve avec son ennemie, la peste Anissia. Elle va devoir aussi cohabiter avec deux autres collégiens, Agathe, au look très BCBG et Yanis, petit gros maladroit et qui a tôt fait d’être le souffre-douleurs du maître de stage, Mme Debarge, une pimbêche qui n’a d’yeux que pour Agathe et Anissia.
Bref, une première découverte de l’entreprise qui s’annonce horrible et angoissante. Mais, heureusement, Mistinguette trouvera de l’aide auprès de son tonton Etienne et d’un étonnant SDF costumé en tutu rose. Et puis, les choses pourraient basculer avec l’arrivée de la nouvelle gérante, la jeune mademoiselle Perle…

Lire la suite