De la SF très à l’ouest de la galaxie

UltimeFrontière-couvUltime frontière , tome 1, Léo, Icar. Editions Dargaud, 48 pages, 11,99 euros.

Du pur western et de la vraie science fiction dépaysante telle que Léo aime à le faire, tel est le cocktail – improbable mais qui fonctionne – de cette Ultime frontière.

La planète Tau Ceti 5 a été récemment colonisée par l’homme. Tel l’ouest américain du XIXème siècle, elle est peuplée de petits fermiers, pionniers venant chercher un avenir dans cette nouvelle frontière, mais aussi de quelques gros propriétaires cherchant à monopoliser les terres, plus les habituelles figures de petites frappes bas de plafond. C’est dans cet univers qu débarquent Jane et John Jones, deux mercenaires chargés de ramener un peu d’ordre. Un duo atypique, entre un frère paraplégique se déplaçant dans son chariot motorisé au airs de segway futuriste et une jeune fille, frêle d’apparence, mais experte en close combat.
Ils seront vite confrontés aux ambitions conquérantes et peu soucieuses des moyens du gros propriétaire du coin, Ronald Burton. Mais aussi à d’étranges créatures animales dotées de prothèses sophistiquées. La situation est peut être plus complexe que prévue…

Lire la suite

Avec « La Théorie du chaos », le papillon fait toujours de l’effet

Théorie_du_chaos-couvLa théorie du chaos, Pierre Schelle. Editions Delcourt, 126 pages, 9,95 euros.

Il y a des livres qui fascinent sans que l’on parvienne vraiment à en saisir la raison. Découvert par hasard dans les rayonnages d’une bibliothèque (qui avait donc du goût), voilà quelques années, c’est le cas de cette Théorie du chaos.

Cette théorie, vulgarisée à travers la fameuse image du battement d’aile de papillon qui peut provoquer un tsunami à l’autre bout de la planète, Pierre Schelle l’illustre et le démontre dans un développement muet à travers une réaction en chaîne éblouissante, allant d’un papillon butinant une fleur en Chine jusqu’à une tempête sur New York…

Lire la suite

L’Argentine, de mal en vampires

LaCrampe-couvLa Crampe, Angel Mosquito. Editions Rackham, 80 pages, 17 euros.

Pas facile de survivre dans la banlieue de Buenos Aires en pleine crise financière, en ce début des années 2000. Surtout lorsqu’on est un vampire. Et a fortiori un vampire qui tente de réfréner ses instincts de suceurs de sang en mâchonnant du boudin, au risques de souffrir de méchantes crampes d’estomac.

C’est le cas de Larry, vieux vampire décrépi, qui survit en ramassant des cartons, accompagné de son fils adoptif, Mogul, recueilli lorsqu’il n’était encore qu’un bébé abandonné et qui a fait de lui un vampire. Leur volonté d’intégration à la société humaine va se compliquer lorsque leur acheteur de cartons les largue et qu’ils tentent d’entamer une carrière de voleurs de voitures, réorientation qui, à la suite de diverses mésaventures va les confronter à des flics ripoux, des travelos aguichants, un autre bébé kidnappé par erreur et un grand maître vampire prisonnier du corps d’un ado frustré… Au risque de manquer parfois de sang froid…

Lire la suite

Histoire et Légendes du Tour de France

Légendes_Tour-couvLes légendes du Tour, Jan Cleijne. Éditions Paquet. 144 pages, 19,95 euros.

Alors que le Tour 2015 est présenté officiellement ce 22 octobre (et qu’officiellement donc, il passera par la Picardie), il est opportun de revenir sur cet album, paru au cours de l’été.

L’avenir nous dira si Vicenzo Nibali, vainqueur de l’édition 2014, deviendra un beau jour une « légende » du Tour. Autrement dit l’un de ces personnages d’exception qui ont fait ou font de la Grande boucle ce qu’elle est. La manière dont l’Italien a dominé le peloton plaide en tout cas en sa faveur, sous réserve que d’ici quelques temps, le palmarès de 2014 ne soit pas revu et corrigé pour de tristes raisons…

Lire la suite

Des Elfes toujours bien verts

Elfes-7-couvElfes, tome 7: le crystal des elfes sylvains, Nicolas Jarry (scénario), Gianluca Maconi (dessin). Editions Soleil, 56 pages, 14,50 euros.

Cette deuxième saison des Elfes continue bien. Avec un second volume dense et riche où il est de nouveau question d’un crystal. Après le bleu (qui inaugurait cet univers), voici le vert, cette fois, celui des elfes sylvains. Une légende qui pourrait être aussi la dernière chance des hommes et des elfes d’Eysine, dans le royaume du Lehon, la partie la plus occidentale des terres d’Aran. Ayant jadis vaincu les orcs, puis été battus par les rois des archipels, ils ont voulu reconquérir leurs terres et bloquer le canal, creusé par les hommes et qui fait la richesse de la guilde des commerçants. Mais à peine ont-ils repris pied dans les ruines de leur cité qu’une nouvelle menace terrible arrive de l’horizon: une flottille yrlanaise venue des terres du Nord. Seul demeure l’espoir que leur reine réussisse sa quête…

Lire la suite

Des histoires à se mordre la queue

histoire sans queue ni tête-couvHistoire imaginaire sans queue ni tête, Yulia Horst (texte), Daria Rychkova (illustration). Editions Actes Sud Juniors, 40 pages, 16 euros.

« Si les gens avaient des queues d’animaux, la vie serait différente mais personne ne s’en rendrait compte. Parce qu’avoir une queue, ce serait aussi normal que d’avoir des bras ou des jambes. » Tel est le point de départ de Yulia Horst et Daria Rychkova dans leur Histoire imaginaire sans queue ni tête.
S’étalent alors toute une série de personnages et de mises en situations. Ceux qui n’aiment pas leur queue, ceux qui se font marcher sur la leur, des queues adaptées aux différentes carrières professionnelles, celles que les femmes camouflaient jadis dans un corset, les styles de queues à travers les modes, crocodile, singe, renard, pie, chat, castor, dindon… Tout y passe. Et au fil des pages, Yulia Horst et Daria Rychkova font réfléchir sur différents aspects de la société passée et contemporaine.

Lire la suite

Cachez ce sexe que je ne saurais voir…

zizisexuel_pétition Tartuffe pas mort ! On l’apprend par Aujourd’hui en France / Le Parisien de ce lundi. « Zizi sexuel l’expo », relancée à la Cité des Sciences, suscite la colère de l’association SOS Education. Cette officine néo-droitière qui s’affiche « pour une éducation efficace » s’offusque que les élèves – déjà en déficit de savoirs fondamentaux, selon elle, aillent perdre une après-midi « pour leur faire appuyer sur une pédale permettant de dresser un « zizi piquet » qui éjacule, ou leur enseigner la masturbation« .

zizi_sexuel_expoUne pétition en ligne rassemble déjà plus de 36000 signatures, demandant que les familles puissent s’opposer à une éventuelle sortie scolaire. En 2007, une autre pétition n’avait recueilli que quelque 8000 signatures. On voit l’évolution des moeurs…

 

Lire la suite

Charley’s War a pris ses quartiers au musée de Meaux

Charley’s War (La Grande Guerre de Charlie) a donc fait son entrée au musée. Pour la première fois en France, au Musée de la Grande Guerre à Meaux. Visite guidée avec Pat Mills, le scénariste, jeudi.

Charley-afficheAlors que le tome 7 de la traduction française (éditée grâce à la passion de Laurent Lerner sous forme de beaux albums, grand format, cartonnés) vient de sortir, Charley’s War entre au musée. Pour la première fois en France, une vingtaine de planches originales du dessinateur Joe Colqhoun sont exposées, depuis le milieu de la semaine, au Musée de la Grande Guerre, à Meaux.

Une « première » qui touche le scénariste de la série, Pat Mills, présent jeudi 16 octobre, lors de la journée presse. Comme il s’en explique dans la présentation des épisodes du tome 7, « diverses tentatives pour faire exposer des planches originales de Charley’s War dans des musées britanniques consacrés à la guerre (ont eu lieu), dont l’Imperial War Museum, mais jusqu’ici sans succès ». Il s’avouait donc très « excité » à l’idée de cette expo temporaire à Meaux. Hommage au travail réalisé par le dessinateur Joe Colquhoun, décédé en 2007 et qui, dans Charlie, dans une approche au départ moins « artistique » ou « auteurisante », se révèle comme un pendant de Tardi, par le soin apporté au réalisme de ses descriptions de la guerre, basées sur une forte documentation. Tardi lui rend d’ailleurs hommage dans la préface à l’édition du tome 7, soulignant que « le dessin de Joe Colquhoun nous raconte la guerre d’en bas, celle des pauvres, celle qui me va droit au coeur. Il la montre, documentation copieuse à l’appui« .

Lire la suite

Thomas Silane débusque d’autres tueurs de la pampa

Silane 8-couvThomas Silane, tome 8: Poisons, Patrice Buendia, Philippe Chanoinat (scénario), Roberto Zaghi (dessin). Editions Grand Angle, 48 pages, 13,90 euros.

Fin de cycle (rapide, six mois après la parution du tome 7) pour Thomas Silane, qui n’a toujours pas retrouvé ses parents mais a réussi à élucider une nouvelle ténébreuse affaire. Parti en Argentine, après avoir été mis sur une nouvelle piste pour retrouver ses parents disparus, il s’était retrouvé sur les traces d’un mystérieux serial killer de personnes âgées. Toujours accompagnée de son amante Irina, de l’inspecteur Riccardo et d’une shérif locale, Rafaela (qui ne semble pas le laisser indifférent), il se confronte cette fois aux spectres de la dictature argentine et à aux intérêts d’une multinationale agro-économiques aux méthodes très expéditives.

Lire la suite

Tricoter avec Emile, c’est cool !

emile-couvEmile invite une copine, Vincent Cuvellier, Ronan Badel. Editions Gallimard Jeunesse, 28 pages, 6 euros.

Emile, il est trop fort ! Ce petit garçon dessiné par Ronan Badel n’a pas fini de nous faire rire aux éclats au cours de ses aventures imaginées par Vincent Cuvellier.
Après, entre autre, Emile veut un plâtre, Emile est invisible, Emile fait la fête, Emile se déguise, le petit garçon solitaire, peu désireux de se faire des amis à tout prix, revient avec Emile invite une copine. Eh oui ! Une copine, une vraie. Cette copine, il l’a rencontrée au parc, dans l’album précédent, Emile et les autres.

Lire la suite